Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

4 janvier 2008 5 04 /01 /janvier /2008 00:26

Le tourisme motorisé reconquiert l’Algérie 

Le Sahara, destination idéale 

Ralenti par l’affaire des touristes allemands et autrichiens enlevés en 2003, le tourisme saharien reprend de plus belle, surtout en moto.


En témoigne la randonnée des motards montés sur des Harley Davidson effectuée au début de cet été (ils seront plus nombreux en 2008), et celle achevée depuis quelques jours par une soixantaine de bikers dont plus de 45 de nationalités étrangères. Un pari difficile certes à réaliser mais qui nécessite une totale coordination entre les différents services, à commencer par ceux chargés de la sécurité, les tour-opérateurs et les offices de tourisme. Les bikers qui ont quitté la capitale algérienne depuis l’hôtel Mazafran, à Zéralda, se sont ébranlés à travers les routes nationales et les chemins de montagne à destination de Ghardaïa. Plusieurs haltes ont été effectuées pour des photos-souvenir comme celle de la Chiffa, lieu paradisiaque réputé pour ses singes, ou sur la route vers Aïn Ouessara pour l’approvisionnement en carburant. En prenant la RN 1 vers Djelfa, on est subjugué par l’étendue des plaines. Des travaux d’extension de cette route en deux fois deux voies sont en cours. « Regardez toutes ces parcelles de terre, vous pouvez construire non pas une seule ville mais plusieurs à la fois et régler définitivement la crise du logement. Il faudrait que l’Etat fasse appel à des experts en construction pour endiguer le problème crucial du logement », lance Lyès, le photographe d’El Watan. Arrivés dans une station d’essence sur la route menant à Djelfa, les motards sont envahis par un groupe d’adolescents qui leur posent différentes questions. « Que faites-vous ici ? Où allez-vous ? » A l’intérieur du café situé à l’angle de cette station, un individu au teint kabyle nous sert une limonade. « Vous êtes des journalistes. Vous savez que vous avez de la chance de voyager avec des motards étrangers, je connais pas mal de vos confrères avec qui j’ai étudié à Babez (université Houari Boumediène de Bab Ezzouar) », avance-t-il. Ingénieur de son état, notre bonhomme exerce comme serveur dans un patelin presque désertique. A notre question de savoir par quel miracle il a atterri dans ce lieu, sa réponse est plus que logique : « El Khobza mon frère (mon gagne-pain). » Nous quittons notre ami en lui souhaitant bonne chance, tout en prenant la route vers Ghardaïa. Nous marquons une pause-déjeuner sur une route bien asphaltée dont la couleur sombre contraste avec la couleur éclatante des collines dénudées. Quelques bâtiments de couleur jaune de deux étages font face au restaurant. Des badauds se regroupent de l’autre côté de la chaussée. Lyès, Riad et Mohamed « la pression », une équipe dynamique d’Allo OTA, se déplacent vers les enfants, les bras truffés de tee-shirts et de casquettes blanc et rouge à l’effigie de l’opérateur de téléphonie mobile. Les mioches sont heureux de recevoir ces cadeaux. D’autres accourent pour décrocher un tee-shirt. Il est utile de préciser qu’Allo OTA a sponsorisé ce raid en compagnie de sept de ses distributeurs officiels : Isicom, Mobi One, Ring, Nomadic, Moon Mobile, Novaphone et Sarl wmpi), en compagnie de Glob Trans, Universal Transit France, la Safex, la Fédération algérienne des sports mécaniques, le ministère du Tourisme et Red Bull. Pour ce dernier cité, il faut dire que les Red Bullettes et leurs véhicules confectionnés à l’effigie de la marque de boisson énergétique étaient elles aussi de la partie. Amina, Lamia, Sihem, Meriem et leurs deux collègues Aniss et Rabie ont véritablement animé le raid. Ils distribuaient des cannettes aux bikers lors de chaque halte, exténués qu’ils étaient aussi bien par le long trajet que par la chaleur du désert. Arrivés dans la soirée sous bonne escorte de la gendarmerie et de la police, l’armada à deux roues, accompagnée par un nombre impressionnant de véhicules, a été prise en charge par l’agence de voyages M’zab Tours. Son directeur, Boughali Toufik, a déployé toutes ses qualités pour accueillir tout ce beau monde dans sa merveilleuse palmeraie de Beni Izguen. Un dîner traditionnel a été servi dans des salles traditionnelles, où la h’rira le disputait au couscous local servi dans des écuelles en bois. Les Hollandais, les Belges et le couple argentin n’en revenaient pas du paysage féerique et de l’accueil réservé à la délégation. « L’accueil des gens était chaleureux, le paysage est magnifique et même les routes étaient excellentes », déclarent Guillermo et Martinez d’Argentine. Accompagné de Mercedes, le couple, vivant à Genève (Suisse), a participé à différents raids aux USA, au Canada, en Amérique latine et en Europe. Il tient à remercier les services de sécurité pour leur assistance quasi permanente. « L’escorte nous a facilité le travail », tiennent à préciser nos interlocuteurs. Seul bémol, ajoutent-ils, les services de l’hôtellerie à améliorer et à exploiter davantage dans plusieurs villes du Sud. Cette nuit-là, une troupe folklorique égayait la soirée de ses chants et danses traditionnels, créant ainsi une ambiance conviviale. Les étrangers ne se gênaient guère pour se lancer dans l’ambiance et danser dans les palmeraies. Le lendemain, les bikers se sont réveillés tôt le matin pour immortaliser les photos du lever du soleil. Un soleil entre le sommet d’une dune, les palmiers et les roches de sable. Un paysage féerique. Les motards ne se gêneront guère pour filmer et photographier même sur les toits des habitations traditionnelles.

Ghardaïa, perle des oasis

La vallée du M’zab est la région qui a inspiré plus d’un poète et attiré plus d’un touriste. Jadis, lorsque les touristes occidentaux se comptaient par centaines de milliers, Ghar de Daïa (traduire par là Grotte de Daïa), aujourd’hui Ghardaïa, était le point de chute par excellence des touristes européens et nord-américains. On continue à aimer cette oasis de paix en ce sens que les hôtels de la ville affichent complet. Les civilisations ancestrales de la vallée font d’elle une zone touristique par excellence. Sa situation géographique et son développement économique et culturel lui confèrent des atouts certains. Son patrimoine culturel est immense et original. Ghardaïa, porte du désert et perle des oasis, est considérée comme l’une des plus importantes régions touristiques en Algérie, plus particulièrement au Sud. La wilaya jouit d’atouts considérables qui font d’elle un lieu de perdition pour les touristes, les ethnologues, les architectes, les chercheurs et les historiens. Les Mozabites sont un peuple amazigh avec ses propres traditions, croyances, rites et mode de vie. Ils sont reconnaissables à leurs tenues traditionnelles, le saroual loubia (pantalon large) et la chéchia (toque). Ghardaïa est construite dans le même style et selon la même architecture que les quatre autres villages mozabites les plus importants de la vallée du M’zab. Sa disposition a dû s’adapter au profil des collines rocailleuses de la région. Un style architectural unique en son genre, avec les commerces, la grande place du marché à la criée et des ruelles formant un véritable labyrinthe et la mosquée au sommet de la colline. Ghardaïa, qui est l’un des sites touristiques les plus prisés en Algérie, attire non seulement par ses dunes de sable, ses oasis et son architecture unique, mais aussi et surtout par son artisanat. Les tapis mozabites sont très connus, ainsi que d’autres produits textiles tels que les burnous, les tenues traditionnelles pour les enfants et les souvenirs. Les autres produits artisanaux, tels que le cuir, le cuivre ou les peintures sur sable ont valu à la vallée du M’zab la réputation d’être l’un des plus importants centres d’artisanat en Algérie. « Nos produits sont copiés et vendus en tant que produits locaux par nos voisins tunisiens aux touristes qui en raffolent », affirme un commerçant du marché de cette ville. Les touristes ont envahi ce lieu de commerce afin d’acquérir quelques objets souvenir. Des photos-souvenir ont été immortalisées avec des Mozabites. La richesse de son artisanat, de ses coutumes et chants traditionnels ont favorisé El Oued, une région attractive qui dispose d’un patrimoine riche et varié sites naturels, chott, lacs, « sebkhate », souks, villages traditionnels, mosquées centenaires, faune et flore typiquement sahariennes, une gastronomie purement locale et son climat qui ont fait de cette région une destination touristique incontestable. Ce que nous voulons vous faire découvrir, en somme, c’est toute la splendeur de ses paysages en hiver, au printemps et même en été, ses couchers de soleil, ses mosquées, ses palmeraies, ses maisons, ses lacs, sa faune et son architecture fortement adaptée au climat du Sahara. Une halte à Ouargla dans une pompe à essence et nous voilà partis en direction d’El Oued, la ville aux mille coupoles. Cette ville se distingue par ses immenses étendues de dunes de sable pouvant atteindre jusqu’à 100 m de haut et par ses routes à l’asphalte bien entretenu.

El Oued, la ville aux mille coupoles

El Oued dispose de grandes potentialités touristiques, à travers tout son territoire allant des sites naturels aux sites archéologiques très diversifiés. Aujourd’hui, pour découvrir le vrai visage du Souf, c’est en dehors de la ville d’El Oued que l’on est subjugué par les couleurs, les tons, les paysages et les dunes de sable enserrant de petites palmeraies. C’est également dans les jardins « Ghitane », non loin de la ville, que l’on retrouve le silence et la sérénité du Sahara. Comme on la retrouve dans les vieilles citées de Ouglana et de Tamerna dans la région de Oued Righ. Le Souf est spécifique de par son architecture en voûtes et en coupoles, il constitue une ville originale qui a impressionné des visiteurs venus du monde entier. Les toits des maisons sont faits de voûtes et de coupoles qui donnent une valeur esthétique à l’architecture et répondent parfaitement aux conditions climatiques et d’isolation. Après une nuit de sommeil, les bikers ont pris la route vers la sortie de la ville, à une trentaine de kilomètres. Des dunes d’une extrême beauté assaillent votre regard. C’est le moment de prendre des photos et profiter du sable doré d’El Oued. La délégation a pris la route vers Biskra, puis a goûté à un plat traditionnel typiquement biskri (chakhchoukha biskria), à l’hôtel Les Ziban. Après une pause-déjeuner, les motards s’enfoncent en direction de Skikda. Un passage obligé par Menbâa El Ghozlane (Source des gazelles), indispensable pour l’achat de dattes, puis vers la route sinueuse d’El Kantara. Dommage que les bikers n’ont pas visité les grottes de Gouffi. Peut-être l’année prochaine. Arrivés à Constantine en fin d’après-midi, les motards se sont ébranlés sur la route montagneuse et extrêmement zigzagante menant vers Skikda. Une voie dangereuse qu’il faudrait prendre avec des pincettes d’autant plus que l’éclairage public

 fait défaut sur pratiquement le trois quarts du trajet. Dans son discours de fin de parcours prononcé à l’hôtel Salam de la ville, Hubert Auriol, le patron du Raidalgérie 2007, a précisé que cette première expérience est une réussite même si quelques imperfections restent à améliorer. Il précisera que le pari de visiter le Sahara algérien a été tenu et qu’un autre raid est prévu pour l’année prochaine. « Nous avons voulu par ce raid donner une autre image de l’Algérie et je pense que ceux qui se sont retirés à la dernière minute pour des raisons sécuritaires ont eu tort », a certifié notre interlocuteur. Grand bravo également aux autorités locales des villes de Ghardaïa, d’El Oued ainsi qu’aux services de sécurité (police et Gendarmerie nationale) et la Protection civile.

Source El Watan

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
C'est déjà bien que le Sahara soit une destination favorite pour les étrangers, reste plus qu'à développer les infrastructures nécessaires pour leur faire connaître les littoraux qui sont également d'une beauté inégalable... Beaucoup de régions méritent également le détour...Encore faut-il les moyens pour les développer ... Un jour qui sait...
Répondre
L
Oui c'est bien ....Mais tu sais 95% filent tout droit et s'ils s'arretent à Alger c'est à l'Aéroport pour faire escale.....Les gens étaient étonnés de voir que je m'arretais en Algérie.....du NordLe Sahara est merveilleux et j'y retournerai.....Mais il y a tant de belles choses à voirBouteflika lorsqu'il reçoit un dirigeant etranger n'ose pas le trimbaler en Algérie....Il reconnait que l'hygiène et les ordures laissent à désirer....Sarko y est venu.....à Tipasa.....Bon je ne ferai pas de commentaireAmicalementLe Pèlerin