Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

2 janvier 2011 7 02 /01 /janvier /2011 08:14

Sexualité – Etes vous normal (e)

drague-ete.jpg

On peut difficilement parler de « normalité » en matière de sexualité… En revanche, on peut parler de « norme » et faire des moyennes ! Alors, vos pratiques relèvent-elles du commun des mortels... ou avez-vous tendance à vous démarquer

1 Quelle est la durée moyenne d’un rapport sexuel ?

« Si j’en crois ce que j’entends dans mon cabinet, la durée moyenne de l’acte sexuel est d’environ vingt minutes - préliminaires compris », explique Gérard Leleu, médecin, sexologue et auteur du Traité des orgasmes aux éditions Leduc.

Mais attention, c’est une moyenne. Les femmes sont plus performantes dans ce domaine !

Côté femmes : la durée de l’acte n’est pas limitée. Elles peuvent parvenir à l’orgasme de très nombreuses fois d’affilée.

Côté hommes : la longueur du rapport est soumise à la survenue de l’éjaculation. Mais bonne nouvelle : elle est plus longue à venir dès la cinquantaine !

2. Quelle est la fréquence des rapports ?

Les Français font en moyenne l’amour… tous les trois jours ! C’est ce que démontre l’enquête Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) portant sur 12 364 personnes âgées de 18 à 69 ans, parue en mars dernier.
Côté femmes : la fréquence des rapports sexuels se situe en moyenne entre 7,3 et 8,7 par mois. A noter : depuis le début des années 70, elle est en constante augmentation dès l’approche la cinquantaine.

Côté hommes : les chiffres sont sensiblement les mêmes que chez leurs compagnes puisqu’ils ont en moyenne entre 7,2 et 8,7 rapports par mois (en fonction de leur âge). Seule différence : leurs moyennes sont stables depuis des décennies !

3.  Combien de fois de suite peut-on faire l’amour ?

Dans ce domaine, c’est bien connu, les hommes n’ont pas l’avantage. La preuve par les chiffres !

Côté femmes : la gent féminine peut avoir des orgasmes à répétition. « Elle peut jouir… quatre fois en moyenne, et beaucoup plus selon la qualité du plaisir », explique Gérard Leleu, sexologue.

Côté hommes : la gent masculine remet le couvert en moyenne… une fois ! Seul l’homme très jeune (20 ans) peut réitérer l’acte à condition d’être très stimulé, deux fois, voire trois fois dans des conditions exceptionnelles… Mais cette fougue ne dure pas.

4. Peut-on différencier sexualité et sentiments ?

Sexe et sentiment sont fréquemment dissociés. Cette tendance a longtemps été l’apanage de la gent masculine. Mais les femmes changent aussi dans ce domaine !

Côté femmes : 28 % des 18-24 ans et 25 à 27 % des 40-59 ans considèrent qu’on peut avoir des rapports sexuels avec quelqu’un sans l’aimer. Et parmi les plus jeunes, seules 20 % ont leur premier rapport sexuel avec celui qui deviendra leur conjoint...

Côté hommes : près de 60 % des 18-24 ans estiment qu’on peut avoir des relations physiques sans amour, et 46 à 49 % des 40-59 ans. Seulement 6 % des plus jeunes ont vécu en couple avec leur première partenaire...

5. Perte de désir : est-ce fréquent ?

« La perte de désir au sein du couple est extrêmement fréquente, hélas », explique Gérard Leleu, médecin sexologue. On pointe souvent du doigt l’âge comme responsable de la diminution du nombre de rapports. Mais la fréquence de ces derniers baisse avant tout quand la durée de la relation amoureuse augmente...

Côté hommes comme côté femmes : l’Inserm comptabilise 12 rapports par mois quand la rencontre date de moins de six mois… Leur nombre chute à 8 par mois lorsqu’on se connaît depuis plus de cinq ans...

6. La masturbation est-elle naturelle ?

La masturbation est une pratique de plus en plus courante, quel que soit le sexe.

Côté femme : 60 % déclarent s’adonner à l’onanisme. Surprise : les plus jeunes, bien que mieux informées, sont aussi les moins concernées. Seule une femme sur deux entre 18 et 24 ans déclare s’être déjà masturbée. Cette tendance s’inverse avec l’âge. Deux tiers des 25-49 ans s’y adonnent régulièrement. En bref : une femme sur cinq dit avoir pratiqué fréquemment l’onanisme au cours des 12 derniers mois.

Côté hommes : pas de scoop ! Plus de 90 % d’entre eux disent l’avoir déjà pratiquée. Elle est expérimentée tôt par la gent masculine, de manière à peu près universelle et récurrente, toutes générations confondues.

7. Peu ou pas de plaisir, un phénomène commun ?

L’orgasme n’est pas une obligation... y compris chez l’homme ! Une sexualité épanouie passe aussi par un échange et des caresses, de la tendresse…

Côté femmes : selon l’Inserm, 28,9 % des femmes déclarent avoir des difficultés à atteindre l’orgasme, quel que soit leur âge - soit plus d’une sur quatre !

Côté hommes : toujours d’après l’Inserm, 2,5 % d’entre eux déclarent avoir fréquemment des difficultés d’érection, et 14,3 % avouent y être confrontés parfois - cette situation augmentant fortement après 50 ans. A noter : dans la grande majorité des cas, ces difficultés ne semblent pas vécues comme une gêne dans la sexualité.

8. Pétration anale, cunnilingus, fellation : normal ?

Les personnes qui déclarent pratiquer la pénétration anale, le cunnilingus ou la fellation sont plus nombreuses que dans la dernière enquête de l’Inserm parue en 1992.

Côté femmes : il y a 15 ans, seules 24 % d’entre elles disaient avoir tenté la pénétration anale contre… 37 % en 2006 ! Plus de 80 % d’entre elles déclarent aussi avoir testé la sexualité orale.

Côté hommes : ils étaient 30 % au début des années 90 à avoir essayé la sodomie. En 2006, ils sont 45 %. Ils sont aussi 85 % à pratiquer la sexualité orale - régulièrement. A noter : la sodomie reste une pratique occasionnelle, ce n’est pas une composante ordinaire de la sexualité des Français. Entre 25 et 49 ans, les femmes sont 12 % à dire la pratiquer souvent ou parfois, et seuls 15 à 18 % des hommes la pratiquent régulièrement.

9. Plusieurs relations en même temps... courant ?

D’après l’enquête Inserm, une proportion relativement faible de femmes et d’hommes vivant en couple avoue une infidélité au cours des 12 derniers mois. Des chiffres bien surprenants au regard de ceux de la Russie où 75 % des hommes et 50 % des femmes avouent leurs incartades ! Gérard Leleu, sexologue, est plus explicite : « D’après mon expérience, l’infidélité touche facilement 60 % des couples au moins une fois dans leur vie ! ».

Côté femmes : seulement 2,8 % ont déclaré à l’Inserm avoir eu au moins un partenaire sexuel autre que leur conjoint.

Côté hommes : ils ne sont que 5,3 % à ne pas pouvoir tenir leur langue ! A noter : ils sont également 4,5 % entre 25 et 49 ans (contre 2,5 % de leurs compagnes) à déclarer avoir fréquenté des lieux échangistes au moins une fois.

10. Le recours à la prostitution, une exception ?

Le recours à la prostitution n’est pas une exception – même si on ne dispose de chiffres que côté masculin !

Côté hommes, donc : après 50 ans, plus d’un homme sur quatre a payé au moins un rapport sexuel dans sa vie. Selon l’enquête Inserm 1992, 3,3 % des hommes avaient eu un rapport sexuel avec une prostituée au cours des cinq dernières années. C’est encore le cas de 3,1 % d’entre eux en 2006. Les hommes entre 20 et 34 ans représentent toujours la plus forte clientèle. A noter : on constate d’importantes variations géographiques. Seuls 4 % d’hommes demeurant dans des communes de moins de 5 000 habitants onteu recours à ces Pratiques

11. L’absence de sexualité dans le couple est-elle rare ?

L’absence de sexualité dans le couple est d’autant plus fréquente que la durée de la relation amoureuse augmente. Elle n’est pas inéluctable.

Côté femmes : si la baisse de désir peut se faire sentir très vite, la libido peut aussi remonter en flèche dès la cinquantaine. Avec le bouleversement hormonal et l’augmentation de la testostérone, elles ont souvent plus envie ! « J’ai des patientes de 80 ans qui ont des orgasmes et qui en redemandent ! », explique Gérard Leleu, sexologue.

Côté hommes : très jeunes, ils sont plus ardents, mais leur vigueur se calme avec les années. « Dès la cinquantaine, ils sont souvent plus paresseux que leurs compagnes, moins créatifs… Ils n’ont plus très envie de changer… », conclue notre médecin.

Source Senior Planet

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires