Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

6 novembre 2007 2 06 /11 /novembre /2007 00:04

Rebondissement dans le scandale de la pomme de terre avariée

Le contrôle de l’Etat a été défaillant
L’ambassade du Canada à Alger a réagi hier aux informations qui ont fait état ces derniers jours de l’importation depuis ce pays de la pomme de terre impropre à la consommation.
Dans un communiqué transmis à notre rédaction, l’ambassade, qui a préféré attendre les conclusions de l’enquête de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA), précise que « le navire M/V Green Concordia qui transportait environ 3500 tonnes métriques de pomme de terre de consommation de l’Ile-du-Prince-Edouard et environ 300 tonnes métriques de pomme de terre de consommation du Québec, a quitté le port de Summerside pour l’Algérie le 17 octobre dernier ». Il y est ainsi précisé que la marchandise provenant du Québec contient effectivement « la flétrissure bactérienne ». Selon la même source, « après le départ du navire, l’ACIA a informé l’exportateur des résultats des analyses de laboratoire qui confirmaient la présence de la flétrissure bactérienne dans la pomme de terre du Québec ». Et d’ajouter que l’Agence« n’a pas délivré de certificat phytosanitaire pour les pommes de terre provenant du Québec ». « L’exportateur a remis à l’ACIA une déclaration écrite dans laquelle il affirme que la pomme de terre du Québec ne sera pas présentée pour importation en Algérie », précise encore le communiqué de l’ambassade. La pomme de terre certifiée de l’Ile-du-Prince-Edouard, selon l’agence canadienne, « ne risque aucunement d’avoir été contaminée par la pomme de terre infestée du Québec ». « Comme aucune des pommes de terre transportées sur le navire n’était destinée à la plantation, il n’existe aucun risque que la flétrissure bactérienne s’établisse en Algérie », affirme enfin l’ambassade du Canada. Il est à rappeler que durant tout le mois d’octobre, d’importantes quantités de pomme de terre ont été importées par l’Algérie pour faire face à la flambée des prix qu’a connue ce tubercule. Des importateurs véreux en ont profité pour se faire de l’argent : plus de 10 tonnes de pomme de terre pourries ont été saisies par les services de contrôle. Contactée hier, une source au ministère du Commerce nous a indiqué que « l’entière responsabilité dans ce genre de problème incombe au ministère de l’Agriculture (pour ce qui est de l’aspect phytosanitaire) et à la Chambre nationale de l’agriculture qui a eu à choisir la liste des importateurs et à fixer le cahier des charges ». Une source au ministère de l’Agriculture généralement bien informée dira que la seule marchandise dont on a confirmé la présence de bactéries, c’était en juillet dernier. « Des insectes de quarantaine ont été révélés et la cargaison a été refoulée », nous précise-t-on. Notre source confirme que le pays exportateur n’est pas le Canada. Aussi, selon notre source toujours, « il y a plus d’une semaine, toute la pomme de terre est contrôlée. Des échantillons ont été envoyés aux laboratoires. Aucune anomalie n’a été découverte ». Notre source considère que si l’agence canadienne confirmait que la pomme de terre importée était atteinte de bactéries, ce qui serait « inédit », d’après elle, alors ce serait « un problème qu’il faudrait traiter d’Etat à Etat ». L’agence, et le communiqué fait foi, vient de confirmer ledit cas. La balle est donc dans le camp du gouvernement dont la responsabilité reste entièrement engagée.
Source el Watan 

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires