Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

19 novembre 2007 1 19 /11 /novembre /2007 00:17

Algérie - Le Mariage ait peur !

 

Les mariages nous font peur. Ils font peur au nouveau marié qui ne sait plus comment faire face à des dépenses qui lui coûtent les yeux de la tête et ceux de la tête de ses parents de ses amis, du quartier....

Ils font peur à la mariée qui ne sait pas si elle va pour le bien et pour le pire, ou si elle n'y va que le temps de perdre son maquillage avant de découvrir mille et une horreurs.

Ils font peur aux parents qui ne comprennent plus ce qui se passe dans le monde d'aujourd'hui et qui sont devenus les simples exécutants d'un projet tissé ailleurs. Ils font peur aux voisins qui se demandent s'il ne vaut pas mieux dormir de jour pour éviter d'être réveillés en sursaut par les mille coups de barouds dont les gens, ne sachant plus quoi faire d'un argent trop mal acquis, perturbent le sommeil des autres.

Ils font peur aux conducteurs qui, à la vue d'un cortège entrent en panique parce que ne sachant plus s'il faut rouler à droite, à gauche, au centre ou s'il faut... voler.

Ils font peur aux piétons qui courent à la vue d'un cortège pour éviter de recevoir le baroud d'horreur en pleine figure.

Ils font peur aux voisins des salles des fêtes qui mettent le son à fond la caisse et font vibrer les murs du voisinage.

Ils font peur aux jeunes démunis qui ouvrent la bouche au passage de chaque cortège et se mettent à se demander d'où ils pourront avoir tant d'argent pour se conformer aux nouvelles règles de la société en matière de mariage.

Ils font peur aux jeunes filles qui commencent à se demander si celui qui demandera leur main aura ou pas tant de fric pour ramener le 4x4, nouveau cri, en tête de cortège. Elles se demandent s'il peut louer les services des spécialistes du baroud, s'il peut réserver une salle des fêtes assez bruyante et s'il peut, comme les jeunes de son âge, arriver à empêcher les malades, les vieux, les bébés et tous ceux qui ont besoin ou, simplement envie, de dormir, eh bien de.. dormir ! Ils font peur aux parents de la mariée qui, l'angoisse aux tripes, se demandent si leur fille va rester pour longtemps ou si, seulement, elle va passer les jours de fête et revenir, les larmes sur les joues, le rimmel altéré, le fond de teint effacé et les faux cils balancent comme des témoins d'une chute des valeurs et des hommes.

 Mais, en attendant que la peur se dissipe, les uns et les autres gardent, et pour longtemps encore, dans les oreilles, les bruits assourdissants de ces fusils de chasse qui ont juré de faire trembler toute la ville, quartier après quartier, cité après cité.

Tout compte fait, et après que l'université s'est mise à fêter les moindres occasions et les plus insignifiants des événements au baroud d'horreur, peut-on encore en vouloir au commun des mortels de vouloir fêter la veille des problèmes de ménage à leur manière ? Allez, Boum ! Boum ! Et puis Boum !

Source le Quotidien d’Oran

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires