Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

7 septembre 2007 5 07 /09 /septembre /2007 06:53
Un attentat à Batna en Algérie fait 14 morts

Quatorze personnes ont péri et une soixantaine d'autres ont été blessées, pour la plupart légèrement, dans un attentat suicide commis jeudi après-midi à Batna au sud-est d'Alger, peu avant l'arrivée dans cette ville du président algérien Abdelaziz Bouteflika, a déclaré le ministre de l'Intérieur, Noureddine Yazid Zerhouni.Batna est une ville de près de 200.000 habitants située au pied des Aurès, à 430 km d'Alger.
L'attentat de jeudi n'a pas été revendiqué pour l'instant. Mais le chef de l'Etat, qui, une fois arrivé dans la ville, s'est rendu dans un hôpital au chevet de certains blessés, a imputé cet acte à des islamistes armés, qu'il a qualifiés de "criminels".
"Réagissant à la bombe qui a fait des victimes cet après-midi, le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a stigmatisé les criminels qui tentent de saboter le processus de paix et de réconciliation nationale", écrit l'agence de presse algérienne APS. "Les actes terroristes n'ont absolument rien à voir avec les nobles valeurs de l'islam", a dit le chef de l'Etat, cité par APS. Selon lui, "Ces personnes (les auteurs de l'attentat) oeuvrent pour le compte de capitales étrangères et de dirigeants étrangers". Il n'a pas donné davantage de précisions. Dans un message adressé à Bouteflika, le président français Nicolas Sarkozy a dit jeudi soir condamner "sans appel les violences barbares et aveugles dont le peuple algérien continue de souffrir".
"Je tiens à vous assurer de la pleine solidarité de la France et de mon soutien indéfectible dans votre lutte déterminée contre le terrorisme", a ajouté Sarkozy. Le Premier ministre français, François Fillon, s'est dit quant à lui "horrifié" par l'attentat de Batna. Il a exprimé, dans un message à Bouteflika, son "émotion face à cet acte terroriste inacceptable que je condamne avec force".
La Politique de réconciliation maintenue
Le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, a exprimé dans un communiqué son "horreur" et son "indignation après l'attentat barbare qui s'est produit cet après-midi à Batna". Des habitants de Batna ont raconté qu'une partie des morts et des blessés se trouvaient parmi un rassemblement qui attendait l'arrivée du chef de l'Etat. "Une personne suspecte, parmi la foule, a tenté de franchir le cordon de sécurité. Refoulée par un agent des forces de sécurité, cette personne est partie en courant. Immédiatement après s'est produite l'explosion", a expliqué le ministre de l'Intérieur, parlant de 14 morts et 60 blessés. La télévision nationale algérienne avait fait état, un peu plus tôt, de 15 morts et 74 blessés.
Bouteflika a déclaré dans une allocution à la télévision nationale, au début de sa visite à Batna, qu'il ne renoncerait jamais à sa politique de réconciliation nationale, laquelle vise à mettre fin à 15 années de combats entre les forces de sécurité et les groupes qui cherchent à instaurer un Etat islamique pur et dur. Les violences politiques ont diminué ces dernières années en Algérie, mais un noyau dur de 500 islamistes armés, regroupés au sein de l'Organisation d'Al Qaïda au Maghreb islamique, poursuit la lutte, essentiellement en Kabylie, à l'est d'Alger. Ces violences ont fait, de 1992 à aujourd'hui, dans les 200.000 morts.
L'Organisation d'Al Qaïda au Maghreb islamique a revendiqué le triple attentat suicide qui avait fait 33 morts le 11 avril dernier à Alger. Elle a également revendiqué l'attentat au camion suicide du 11 juillet, qui avait tué huit soldats à l'est de la capitale.

Source Reuters

Le Pèlerin
 

Partager cet article

Repost0

commentaires