Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

28 octobre 2007 7 28 /10 /octobre /2007 08:37
L’UE constate et soutient la “forte volonté de moderniser et de démocratiser l’Algérie”
"L’Union européenne constate qu’il existe une «forte  volonté de moderniser et de démocratiser l’Algérie", a affirmé hier le président du Parlement européen, l’Allemand Hans-Gert Poeöttering.
Dans un entretien avec l’APS à la veille de son départ à Alger pour  une visite officielle du 28 au 31 octobre, M. Poeöttering compte exprimer aux  autorités algériennes «tout notre soutien au développement du pays, à la lutte  contre le terrorisme et à la défense des droits de l’homme».
Le président du Parlement européen compte "constater personnellement  l’évolution de la situation" lors des entretiens qu’il aura avec le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, et le chef du couvernement, M. Abdelaziz Belkhadem, ainsi qu’avec M. Abdelkader Bensalah, président du Conseil  de la nation, et M. Abdelaziz Ziari, président de l’Assemblée populaire nationale.         
Interrogé sur le soutien concret que peut apporter l’UE à l’Algérie,  M. Poeöttering  a estimé que le développement de l’Algérie "repose avant tout  sur l’importance de ses ressources propres". Dans le même temps, il relève que  "le dialogue politique avec l’Algérie est très avancé et l’UE peut contribuer  à la modernisation du pays, notamment en augmentant la coopération technique".
Il s’agit plus précisément pour lui de "concrétiser les possibilités  réelles et les perspectives" que l’accord d’association UE-Algérie offre aux  deux partenaires. Cela étant, "les efforts de développement et de coopération  avec l’UE doivent être complétés par une coopération accrue entre les pays du  Maghreb".
Parmi les sujets que le président du parlement européen compte évoquer,  figurent deux questions prioritaires dans l’agenda de la coopération bilatérale.
La signature d’un Protocole d’Accord sur l’établissement d’un "Partenariat  stratégique" énergétique entre l’UE et l’Algérie  "en cours de discussion",  et qui doit, selon lui permettre "le soutien aux réformes dans le secteur énergétique  en vue de l’harmonisation progressive des marchés énergétiques de l’Algérie  et de l’UE", le développement des "infrastructures énergétiques d’intérêt commun"  ainsi que "le développement de la coopération technologique et le transfert  d’expertise".
Quant à l’immigration illégale, qui constitue une préoccupation cruciale de l’UE, M. Poeöttering estime que ce phénomène "complexe" nécessite "une approche globale et à long terme. Elle doit être traitée conjointement  avec les pays d’origine et de transit".
Le Parlement européen, assure-t-il, souhaite la mise en place d’une  "vraie politique européenne de l’immigration et la création d’instruments légaux  visant à décourager l’immigration illégale". Il est d’avis que la mise en place  d’une politique commune d’immigration "efficace, tenant compte des impératifs  dictés par le respect des droits fondamentaux et des droits de l’homme", est  un "objectif prioritaire". Le Parlement européen "insiste également sur l’importance d’intégrer les immigrants dans les sociétés européennes".
Le président du Parlement européen  s’est, par ailleurs, montré sceptique au sujet de la proposition française d’Union méditerranéenne, car elle n’associe pas tous les pays membres de l’UE et ses institutions, et  fait double emploi avec les cadres de coopération contractuels existants (processus de Barcelone et politique européenne de voisinage).
M. Poeöttering soutient qu’"il doit s’agir d’initiatives réellement  européennes, si certains Etats membres sont en effet prêts à progresser dans cette direction, il ne faut pas oublier que beaucoup de projets sont en cours  de réalisation et ne doivent pas être ignorés, aux niveaux intergouvernemental  (politique Euromed dans le cadre du Processus de Barcelone) et communautaire (politique de voisinage, mais aussi activités parlementaires comme l’Assemblée  parlementaire euroméditerranéenne-APEM, qui regroupe le parlement européen  et les parlements nationaux tant de l’Union européenne que des pays méditerranéens  partenaires de l’Union, dont le président du Parlement européen est Vice-président)".        
Sur un autre volet, M. Poeöttering, connu pour son fort attachement au dialogue des civilisations, s’est fixé comme priorité, en tant que président  du parlement européen, "la promotion du dialogue interculturel".
Rejetant les théories sur le "heurt des civilisations", il estime qu’"il s’agit  plutôt de promouvoir la coexistence pacifique entre des cultures différentes,  notamment entre le christianisme, l’islam et le judaïsme".
Ce dialogue "doit être ancré dans la tolérance et la vérité. La tolérance  n’est pas synonyme d’acceptation pure et simple de tout. La tolérance implique  de respecter les convictions des autres tout en restant fidèle aux siennes".
M. Poeöttering juge "important" que "les pays partenaires comprennent  que la coopération n’est pas simplement une question technique: la coopération  prend sa source dans des valeurs communes que chacune des parties devrait promouvoir constamment et de concert (droits de l’homme, dignité humaine, libertés fondamentales). "Je suis intimement convaincu que le dialogue interculturel ne pourra progresser  que s’il se fonde sur la vérité et la tolérance".
L’année 2008, rappelle-t-il, a été déclarée par l’UE "Année européenne du dialogue interculturel", ce qui fournira l’occasion à l’Union européenne  de "mettre en lumière les thèmes de la politique européenne de voisinage d’une  part, et  des relations intercommunautaires au sein de l’Europe d’autre part"    "Nous encouragerons le dialogue interculturel dans la région méditerranéenne,  entre autres. L’UE s’engagera en faveur de la paix, de la coopération et de  l’amitié pour jeter un pont intellectuel et culturel au travers de la Méditerranée"  souligne le président du PE
 
Source : la Nouvelle République
 
Le Pèlerin
 
Partager cet article
Repost0

commentaires