Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

5 septembre 2007 3 05 /09 /septembre /2007 07:24

L’UE veut être un «acteur et non seulement un payeur»

L’UE envisage de jouer un rôle accru dans la résolution des conflits dans son voisinage, d’encourager l’intégration sous-régionale et d’élargir le débat sur le climat, a indiqué mardi dernier, Eneko Landaburu, directeur général des relations extérieures de la Commission européenne, à la clôture de la première conférence sur la politique européenne de voisinage. Faisant la synthèse des attentes des participants à cette conférence, M. Landaburu a relevé que, si la PEV a permis de renforcer la coopération de l’UE avec ses voisins, de mobiliser des moyens, les pays voisins de l’UE lui demandent de «faire plus», y compris dans «l’éclosion de la coopération régionale». L’UE, eu égard à son expérience et son intérêt à coopérer avec des espaces homogènes plus grands que les Etats pris individuellement, est disposée à y contribuer si elle est sollicitée, car c’est une voie «privilégiée» de coopération, selon M. Landaburu, citant notamment le cas du Maghreb. Quant à l’intervention de l’UE pour le règlement des conflits régionaux, le haut responsable à la Commission européenne, se dit confiant que le nouveau traité de l’UE donnera plus de force à l’UE pour projeter sa Politique commune de sécurité et de défense (PESD) dans sa zone d’influence et de voisinage. La Politique de voisinage, elle, permet, selon lui, de réunir «les meilleures conditions pour un dialogue dans le domaine de la PESD». Plus généralement, M. Landaburu affirme qu’il sera tenu compte d’autres volets de coopération avec l’UE tels que le dialogue sur le changement climatique et l’énergie, l’appropriation de la PEV par les citoyens des pays partenaires et le renforcement du rôle de la société civile. Trois ateliers ont été organisés, au cours de la conférence, pour débattre et enrichir la réflexion sur l’amélioration de la PEV, dans les domaines économique, humain et politique. L’Atelier «gouvernance et stabilité» a conclu que la Politique européenne de voisinage doit être perçue comme un outil politique et non seulement économique, ce qui autorise l’UE à apprécier l’état des réformes politiques et démocratiques dans le cadre de son partenariat avec ses voisins. L’UE veut être un «acteur et non seulement un payeur» des réformes dans le cadre de cette PEV, entre autres par le biais des conditions politiques préalables à l’aide apportée aux pays partenaires. L’atelier a également revendiqué une plus grande association de la société civile et des autorités locales dans la mise en œuvre et le suivi de la PEV. Les participants ont aussi demandé que soit intégrée dans la PEV la lutte contre la corruption par le biais d’agences spécialisées et le renforcement du rôle de la presse. Le panel économique a souligné l’aspect pragmatique de la différenciation que prône la PEV, à savoir laisser chaque pays décider de son rythme et de l’intensité des réformes et de l’intégration avec l’UE. Il a également appelé à améliorer le climat d’affaires, essentiel à la PEV, et encourager l’intégration sous-régionale dans les différentes régions limitrophes de l’UE. Enfin, il a préconisé de renforcer la coopération en matière de préservation de l’environnement en associant davantage les pays voisins de l’UE. Ces différentes idées et propositions visant à «enrichir» la PEV, a promis le directeur général des relations extérieures de la commission européenne, se traduiront dans un proche avenir par des propositions concrètes de l’exécutif de l’UE. L’Algérie, rappelle-t-on, a pris part à cette rencontre en qualité de pays observateur aux côtés de la Libye et de la Syrie.

Source la Tribune

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires