Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

24 septembre 2007 1 24 /09 /septembre /2007 06:40

Algérie - Démocratie non participative

Annoncée en grande pompe après une longue période de gestation, la nouvelle grille des salaires de la Fonction publique, voulue par le pouvoir comme un cadeau de la rentrée sociale destiné à améliorer la qualité du service public, aura produit, selon toute apparence, le contraire de l’effet escompté. Hormis la centrale syndicale, l’UGTA, qui s’est empressée de pavoiser et de se féliciter de l’adoption par le Conseil des ministres de cette nouvelle grille poussant l’euphorie jusqu’à se fendre d’un communiqué à la gloire de Bouteflika à qui il est attribué la paternité de cette mesure, du côté des autres syndicats autonomes l’heure est plutôt à la contestation. La puissante Fédération nationale des travailleurs de l’éducation (FNTE) affiliée à l’UGTA a décidé dans cette affaire de se démarquer de la centrale syndicale. Par ailleurs, sept organisations syndicales autonomes dont certaines ont pignon sur rue sur la scène syndicale et représentant plusieurs secteurs de la Fonction publique tels la santé, l’éducation, la formation, l’enseignement supérieur... viennent d’appeler à une grève générale pour le 6 octobre prochain pour dénoncer les injustices dont cette grille est porteuse à leurs yeux. On vous donne d’une main ce que l’on vous prend de l’autre : les quelques dinars que devraient gagner les travailleurs de la Fonction publique à la faveur de la nouvelle grille des salaires sont vite rattrapés par les réalités économiques du pays et les effets de l’inflation qui rendent virtuelle et illusoire l’augmentation des salaires annoncée. Et c’est ce marché de dupes que dénoncent avec force les syndicats autonomes. Il faudra donc s’attendre dans les prochains jours à un durcissement et à un élargissement du mouvement de contestation avec toutes ses conséquences sur le fonctionnement des services publics et des secteurs vitaux comme l’éducation et la santé. Une telle épreuve de force entre les partenaires sociaux et le gouvernement n’aurait-elle pas pu être évitée ? Encore une fois, le pays paie les frais d’une gestion administrative et centralisée pour ne pas dire improvisée des affaires publiques. Ce qui se passe sur le front social est le résultat, une fois de plus, de l’absence de concertation érigée en mode de gouvernance entre le pouvoir et les acteurs sociaux. Alors que dans les pays où la démocratie participative est une réalité de tous les jours, les citoyens sont associés aux petites et grandes décisions qui se prennent et qui concernent leur quotidien, chez nous, on se méfie comme de la peste des partenaires sociaux, particulièrement des organisations jalouses de leur liberté de réflexion et d’action par rapport au pouvoir. L’expérience a pourtant montré dans plusieurs conflits sociaux (le plus symptomatique fut l’abrogation de la loi sur les hydrocarbures suite aux remous qu’elle avait suscités dans le pays) que le pouvoir a fini par reculer et revoir sa copie. Même si elles n’ont pas le statut et les moyens de véritables contre-pouvoirs, les organisations sociales, celles qui ont notamment un caractère revendicatif, peuvent jouer néanmoins le rôle efficace de la mouche du coche.

Source El Watan

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires