Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

18 septembre 2007 2 18 /09 /septembre /2007 06:37

Le numéro 2 de l’ugta révèle le contenu des décrets présidentiels

Le détail des augmentations de salaires
 
Les salaires de certains fonctionnaires passeront également du simple au double.
“La grille ne règle pas tout mais prend en charge un certain nombre de préoccupations”, reconnaîtra le secrétaire national de la Centrale syndicale.
La nouvelle grille des salaires adoptée récemment par le Conseil des ministres qui comprenait entre 1 et 20 catégories, passera de 1 à 17 catégories. À cela, il y a lieu d’ajouter 7 positions de cadres supérieurs hors catégories. Elle crée un large éventail et aère davantage la précédente grille qui était comprimée, ne permettant pas une évolution de carrière et imposant une différence infirme n’incitant pas les fonctionnaires à prendre leurs responsabilités.
Dans l’ancienne grille, il existait 78 échelles de valeur engendrant une anarchie dans le point indiciaire. Désormais, les 45 DA du point indiciaire actuel met un terme définitif à l’échelle de valeur et règle le problème vécu pendant de très longues années. Ce point indiciaire unique mettra en selle la Fonction publique, permettra l’évolution de carrière et améliorera au fur et à mesure le niveau des revenus des fonctionnaires sans toucher à la classification et à l’échelle de valeur du point indiciaire. “Tous les fonctionnaires sont concernés par cette nouvelle grille. Ils verront tous leurs salaires améliorés”, a déclaré M. Salah Djnouhat, secrétaire national chargé de l’organique à l’UGTA. Il avouera que cette grille mettra sur selle la classe moyenne qui a été “laminée”, constituant ainsi un “drame” pour la Fonction publique. Selon lui, tous les fonctionnaires gagnent dans l’affaire mais le gain diffère d’une catégorie à une autre. Le premier critère retenu dans la grille a trait à la qualification qui sera par conséquent, à l’origine d’une évolution importante des fonctionnaires dans la carrière. Avec le temps, des explications plus approfondies doivent être apportées, indiquera M. Djnouhat. Car, il affirmera que certains fonctionnaires perdront, conformément à cette grille, leur classification mais garderont toutefois non seulement leurs rémunérations mais verront celles-ci revues à la hausse. Cette perte dans la classification sera, arguera-t-il, due à leur qualification. Les salaires de certains fonctionnaires passeront également du simple au double. “La grille ne règle pas tout mais prend en charge un certain nombre de préoccupations”, reconnaîtra le secrétaire national. Néanmoins, pour maintenir les cadres algériens qui quittent la Fonction publique, il faut, soulignera-t-il, beaucoup plus que cet acquis. “Cette grille ne peut être qu’un déclic pour l’État algérien afin de pouvoir maintenir l’encadrement. Elle offre aussi au cadre et au fonctionnaire algérien les conditions pour mener à bien sa mission et accomplir le service public de qualité tant attendu par la population”, expliquera Salah Djnouhat qui ne semble pas entièrement satisfait, sentiment qu’il exprime à travers sa phrase lancée hier sur les ondes de la radio Chaîne III : “Beaucoup reste à faire !” Le niveau des salaires est, d’après lui, acceptable mais “pour l’UGTA il demeure insuffisant compte tenu de la cherté de la vie”. 

Entrée en vigueur de la grille de salaires une fois les statuts particuliers finalisés

Pour lui, le fonctionnaire doit bénéficier de toutes les conditions nécessaires afin d’offrir un service public de qualité. Cela ne se résume pas uniquement au revenu mais aussi à des aspects liés par exemple à sa dignité. Avec cette grille, il reste à parfaire et à finaliser, ajoutera M. Djnouhat, les statuts particuliers évalués au nombre de 43 dans les différents secteurs d’activité. Il y a aussi, précisera-t-il, un problème de régime indemnitaire qui demeure posé qu’il va falloir régler. À ce propos, “nous allons finaliser avec les différents ministères les statuts particuliers concernant l’ensemble des activités de chaque secteur”, annoncera le secrétaire national. La Centrale syndicale a, dans ce cadre, réuni toutes les fédérations nationales et des orientations et instructions nécessaires leur ont été données pour que cette opération soit réalisée le plus tôt possible. Il faut, selon lui, deux voire trois mois pour finaliser toute cette opération. Sur le plan réglementaire, insistera Salah Djnouhat, tout a été achevé.
Pour le régime indemnitaire, il doit faire l’objet de discussions avec les différents ministères. En tout cas, l’UGTA a demandé que la date d’effet soit arrêtée pour le 1er janvier 2008. “Notre souhait est que tous les statuts soient fin prêts le 1er janvier prochain. S’il y a un retard, un effet rétroactif sera prévu à partir du mois de janvier”, relèvera-t-il. L’application de la nouvelle grille des salaires dépendra de ce fait de la finalisation des statuts particuliers. Ces derniers diffèrent sur le plan des indemnités d’un secteur à un autre. Il existe ainsi des indemnités qui sont prévues dans le secteur de la santé, par exemple et qui ne le sont pas dans l’éducation nationale… Cependant, les départements ministériels sont en train d’effectuer les consultations nécessaires pour finaliser ces statuts particuliers. L’opération de finalisation a atteint, avancera M. Djnouhat un taux de 80 %.
Par ailleurs, le secrétaire à l’organique de l’UGTA reste optimiste quant à une augmentation du SNMG dans le futur d’autant plus que l’union a trouvé une écoute favorable auprès du gouvernement.

Source Liberté

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires