Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

25 novembre 2007 7 25 /11 /novembre /2007 00:44
Saint Lizier, cœur de la «Silicon Valley» française?

On pourrait le croire, voire l’espérer avec l’installation, dans la pépinière/hôtel d’entreprises de Cap Couserans, de la société «
Anyware Technologies»


Difficile de définir cette jeune société, spécialisée dans le développement de solutions logicielles pour l’industrie et l’entreprise, si l’on n’est pas soi-même spécialiste de la chose.

Pour faire simple, disons qu’Anyware Technologies est née en 2000, du constat fait par un petit groupe d’ingénieurs, 8 très exactement, tous issus des secteurs de l’Industrie et des Services, d’importantes lacunes existant sur le marché du développement d’applications web, tant sur le plan de la qualité que du génie logiciel.

Anyware Technologies fait immédiatement le choix stratégique des technologies Open Source.


Elle s’investit rapidement dans la fondation «Apache»
Pour les ignares comme moi, précisons qu’ «Apache» n’est pas seulement le titre légendaire d’un groupe de musiciens anglais ancêtres des Beatles du nom des «Shadows», mais bien une communauté des meilleurs experts au monde (de l’ordre de 1.300 ) ayant une forte influence sur l’orientation de l’industrie informatique et ses standards.
 
Il faudra moins de 5 ans à «Anyware Technologies» pour que son directeur «Recherche et Développement» devienne le seul vice-président français (sur 28) d’Apache.

En 2005, année particulièrement faste, la société se lance sur le marché du M2M, autrement dit, «Machine-to-Machine», soit en français: Gestion centralisée de parcs de machines distantes (Télésurveillance, gestion de flotte de véhicules, relevés automatiques de compteurs d’eau d’électricité ou de gaz, assistance à la personne,…).

L’effectif passe de 25 à 40 personnes, et une levée de fonds de 3,2 millions d’euros donne un nouvel élan à la croissance de la société.


Aujourd’hui, «Anyware Technologies» est, avec plus de 70 collaborateurs et un chiffre d’affaires de 5 millions d’euros, le premier éditeur français de logiciels et solutions M2M.

Elle figure en outre dans les 100 premières entreprises M2M mondiales.

Plus proche de l’utilisateur moyen, «Anyware Technologies» développe également des applications en direction des sites de plusieurs grandes universités, ainsi que des projets de télévision sur Internet notamment avec le projet JOOST.

Tout cela pour dire que la venue de cette société, et d’une première équipe de télétravailleurs, peut donner à Cap Couserans, et au-delà au Pays Couserans tout entier, cet élan qui lui permettra de se positionner en site leader en matière de NTIC (Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication) et de Multimédia.

Et cela est d’autant plus vrai que le PDG d’«Anyware Technologies», Ludovic Le Moan, a la volonté d’ «insuffler une dynamique forte pour attirer  d’autres entreprises du même secteur»

Basé sur Toulouse, ce chef d’entreprise hors du commun est tombé amoureux du Couserans il y a quelques années, à l’occasion de l’université d’été Ludovia.

Il a trouvé ce lieu «magique» et choisi d’y tenter, contre vents et marées, un véritable «projet humain», loin de tout esprit de «chasseur de primes» comme on a pu en voir par le passé.


«Nous ne tirons aucun gain financier de notre installation en Couserans qui aurait plutôt tendance à nous coûter de l’argent.

Ce que nous pensons trouver ici, c’est une dynamique, une autre façon de travailler, et la satisfaction de ceux de nos collaborateurs qui préfèrent la campagne à la ville !
»

Déjà attributaire du label «Pôle de compétitivité Aérospace Valley», ce jeune PDG espère bien créer ici un véritable pôle de compétences en fédérant autour de son entreprise d’autres sociétés du même type.

Il faut dire qu’outre un environnement exceptionnel, pour qui, bien sûr, aime la nature préservée et la montagne sauvage, le Couserans présente bien des avantages.


Quel est le coin de France capable de marier ainsi la sérénité de la campagne, la sportivité de la montagne, le ski, la randonnée et la présence de la fibre optique assurant non pas seulement le Haut Débit, mais le Très Haut Débit?

Dans cet esprit de conquête et de développement, Ludovic Le Moan estime avoir plutôt l’ «âme d’un chef d’orchestre» que d’un simple chef d’entreprise.

Gageons que toutes les forces vives du Couserans sauront se mobiliser pour que ce rêve de «Silicon Valley en Couserans» devienne vite une réalité économique concrète.
Ne manque pour cela que la mise à disposition des entreprises candidates, de locaux, bureaux et logements adaptés. Raymond Coumes, conseiller général du canton, s’y est engagé!
 Source Ariègenews
 
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires