Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 décembre 2007 5 21 /12 /décembre /2007 00:04
France: croissance de 1,9% en 2007, ralentissement attendu l'an prochain, selon l'Insee
Il est généralement acquis dans les consciences collectives que La gauche quand elle est aux manettes de la France, elle dilapide les ressources de notre pays et que lorsque c’est l’inverse on les vide un peu moins car il faut bien que les copains se servent
 
Donc voilà l’ami Sarko aux manettes depuis de nombreuses années….N’oublions pas qu’il a déjà œuvré à Bercy….
 
Donc place à l’imagination, à la libérations des énergies, place au libéralisme et à la croissance…..Après tout si tout le monde doit en bénéficier….Mais voilà du temps de Jospin et pour comparer ce qui était comparable
 
Le trou de la sécu était alors était moindre voire avait disparu
 
Nous ne nous contentions pas de jeter un œil sur la< croissance ….Nous étions acteurs nous faisions un point de croissance de plus que le niveau de croissance mondiale…
 
Aujourd’hui nous faisons nettement moins que le niveau de croissance mondiale….Pas étonnant que Sarko aiot envoyé le principal acteur de ces performances d’antan au FMI….
 
Il emble toutefois que côté chômage cela< s’améliore ; ce qui est ujn bien pour la France ;;;Et donc pour vous montrer que je ne suis pas sectaire, je vous livre un large extrait d’un article ne provenant pas d’un média de gauche….
 
Début de citation
 
La France devrait finir l'année sur une croissance de 1,9% mais ne sera plus épargnée par les chocs de l'économie mondiale et connaîtra début 2008 un ralentissement de l'activité et du pouvoir d'achat, avec une poussée d'inflation, prévoit l'Insee.
Le chômage devrait continuer de baisser début 2008 quoique plus lentement pour atteindre au deuxième trimestre 7,7% de la population active en France, hors départements d'outre-mer, selon l'Insee, qui mise sur des créations d'emploi toujours nombreuses, notamment dans le BTP.
La courbe du chômage, que l'Insee a réécrit récemment après des mois de polémique, continuerait donc à s'infléchir mais sur un rythme ralenti par rapport à 2006 et à 2007, selon la note de conjoncture de l'Institut économique publiée jeudi.
Selon l'Insee, l'impact des grèves dans les transports en novembre 2007 aura contribué à une perte d'environ 0,1 point de croissance au quatrième trimestre mais elle est
Dans sa note de conjoncture publiée jeudi, l'Institut national de la statistique estime qu'après le rebond du troisième trimestre (+0,7%), "l'activité économique devrait rejoindre un rythme plus modéré" jusqu'à la fin du premier semestre 2008.
Le produit intérieur brut (PIB) progresserait ainsi de 0,5% au dernier trimestre 2007 et au premier trimestre 2008 puis de 0,4% au trimestre suivant, pour un acquis de croissance s'établissant à 1,7% à la fin juin. compensée par une hausse équivalente au premier trimestre 2008.
"Au final, l'impact de la grève sur la croissance annuelle est négligeable, elle serait quand même de 1,9%", souligne Pierre-Olivier Beffy, chef de la division synthèse conjoncturelle de l'Insee.
Un chiffre conforme à celui récemment cité par le Premier ministre François Fillon mais inférieur à la prévision de croissance du gouvernement, qui tablait sur une hausse comprise entre 2% et 2,5%.
Après une nette progression en 2007 (+3,3% contre +2,4% en 2006), le pouvoir d'achat des ménages ralentira en 2008 "malgré l'impact favorable" des mesures du "paquet fiscal" (heures supplémentaires, crédit d'impôt sur les intérêts d'emprunts, exonération des droits de succession, etc.).
L'Insee s'attend en outre à une hausse de l'inflation, poussée par les prix de l'énergie et ceux des produits alimentaires, qui atteindrait un pic à 2,8% en février 2008 pour revenir à 2,4% sur un an à la fin juin, comme en novembre.
"Le ralentissement marqué de leur revenu et une inflation plus forte entraîneraient donc un ralentissement du pouvoir d'achat des ménages au premier semestre de 2008 (+1,2% en rythme annuel)", explique l'Insee.
La consommation des ménages, principal sinon unique moteur de la croissance française, ne serait toutefois pas trop touchée par ce ralentissement, les foyers rognant sur leur d'épargne pour continuer à consommer, "aidés en cela par le déblocage anticipé de l'épargne salariale autorisé au premier semestre".
Les prévisions de l'Insee confirment en revanche l'accentuation du déficit commercial français qui aura amputé cette année la croissance de 0,3%, comme en 2006.
Bien que "les pertes de parts de marché des exportateurs français semblent s'atténuer", le commerce extérieur continuerait à peser sur la croissance au premier semestre 2008, sous l'effet notamment d'un taux de change de l'euro défavorable et d'une baisse des commandes étrangères dans un environnement mondial moins porteur.
L'investissement des entreprises, encore dynamique fin 2007, serait quant à lui progressivement freiné par le durcissement des conditions de crédit et le ralentissement de la demande internationale issus des difficultés de l'économie américaine.
"L'ampleur et la durée de la crise de liquidités actuelle constitue la principale source d'incertitude affectant cette prévision" qui "repose sur l'hypothèse que l'impact sur la croissance de la dégradation de notre environnement international reste limité", avertit cependant l'Insee.
"20.000 personnes en moyenne sortiraient du chômage chaque trimestre en France métropolitaine", contre en moyenne le double en 2006, selon l'Insee.
Le ralentissement de la vitesse de baisse du chômage "serait moins favorable à l'évolution des salaires", note l'Insee.
Après avoir stagné en 2004, augmenté en 2005, puis diminué de 0,8 point en 2006, le chômage baissera de 0,5 point cette année.
L'an prochain, il descendrait à nouveau d'un cran, de 7,8% au quatrième trimestre 2007 à 7,7% au premier trimestre 2008, mais stagnerait à ce niveau jusqu'au deuxième trimestre.
L'Insee met en avant l'augmentation "moins soutenue qu'auparavant" de la population active, mais aussi des créations d'emplois "toujours importantes" quoique moins vives en 2008.
Cette année, après 282.000 créations d'emplois en 2006, l'économie française devrait créer 348.000 emplois salariés dont 286.000 dans le secteur marchand.
 
Fin de citation
 
L’article cité en dernier a été récupéré sur « Seniorplanet »
 
Le Pèlerin
 
Partager cet article
Repost0

commentaires