Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

22 décembre 2007 6 22 /12 /décembre /2007 07:36

Union de la Méditerranée - Sarkozy, Zapatero et Prodi lancent l’Appel de Rome

En dehors de l’Allemagne qui continue à s’opposer farouchement à la concrétisation de son projet d’union méditerranéenne, le président français Nicolas Sarkozy a réussi, jeudi soir à Rome, la prouesse de convaincre ses homologues espagnol et italien de rallier sa cause.
Plus qu’un simple soutien, le président français a reçu de la part des chefs de gouvernement espagnol, Jose Luis Zapatero, et italien, Romano Prodi, qui jusque-là s’étaient montrés réservés sur la question, un engagement ferme de contribuer à faire aboutir le projet d’union méditerranéenne. Engagement qui, pour le moins que l’on puisse dire, met en minorité l’Allemagne d’Angela Merkel. Ce soutien s’est exprimé à travers l’Appel de Rome pour l’union de la Méditerranée, lancé par MM. Sarkozy, Prodi et Zapatero et que ceux-ci entendent concrétiser lors d’une conférence le 13 juillet prochain à Paris. Le texte de cet appel a été adopté lors d’une réunion tripartite tenue dans la capitale italienne. Le président français et les chefs de gouvernement espagnol et italien ont, lors d’une conférence de presse animée conjointement, tenu à placer cette vision d’une union politique apportant « la paix et le développement » entre les deux rives de la Méditerranée, dans l’esprit ayant présidé au Traité de Rome de 1957 qui a donné naissance à l’Union européenne. « Convaincus du fait que la Méditerranée, creuset de culture et de civilisation, doit reprendre son rôle de zone de paix, de prospérité, de tolérance, le président de la République française, le président du Conseil des ministres de l’Italie et le président du gouvernement d’Espagne se sont réunis à Rome le 20 décembre 2007 pour réfléchir ensemble aux lignes directrices du projet d’union pour la Méditerranée. L’union pour la Méditerranée aura pour vocation de réunir Europe et Afrique autour des pays riverains de la Méditerranée et d’instituer un partenariat sur un pied d’égalité entre les pays du pourtour méditerranéen », ont indiqué MM. Sarkozy, Prodi et Zapatero dans leur appel. Et de préciser que cette union pour la Méditerranée sera « le cœur et le moteur de la coopération en Méditerranée et pour la Méditerranée et visera à rendre plus claires et visibles les actions que les différentes institutions développent en faveur de la Méditerranée ». Les responsables français, espagnol et italien ont indiqué par ailleurs s’être mis d’accord pour « inviter les chefs d’Etat et de gouvernement des pays riverains de la Méditerranée à se réunir avec les pays de l’UE le 14 juillet à Paris pour définir leur vision commune » et que « ce sommet sera précédé d’une réunion des pays riverains le 13 juillet ». Dans le même moment, l’on a annoncé que Paris assurera la présidence semestrielle de l’Union européenne à partir du 1er juillet 2008 et que des travaux préparatoires seront entamés au cours des prochains mois par la France, l’Espagne et l’Italie « en étroite consultation avec les pays appelés à participer » à l’union. Au-delà du problème posé par « le veto allemand », Paris, Madrid et Rome auront aussi fort à faire, d’ici juillet prochain, pour mettre en confiance les pays de la rive sud de la Méditerranée qui, dans leur majorité, sont assez dubitatifs sur cette idée d’union de la Méditerranée. Le défi principal pour MM. Sarkozy, Zapatero et Prodi sera notamment de convaincre leurs partenaires du Maghreb que leur projet sera plus équitable que le processus de Barcelone et, surtout, qu’il pourra trouver des réponses durables aux innombrables blocages sur lesquels celui-ci a butés au point de devenir complètement inopérant. Car, dans le cas contraire, le projet d’union de la Méditerranée, vu du Sud, ne pourra être appréhendé autrement que comme une chimère de plus.
 
Source El Watan
 
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires