Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

15 octobre 2007 1 15 /10 /octobre /2007 06:09

Aïd ou grève générale !?

Les fêtes de l’Aïd ont, depuis toujours, une saveur particulière. L’euphorie gagne généralement les ménages une semaine avant l’événement : on nettoie la maison de fond en comble, on embellit tous ses recoins, on s’ingénue dans la préparation des gâteaux et on y met les meilleurs atours pour recevoir dignement proches et amis. Il y a aussi une tradition ancestrale de solidarité et de communion qui accompagne cette circonstance heureuse. Les rencontres, les réconciliations, les échanges de visites, les cadeaux, les retrouvailles, le recueillement, et tant de chaleur humaine… L’Aïd, c’est tout ça à la fois. Les enfants, qui se mettent à l’occasion sur leur trente et un, rajoutent une note bien particulière aux réjouissances. Leurs éclats de rire, leurs jeux innocents et leurs minauderies égayent les foyers qui interrompent, ainsi, une espèce de routine ménagère. Seulement, le tableau n’est pas aussi plaisant en dehors de l’espace strictement privé. A la veille de la fête, les lieux publics se vident graduellement pour se figer complètement deux ou trois jours durant. En effet, les boulangers baissent leurs rideaux de fer, les restaurateurs prennent des vacances, les transporteurs se mettent en «hors service», et les échoppes ferment aussi sans aucun préavis. C’est la grève générale ! Cette mauvaise habitude crée à chaque occasion d’innombrables désagréments à l’ensemble des citoyens, notamment aux étrangers qui vivent dans notre pays et aux voyageurs qui atterrissent chez nous dans de telles conditions. On a, alors, tout le mal du monde à s’approvisionner en vivres, et le moindre déplacement –à défaut de transport en commun- relève du parcours du combattant. C’est devenu une règle ancrée dans le comportement de nos commerçants qui, sans crier gare, agissent en véritables «autocrates». Et, tant pis pour la clientèle ! On n’a pas cessé depuis toujours de dénoncer cette «démission» temporaire, mais le changement tant espéré tarde à se produire. Il est, désormais, grand temps de corriger ce «sale caractère» qui traduit un manque d’éthique et de moralité flagrant. L’union générale des commerçants et des artisans algériens (UGCAA) est, de ce fait, interpellée pour réfléchir sérieusement à un code qui sauverait l’honneur bafoué de la corporation. On doit penser, au moins, à garantir une permanence durant les jours fériés afin de témoigner un petit peu d’estime à ce client-roi qu’on méprise à chaque fête que Dieu fait. Les pouvoirs publics –à travers les directions du commerce et des transports- doivent aussi se saisir de cette lancinante question. On peut effectivement établir des plannings qui contraindraient les concernés à assurer un service minimum obligatoire. Car il s’agit, bel et bien, d’un gros problème qui entame en partie leur crédibilité, leur autorité et leur devoir de régulation du marché. De même, les associations de consommateurs -et la société civile de manière générale-, promptes à réagir lorsqu’il s’agit de dénoncer la hausse des prix, sont également tenues de soulever avec force cette question pour imposer le changement tant souhaité.
La fête sortira, alors, de l’espace domestique pour investir la sphère publique, et l’Aïd ne sera que plus beau !

 Source la Tribune 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires