Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

5 septembre 2007 3 05 /09 /septembre /2007 07:22

Des mesures doivent suivre pour améliorer le pouvoir d’achat 

Les pouvoirs publics ont fini par comprendre que l’embellie des indicateurs macroéconomiques (croissance, production, chômage et inflation) ne reflète pas les problèmes profonds liés aux inégalités sociales, et que le niveau de vie du citoyen doit être adapté aux mutations de son environnement économique. L’importance de l’émergence de la classe moyenne et la mise en avant des qualifications et des compétences des fonctionnaires, des concepts longtemps délaissés, refont surface. C’est à l’issue des travaux de la bipartite qui s’est tenue lundi dernier qu’il a été décidé d’une révision de la grille des salaires de la fonction publique afin d’élargir l’éventail des salaires dont la fourchette va passer de 3,3 à 7,5%. Il a également été décidé dans ce projet de nouveau système de rémunération des fonctionnaires d’un système de classification qui ne prendra en compte que le critère «qualification».
La décision prise à l’issue de la réunion qui a regroupé le gouvernement et la Centrale syndicale, concerne pas moins d’un million et demi de fonctionnaires. C’est ce qui favorisera l’émergence d’une classe moyenne en Algérie qui a pratiquement disparu de la société. Il faut préciser que la nouvelle grille des salaires de la fonction publique comporte un seul point indiciaire d’une valeur de 45 DA, contrairement à l’ancienne qui en comportait 78. L’ancienne prévoyait 20 catégories, tandis que la nouvelle en comporte 17 et 7 subdivisions annexes. Ces catégories sont classées en 4 groupes : «groupe conception» qui renferme les catégories 11 à 17, outre les sections hors catégorie qui concernent notamment les maîtres assistants, les chercheurs et les universitaires, «groupe d’application» (catégories de 9 à 10), groupe «maîtrise» (catégories 7 et 8) et groupe «exécution» qui englobe les catégories de 1 à 6 et compte les employés et agents de basse qualification. Ce projet de nouveau système de rémunération des fonctionnaires de la fonction publique sera à même de «favoriser une gestion efficiente des qualifications et compétences des employés du secteur», comme l’a déclaré le chef du gouvernement, M. Abdelaziz Belkhadem, à l’issue des travaux de la bipartite, puisque la nouvelle grille ne prendra en compte que le critère «qualification» contrairement à l’ancienne qui prenait en compte plusieurs critères, dont les contraintes liées au poste. C’est un groupe de travail interministériel sous l’égide de la direction générale de la fonction publique qui est chargé d’élaborer ce nouveau système de classification et de rémunération. Un système qui n’entrera en vigueur qu’après la finalisation des 45 textes particuliers concernant toutes les catégories de personnel, notamment pour ce qui a trait aux primes et allocations.
Le chef du gouvernement a émis le vœu que les secteurs ministériels et les fédérations des travailleurs finalisent ces textes avant la fin de l’année pour entamer l’application à partir de l’année prochaine, tout en précisant que ces augmentations seront financées dans le cadre de la loi de finances 2008. Le vœu du fonctionnaire algérien, qui applaudit à cette décision de reconstitution de la classe moyenne, est sûrement de voir son pouvoir d’achat s’améliorer.
Pour ce faire, d’autres décisions des pouvoirs publics doivent suivre. D’autres mesures doivent être prises. A titre d’exemple, l’Etat doit encourager la production –l’offre étant en baisse- afin de relancer la consommation. Surtout à la veille de l’adhésion de l’Algérie à l’OMC et à l’accord d’association conclu avec l’UE. Il doit également aligner régulièrement les salaires sur le coût de la vie. Son principal rôle est aussi de stopper la spéculation en assumant réellement sa responsabilité de régulateur du marché.

Source la Tribune 

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires

clovis simard 17/04/2012 12:29


 blog(fermaton.over-blog.com),No-20. - THÉORÈME DE LA RECTIFICATION. - Gouvernement rénové.