Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

20 octobre 2007 6 20 /10 /octobre /2007 10:37

Loi de finances 2008 - Du nouveau pour les petits importateurs et le diesel

 
Bonne nouvelle pour les importateurs de marchandises destinées à la revente en l’état, ou ce que l’on pourrait appeler les «petits importateurs». Le projet de loi de finances 2008 présenté devant l’APN jeudi dernier, s’il venait à être adopté par le Parlement, mettra fin à l’obligation de détenir un capital social minimum pour toute création d’une société «d’importation». Le montant du capital social minimum a été arrêté pour rappel à deux milliards de centimes par la précédente loi de finances.

Cette décision d’obliger les importateurs de disposer au minimum de cette somme pour leurs activités d’importation était mue, d’après les explications du gouvernement, par le souci d’écarter les «affairistes» et autres «charlatans» de cette profession sujette à moult scandales dans le passé. Il faut rappeler que nombre d’importateurs ont préféré mettre la clé sous le paillasson après que le gouvernement eut décidé d’instaurer cette disposition approuvée par les parlementaires issus de la précédente législature.

Le projet de loi de finances 2008 prévoit en outre l’exemption de la TVA des laits infantiles importés ou fabriqués localement, la destruction de toute marchandise contrefaite ainsi que la prohibition à l’importation de toutes les marchandises comportant faussement des indications faisant croire qu’elles sont d’origine algérienne. Ceci étant, le texte souligne l’insaisissabilité, par des tiers, des avoirs des banques et des établissements financiers abrités dans les comptes de règlement ouverts auprès de la Banque d’Algérie afin d’assurer le bon fonctionnement des nouveaux systèmes de paiement.

Par ailleurs le même projet de loi présenté en plénière propose de relever de 0,3 DA à 0,6 DA le litre la taxe additionnelle sur le gasoil tout comme les vignettes des véhicules de tourisme qui marchent au diesel dont le montant sera, prévoit-on tout simplement doublé.

A défaut donc d’augmenter les prix du gasoil à la pompe comme cela a été annoncé à maintes reprises pour inciter les automobilistes à abandonner ce carburant hautement polluant, le gouvernement semble opter pour la solution la «moins impopulaire», à savoir la vignette automobile.

Il faut préciser que les concepteurs du projet de loi de finances, malgré l’envolée spectaculaire et historique du prix du baril du pétrole ces derniers mois, ont maintenu inchangé le prix de référence du baril à 19 dollars pour l’établissement du budget de l’Etat.

Le projet de loi, qui sera examiné dans les prochaines semaines en session plénière de l’APN, table sur l’engagement d’une importante enveloppe budgétaire pour la poursuite de la réalisation du Programme complémentaire de soutien à la croissance (PCSC) mais aussi introduit de nouvelles mesures de réduction de la pression fiscale, d’encouragement de l’activité économique et de soutien à l’accès des ménages au logement.

A cet effet, le texte prévoit une bonification des taux d’intérêt des prêts accordés par les banques aux fonctionnaires pour l’acquisition d’un logement ainsi que la bonification des taux d’intérêt (dans la limite de 2%) des prêts bancaires (crédit inférieur ou égal à 2 millions de DA) consentis pour la construction des habitations en remplacement des chalets installés suite au séisme de 1980 (Chlef, Aïn Defla, Tissemsilt et Tiaret).

Concernant les wilayas d’Alger et de Boumerdès, le projet donne une bonification des taux d’intérêt (dans la limite de 2%) des prêts bancaires (inférieur ou égal à 1 million de DA) aux propriétaires sinistrés des locaux à usage commercial, industriel ou artisanal et victimes du séisme de mai 2003.
 
 
Source Le Quotidien d’Oran
 
Le Pèlerin


Partager cet article

Repost0

commentaires