Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

12 septembre 2007 3 12 /09 /septembre /2007 23:06
Politique. En dépit de ses relations très fortes avec la France, la présence française au sein de la principauté semble de plus en plus discrète
 
 
L'Ariège et l'Andorre se cherchent encore
 
Andorre serait en voie de rapprochement avec la France. Du moins, c'est ce que souhaite entreprendre Gilles Chouraqui, ambassadeur français en principauté d'Andorre, nommé en mars dernier. Le diplomate, présent à Foix il y a quelques jours, dans le cadre de la XVe conférence annuelle des ambassadeurs, a déploré la baisse progressive de la présence française dans la principauté. « Ce mouvement s'est amorcé depuis une vingtaine d'années, mais il est temps d'inverser la tendance.»
La constitution d'Andorre, datée de mars 1993, fait de cet état une coprincipauté parlementaire, dont le chef de l'État serait l'évêque d'Urgell et le président de la République française, tous deux coprinces de façon indivise. Malgré ce lien étroit entre la France et l'Andorre, il n'y aurait que 5.000 Français résidants dans la principauté, contre 10.000 Portugais, 28.000 Espagnols et 27000 Andorrans. « Nous nous sentons culturellement proche de la France, mais il est vrai que nous sommes bien plus tournés vers l'Espagne », admet Juli Minoves Triquell, porte-parole du gouvernement.
La principale explication avancée concerne les difficiles voies d'accès entre les deux pays. En témoigne les longues heures d'attente dans les bouchons pour atteindre la principauté cet été. «Imaginez en plus, que pour prendre le train à l'Hospitalet, nous devons acheter un billet dans une agence de voyage andorrane, qui s'adresse par la suite à Madrid », ironise Juli Minoves Triquell.
Le rapprochement entre les deux pays passe donc par un renforcement des liens... avec l'Ariège. «Le premier point consiste à intensifier les contacts entre les représentants des deux territoires », souligne Gilles Chouraqui. Conscient que de nombreux accords ont déjà été signés en ce sens, le diplomate a simplement rappelé qu'il souhaitait voir « se multiplier les échanges entre les deux chambres de commerce et pourquoi pas envisager une promotion touristique commune pour les deux territoires ».
Mais le premier pas concret de la France vers l'Andorre sera la création d'un « Printemps français », festival culturel qui devrait voir le jour en mai 2008. Affaire à suivre.
 
Source La Dépêche du Midi
 
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires