Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

25 décembre 2007 2 25 /12 /décembre /2007 00:00

Un Noël discret pour les chrétiens d’Algérie

 

Les chrétiens d’Algérie vont fêter dans une relative discrétion les fêtes de Noël. Une célébration qui remet en lumière les libertés religieuses en Algérie et une certaine ferveur commerciale pour les musulmans.

Messes, cérémonies religieuses, cadeaux pour les enfants, dîners et sapins de Noël vont rythmer les festivités d’un Noël vécu comme une occasion de rapprocher les communautés religieuses. Si la communauté juive est strictement en voie de disparition, la communauté chrétienne cultive une discrétion et une réserve conformes aux traditions algériennes.  

« l’Algérie respecte dans ses largeurs la liberté religieuse même si elle gagnerait que sa législation aille plus nettement vers une certaine laïcité», indique Père Nicolas de l’Archevêché d’Alger. Le constat politique est appuyé sur des blocages d’ordre psychologique de la société algérienne.

«C’est la mentalité populaire qui est mal préparée à accepter les différences religieuses», ajoute le représentant de l’Eglise. Et pourtant, à voir les magasins de jouets qui réalisent un chiffre d’affaires effarant et des marchés pris d’assaut, on croirait même que les fêtes de Noël sont fêtées chez les musulmans. Mais ce mimétisme de consommation durant des fêtes, martelées par les télévisions françaises ne résiste pas au constat que la dimension de tolérance de cette fête est totalement occultée.

«Nous ne ferons pas fait de bûches de Noël mais nous allons nous rattraper pour le Réveillon», indique un pâtissier connu d’Alger pour les queues interminables d’amateurs de bûches. Une ferveur commerciale qui fait réagir l’épiscopat.

«Si Noël est fêté pour ces notions de paix, de respect de l’autre, d’aide aux démunis et que les non chrétiens s’y associent. C’est tant mieux. Mais il me paraît qu’il s’agit davantage de consumérisme qui sert d’abord les commerçants à profiter des fêtes».

 Cette amertume repose sur le fait que les libertés religieuses en Algérie sont préservées et tolérées par les pouvoirs publics sans pour autant qu’il y ait des avancées dans le respect cultuel des autres communautés.

«Il paraît inconcevable dans une société moderne de continuer à privilégier un Islam dans le droit positif et à vouloir ailleurs ce qu’on ne respecte pas chez-soi».

L’allusion de l’Eglise à Alger concerne le paradoxe de la situation de l’Islam en France et du Christianisme en Algérie.

Avec l’affaire du foulard islamique, la polémique sur les signes ostentatoires, le rapport Stasi, la discrimination positive de Sarkozy, l’offensive de Tariq Ramadane et le discours sur la laïcité de Chirac, les effets de ce débat religion laïcité se sont faits ressentir en Algérie.

«Je suis frappé par le fait qu’on s’indigne sur ce qui se passe en France et qu’on estime tout à fait normal qu’un chrétien n’ait pas de droit ici», estime Père Nicolas en référence aux blocages inhérents aux mariages entre chrétiens et musulmanes qui sont interdits par le droit positif algérien.

 Liberté mineure en Algérie, l’expression religieuse, quoique préservée par les pouvoirs publics algériens -signataires du pacte international relatif aux droits civils et politiques et la déclaration sur l’élimination de toutes les formes d’intolérance et de discrimination fondées sur la religion et la conviction, demeure en recul par rapport aux voisins maghrébins. Les communautés juives et chrétiennes sont protégées au Maroc et en Tunisie alors que l’Algérie qui a été précurseur dans le respect des religions et prône un dialogue de civilisation, se retrouve à la traîne. Une analyse qui placerait l’Algérie dans une catégorie assez enviable, tout de même, selon le rapport sur les libertés religieuses du département d’Etat américain diffusé le 18 décembre dernier qui fait le commentaire suivant sur l’Algérie: «pays tolérant, bien que l’Islam est religion d’Etat.

Le gouvernement algérien fait de son mieux pour laisser libre exercice des cultes: non fermeture des synagogues et églises». Reste que si le gouvernement algérien préserve au mieux les intérêts religieux des communautés dites «minoritaires», c’est au niveau du débat de société que la tolérance semble la moins ancrée.

 

Extrait du Quotidien d’Oran : http://www.quotidien-oran.com/html/home.html

 

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0

commentaires