Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

2 septembre 2007 7 02 /09 /septembre /2007 07:07
Perturbations au port d’Alger
La colère des voyageurs

La panne du car-ferry Lato de la compagnie Cnan a été à l’origine du retard accusé.

Afflux au port d’Alger. La grogne des passagers a atteint son paroxysme. La cause, une panne du car-ferry Lato de la compagnie Cnan. Flash-back. Les immigrés, de tous âges, s’apprêtent à traverser de nouveau la Méditerranée. La période estivale s’étant achevée, il est temps à ces immigrés de reprendre le chemin inverse. Ils doivent regagner d’autres continents pour préparer au mieux la rentrée sociale. Cependant, divers problèmes perturbent leur retour. Grogne totale.
Un ras-le-bol que celui constaté chez l’ensemble de ces voyageurs qui n’ont pas cessé de tirer à boulets rouges sur l’équipe responsable de la gestion du service «voyages». Anarchique, chaotique... et tant d’autres qualificatifs sont sur les lèvres des mécontents. Ne pouvant maîtriser ses nerfs, un jeune se rendant à Alicante en Espagne, a qualifié cette situation de «sans précédent.» «Mon départ était prévu pour le 21 du mois écoulé. A ma grande surprise, ce voyage est reporté pour aujourd’hui (hier, Ndlr) à 8 heures précises. Pourquoi tout ce retard?» a -t-il fulminé. Le temps passe et ce jeune, originaire de Belouizdad, attend toujours qu’un miracle arrive à l’intérieur de la gare maritime d’Alger.
Le départ du jour vers Marseille, destination la plus prisée des Algériens, prévu il y a de cela quatre jours est renvoyé aux calendes grecques. Ne pensant qu’à leur départ, les voyageurs ne veulent rien entendre. Le corps sécuritaire en renfort a tenté de calmer les esprits. En vain. Que d’injures échangées entre les policiers et les passagers. Les uns impatients de regagner l’Europe, et les autres n’étant pas à même d’organiser la foule. Sachant la mission qui nous a été confiée, un quinquagénaire a déclaré à L’Expression qu’un laisser-aller du corps sécuritaire a été constaté. Habitué à se rendre à Marseille deux à quatre fois par an, ce passager a juré par tous les saints que la gestion de la gare maritime périclite au fil des ans. Inexplicable est ce marasme à se fier aux propos de ce voyageur devant reprendre son travail de ferronnier dans une semaine. En attente sous un soleil de plomb depuis des heures, voire des jours, les passagers véhiculés n’en peuvent plus. Le ras-le-bol est à son comble. «Nous sommes sans rien depuis tôt le matin. Il n’y a même pas moyen de préparer le lait à mon bébé.»
Dans le même contexte, le groupe parlementaire du parti En Nahda, dans un communiqué parvenu hier à notre rédaction, a déploré cette perturbation. «En nous rendant au port d’Alger, nous avons pu constater le stationnement de près de 1000 véhicules ainsi que de nombreuses familles qui attendent depuis quatre jours», précise le communiqué.
En sus, le groupe parlementaire d’En Nahda a montré du doigt l’échec de la gestion de ce port d’Alger. A cet effet, le ministre des Transports est appelé à assumer pleinement ses responsabilités devant cette image désolante qu’ont les immigrés de leur pays natal. «Le ministre doit se rendre sur les lieux pour constater cette situation désastreuse et prendre les décisions qui s’imposent», ajoute la même source.
Quelle explication pour calmer les esprits? Un responsable du corps sécuritaire a rejeté en bloc toutes les accusations adressées à l’encontre de celui-ci. «Ce retard est dû simplement à une panne de moteur au niveau du car-ferry Lato appartenant à la compagnie Cnan.» Pour pallier à cette anomalie, un autre bateau, Jean Nicoli, a été affrété spécialement pour assurer le transport des 712 passagers et quelque 245 voitures, poursuit notre interlocuteur. «Dans trois jours, un autre car-ferry d’une plus grande capacité assurera le transport de tous les autres passagers», a-t-il expliqué. Et de préciser que durant ces quatre jours de retard, les passagers ont été pris en charge au niveau des hôtels de Mazafran et Bouchaoui.
Source l’Expression
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires