Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

27 août 2007 1 27 /08 /août /2007 08:17
Etat de santé du président

 
Sa dernière apparition remonte au 6 août dernier, quand il a accueilli son homologue iranien, Mahmoud Ahmadinejad, en visite de travail de deux jours en Algérie. Ce jour-là, comme lors de sa tournée à l’ouest du pays (Mostaganem et Oran) du 28 au 31 juillet, le président Bouteflika paraissait exténué, lui qui avait l’habitude de faire le tour d’Algérie en peu de temps. A Oran, des journalistes avaient relevé le fait que le chef de l’Etat marquait de longues pauses inhabituelles. D’ailleurs, au retour d’une de ses pauses, le Président avait un pansement sur sa main droite, signe selon lequel il aurait été mis sous perfusion. Et depuis, ses sorties ont été réduites au strict minimum et son agenda de travail s’est terminé au niveau de la visite du président iranien. Ayant habitué les Algériens à être omniprésents et sur tous les fronts, le chef de l’Etat a brillé, cette fois-ci, par son absence à tous les niveaux. Cela au moment où le front social bouillonne, la rentrée scolaire s’annonce difficile et les élections locales approchent sans que le corps électoral ne soit convoqué. Aucune sortie, en effet, n’a été enregistrée à l’occasion du 51e anniversaire du congrès de la Soummam, fêté le 20 août dernier. Et aucune visite n’est prévue pour le début du mois de septembre, comme l’affirme si bien la présidence de la République qui semble être résolue à ne rien communiquer ni sur la santé du Président ni sur ses vacances et son agenda de travail. Sur le site internet de la Présidence, aucune activité du Président n’est annoncée. Contactée par nos soins, la direction de la communication dit ne rien savoir sur où se trouve actuellement le chef de l’Etat ni sur ses activités. Etonnante réponse ! Surtout lorsque tous les Algériens savent, par exemple, où le président français passe ses vacances, avec qui et pour combien de jours. Ils connaissent également son agenda de travail pour le prochain mois. Mais ils ne savent pas où est passé leur Président. Le silence des gouvernants alimente de plus en plus la rumeur. Pourtant, à sa sortie de l’hôpital militaire du Val-de-Grâce à Paris le 17 décembre 2005, le président Bouteflika avait déclaré à la télévision algérienne, en compagnie de son médecin traitant, le professeur Messaoud Zitouni, qu’« on ne peut pas être responsable de la oumma et cacher des choses à son peuple ». Ne cache-t-on donc rien à la nation algérienne ? Si la maladie du chef de l’Etat est un secret de Polichinelle, son évolution reste un véritable secret d’Etat. La question est bien légitime : le président Bouteflika est-il en vacances ou en convalescence ? Son état de santé s’est-il amélioré ou s’est-il dégradé ? Face à ces interrogations, qui sont celles de milliers voire de millions d’Algériens, les institutions, la présidence de la République en premier lieu, ont le devoir de réagir et de parler de la maladie du Président avec « clarté et franchise », comme l’a souligné maître Ali Yahia Abdenour dans un entretien paru dans El Watan du 23 août dernier. Le peuple a le droit de savoir. 

Source El Watan
 

Le Pèlerin
 

Partager cet article

Repost0

commentaires