Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

29 août 2007 3 29 /08 /août /2007 23:29
Sidi Ghilès (Tipaza)
Violence à l’intérieur de l’hôpital
 
Sidi Ghilès une journée d’attente et n’ayant pas pu se retenir, le futur papa prend la potence en acier utilisée par le service de gynécologie pour les perfusions pour porter des coups à l’agent de sécurité Benaziza, âgé de 38 ans. Une mêlée générale s’ensuivra pour séparer les deux hommes. L’agent de sécurité, sentant le mal qui le rongeait aux doigts de sa main gauche, a été immédiatement transféré vers les urgences. Le médecin constate alors une fracture et lui délivre un certificat d’incapacité de travail de 45 jours. Cette affaire de violence prend alors une autre tournure car la direction de l’hôpital s’est constituée partie civile et les policiers ont pris en charge l’affaire. L’accusé, la victime et les témoins ont été convoqués chez le magistrat du tribunal de Cherchell samedi dernier qui, après les avoir auditionnés, a décidé de la mise sous mandat de dépôt de l’accusé. 15 minutes environ après cet acte de violence, la maman met au monde sans difficulté un joli poupon nommé Nadjib. Le personnel de l’hôpital de Sidi Ghilès réitère son appel aux autorités pour assurer la sécurité à l’intérieur des établissements publics. Les écrits adressés par les responsables de cette infrastructure du secteur de la santé auprès des concernés ’ont pas reçu l’écho, selon le directeur de l’hôpital. Tipaza)
Violence à l’intérieur de l’hôpital
Stupéfaction totale chez le personnel de l’hôpital de Sidi Ghilès, 33 km à l’ouest du chef-lieu de la wilaya de Tipaza. Cela se déroule au 1er étage, au service de gynécologie. Un citoyen de la localité côtière de Gouraya (21 km à l’ouest de l’hôpital de Sidi Ghilès) s’est levé à l’aube pour accompagner sa femme qui était sur le point de mettre au monde son premier bébé.
Le futur papa voulait s’assurer du maximum de sécurité. Il n’a donc pas jugé utile d’aller à l’hôpital de Gouraya. Toutefois, voulant rester auprès de son épouse, la présence à l’intérieur du service de gynécologie du futur papa avait gêné quelque peu les sages-femmes. Celles-ci font alors appel à leur responsable pour inviter le monsieur à quitter les lieux, ce qui n’a pas été du goût de ce futur papa stressé. L’agent chargé de la sécurité le prie de sortir, sachant que la présence des personnes étrangères est interdite, conformément à la réglementation. Excédé par
Source El Watan

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires