Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

29 novembre 2007 4 29 /11 /novembre /2007 00:00
Algérie - Essoutra et le Kama-sutra

 


Qu'on se l'avoue sans détours : un gros débat sur la sexualité des Algériens expliquerait à moitié le phénomène de la Hargua, la naissance, gloire et décadence du FIS, le million de touristes algériens partis vers la Tunisie, la non- reproduction politique (et pas seulement) qui touche une partie de la génération 54, le nombre des antennes paraboliques en Algérie et cette impression que vivent trop d'Algériens de vivre en photocopiant une seule journée ennuyeuse où qu'ils aillent dans leur propre pays. Car à bien regarder un Algérien, ou à bien l'écouter, on ne peut que distinguer ce bruit de tic-tac terrible de quelque chose qui va exploser un jour ou l'autre et qui prouve que l'Algérien est piégé de l'intérieur entre la démographie et le plaisir raté. D'abord par son histoire nationale qui le pousse à refaire la guerre et à prendre les armes pour prendre du poids, puis par sa conception de la morale qui le force à honorer une sorte d'ascétisme qui fut nécessaire à la Révolution (quoique !), de contourner sa libido en la soumettant au voile, au rite ou au code et à assurer la reproduction en fermant les yeux sur son côté gustatif, sa culture et son spectacle. Du coup un Algérien est à la fois un être frustré par lui-même, voulant à la fois regarder les femmes des autres sans que les autres ne puissent regarder ses femmes, prêchant l'abstinence en groupe et la licence absolue en solo, consommant l'ENTV en famille et le reste en solitaire, susceptible quant à son identité mais rêvant de s'en débarrasser au moins un mois par an dans un pays étranger en incognito, capable d'expliquer la pratique des ablutions durant le 11ème siècle des Fatimides mais incapable d'expliquer comment on fait des enfants à ses enfants, votant FIS sauf quand il est filmé ou assis face à l'Etat mais votant TPS chaque fin de mois. On comprendra alors pourquoi les Algériens étouffent dans un aussi vaste pays que l'Algérie et se sentent libre dans un pays aussi petit que la Tunisie. On comprendra du coup pourquoi le pays met les voiles sur la tête des femmes mais pas vers l'avenir et pourquoi à Constantine des parents d'élèves se prononcent encore contre la mixité dans des écoles sous prétexte de risques de « dysfonctionnement » et de « troubles avérés ». On comprendra enfin pourquoi les femmes algériennes n'aiment presque pas les Algériens parce qu'ils les ont mal défendu depuis l'invasion des Romains et pourquoi les Algériens se sentent mal face aux Algériennes parce qu'elles leur rappellent quelque chose de précis, d'impérieux, de nécessaire et de troublant au point où cela trouble tout le reste et jusqu'au débat sur le 3ème mandat. Les Algériens étant à la fois un peuple qui se reproduit vite mais se reproduit mal, croyant justement que le Mal est dans la reproduction. Y a-t-il une issue dans un pays où la sexualité se réveille vingt ans avant la possibilité de se marier et disparaît vingt ans après ? Oui. Au Paradis dit tout le monde en public. En Occident disent les harragua. Dans les urnes dit l'Etat. Dans les mariages collectifs disent les bénévoles. Avec TPS disent les vendeurs d'électroménagers. Dans la surveillance de la lune soutiennent les oisifs très nombreux et fins opticiens. Après 2009 dit Bouteflika. Dans les endroits discrets disent les chanteurs de Raï. On ne sait plus. C'est pourquoi des parents d'élèves à Constantine ont le droit eux aussi de dire n'importe quoi. Les « troubles sont avérés ». Pas ceux de la mixité. Ceux du pays.

Source Liberté

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires