Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

31 décembre 2007 1 31 /12 /décembre /2007 00:13

Il était une fois… Alger la Blanche !

Alger la Blanche, naguère…Alger ordures, aujourd’hui.. Quand je dis que les rues de notre ville sont jonchées de détritus et d’ordures, de sacs poubelle éventrés laissant apparaître les restes de repas et d’épluchures diverses, je modère mes propos. Des sachets en matière plastique laissant s’écouler la combinaison de sauces à même le sol et libérant les fortes odeurs de décompositions, et j’en passe !
A Alger, il faut regarder où mettre les pieds et se boucher le nez en même temps pour ne pas tomber dans les pommes.  Pourquoi donc sommes- nous devenus les habitants d’une des villes les plus sales du monde ? Les  APC font quand même convenablement  leur  boulot et  même tout ce qui est possible de faire pour nettoyer et maintenir propres les rues de notre ville. Ce ne sont pas les agents qui ne font pas leur boulot, c’est plutôt nous autres citoyens de cette ville qui sommes de gros dégueulasses. Les actes de civisme ont disparu de notre vie quotidienne. Si les adultes balancent des sacs poubelle par les fenêtres, que voulez-vous obtenir de  leurs enfants, sinon pire ?
Bizarrement, c’est toujours après le passage du camion de ramassage qu’on voit apparaître, comme par magie (plutôt par sorcellerie), des sacs noirs ou un tas de détritus, dans le cas le plus extrême. Cet acte de salir volontairement, cette atteinte à l’environnement, sont des cas qui relèvent  presque de la psychiatrie, ailleurs, là où les lois sont surtout appliquées, les auteurs de ces ignominies sont accompagnés, sous camisole et forte escorte, vers l’asile le plus proche.
Alger, El-Djazaïr, ville érigée et habitée avec fierté par nos aïeux, est en train de mourir et de ternir par nos actes honteux… «Alger, la Blanche» est devenue une histoire ancienne qui s’efface avec le temps

 

Une cité submergée par les ordures

 

A première VUE, les Algérois ont du mal a comprendre le sens du civisme. Et bien oui, s’ils s’amusent à décorer leurs quartiers de poubelles ,utilisant toute leur capacité créative pour faire en sorte que leurs territoires remportent le prix de l’œuvre d’art la plus sale! La cité située au boulevard Bougara, El Biar, connue sous le nom de l’Africana est l’exemple concret de l’incivisme citadin. Plus de 8 immeubles surchargés d’habitants entourés d’un tas de poubelles qui exaspèrent les visiteurs. Autre phénomène qui caractérise les habitants de cette cité, c’est le jet de poubelles par les fenêtres sous prétexte que leurs auteurs ne peuvent descendre et monter 8 étages. Pratique comme solution ? Mais on sait très bien que s’ils avaient des ascenseurs, ils ne daigneraient pas de descendre leur sacs noirs car, comme dit le vieux adage, «moul etbaà ma yentbaà». Ils préfèrent s’amuser à bombarder les passants de bouteilles vides et de pommes de terre (elle est trop chère). Maintenant, ce sont les œufs. Amine, un jeune habitant de ce quartier nous déclare : «Cela fait plus de 20 ans que je vis dans cette cité, jamais je n’ai vu un changement, ce quartier est sale et il le restera toujours tant qu’aucune sanction ne sera adressée à ces éléments pollueurs.» Certains incitent même les plus jeunes à en faire de même. Cette cité souffre de plusieurs fléaux et ses bâtisses sont en ruine. Comment s’attendre à ce que ces habitants se montrent civilisés ? C’est à croire qu’ils font exprès pour attirer l’attention sur eux!

 

Fais gaffe où tu mets les pieds !

 

Il est devenu pratiquement impossible de se promener à Alger la Blanche ternie sans prendre le risque de se casser la gueule vu l’état désastreux dans lequel se trouvent les trottoirs. Les APC des communes d’Alger avaient entrepris, il y a de ça 3 ans, des travaux de dépôt de carrelages sur les trottoirs suite aux nombreuses catastrophes qui ont touché Alger : les inondations de Bab El Oued, le séisme de 2001, mais apparemment, ces travaux faits à la hâte étaient très mal faits. Résultat : des carrés de carrelage qui décollent, un vrai calvaire, surtout en hiver. Quand il pleut, les trottoirs se transforment en minibain de boue au grand malheur des coquettes Algéroises. Par ailleurs, notre société n’est faite que de jeunes, alors pourquoi certains trottoirs sont à plus de 50 cm de hauteur ! Est-ce pour compliquer l’existence des vieux et des non-voyants ?

 

Alger au peigne fin

 

Il n’est nullement dans nos intentions de chercher les poux dans la tête de nos édiles.
Mais hélas, Alger, vitrine de l’Algérie, sombre désespérément dans la déliquescence et est en passe de «s’ériger» en un grand douar. Notre «microscope» est là pour déceler toutes les imperfections. Mais - et c’est promis - il est là aussi pour observer les œuvres positiv
es.

 

 

 

Source La Nouvelle République

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires