Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

20 décembre 2007 4 20 /12 /décembre /2007 01:29
Gestion des Déchets
Les Français proposent leurs services

Les décharges existant aujourd’hui à Alger ne sont pas conçues pour protéger l’environnement.
La gestion des déchets pose un véritable problème. Répondant à l’appel du président de la République, des entreprises françaises, spécialisées en la matière, tentent d’apporter leurs expériences au plan national d’action pour l’environnement et le développement durable. Dans ce sens, des discussions ont été engagées par leurs représentants avec les différents responsables locaux, notamment les ministères de l’Environnement et de la Santé, les premiers responsables du CHU Mustapha Bacha, a révélé hier Mme Claude Masegosa, attachée commerciale à l’ambassade de France à Alger. «Nous avons invité les sociétés françaises à venir investir en Algérie», a-t-elle ajouté. La rencontre d’hier devait permettre aux entreprises de découvrir le marché algérien de la gestion des déchets. La délégation est composée de 20 entreprises françaises disposant d’une solide expérience en matière de gestion des déchets ménagers, industriels et hospitaliers. Ces opérateurs, en quête de professionnels algériens du secteur de l’environnement, sont intéressés par le développement de partenariats et de contacts avec les institutions confrontées aux problèmes environnementaux. Le Dr Touhant Jalel, praticien inspecteur et membre du groupe du travail Task Force, a expliqué que l’objectif de son équipe est d’organiser une filière de gestion de déchets d’activité de soins à risque infectieux (Dasri-Plus), un projet s’étalant de 2005 à 2009. «Nous avons travaillé avec la société française AC’Sees. Notre but est de faire le tri des déchets à la source», a-t-il indiqué. Plus explicite, il dira: «Il y a la filière noire, déchets assimilables aux ordures ménagers (Daom), la filière jaune, déchets d’activité de soins à risque infectieux (Dasri), la filière rouge, déchets chimiques et toxiques (DCT), et enfin la filière verte, déchets anatomiques.» Un schéma directeur à mettre en place afin de mieux gérer les déchets hospitaliers. «A vrai dire, rien ne garantit que l’infirmier a séparé les déchets, chacun dans sa filière en raison de la non-organisation de cette activité. Il ne s’agit pas seulement d’une question d’équipement, mais de la formation de tout le personnel», a-t-il enchaîné. Et d’ajouter: «Notre objectif est de concrétiser ce projet au niveau de toutes les infrastructures hospitalières à travers le territoire national, d’ici à 2009. Ceci va du tri au traitement des déchets en passant par le stockage.» Pour ce faire, les entreprises françaises proposent des incinérateurs et des banaliseurs. Pour sa part, Stéphane Heddesheimer, vice-président de Suez Environnement, a déclaré: «En tant que professionnel, nous souhaitons que l’Etat algérien lance un appel d’offres pour mieux gérer les déchets. Car nous sommes prêts à mettre notre savoir-faire au service du secteur sanitaire algérien.» Au chapitre du paysage environnemental du pays, il affirme qu’Alger est confrontée à deux problèmes, «l’un a trait à la collecte des déchets et à la propreté de la ville et l’autre est lié au traitement des déchets en décharge». Il renchérit: «Les décharges qui existent aujourd’hui à Alger ne sont pas conçues pour protéger l’environnement. Elles sont polluantes. Je crois savoir que les autorités algériennes ont décidé de créer de nouvelles décharges répondant aux normes internationales.» Et cela «est de notre ressort», a-t-il conclu.
 
Source l’Expression
Le Pèlerin
 
 
 
Partager cet article
Repost0

commentaires