Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

30 décembre 2007 7 30 /12 /décembre /2007 00:42

Port de Cherchell

Un canon du XVIe siècle récupéré

undefined

Lors des travaux de dragage du port de Cherchell, un canon d’environ 2 mètres de long a été récupéré des fonds marins.
Une épaisse couche de sédiments de couleur « goudron » couvre cette pièce de guerre. Selon les récits historiques, le 24 août 1665, avait eu lieu, une bataille navale féroce face à la ville de Cherchell. La flotte française, que commandait le duc de Beaufort et le chevalier Paul, est arrivée à bout d’une escadrille algérienne. Le bilan de cette bataille navale du 24 août 1665, selon les récits, se résume à la confiscation de 3 navires algériens par la marine française, tandis que deux autres navires ont été coulés. Depuis la découverte de ce week-end, les chercheurs et archéologues s’attendent, à présent, à trouver d’autres objets archéologiques sous l’eau. Il y a lieu de préciser que les travaux menés actuellement dans le cadre de l’aménagement du port de Cherchell se déroulent en présence d’un représentant de la Circonscription archéologique de Cherchell (CAC). Le canon en question se trouve chez les services des gardes-côtes algériens. Une procédure administrative sera engagée pour remettre ce canon à la CAC. La restauration de ce canon, pour sa préservation avant son exposition, aura lieu au Musée de Cherchell. A l’est du port de Cherchell, les jeunes du club Kheir Eddine Barberousse, de l’association Mâarif de Cherchell, avaient, en 1990, localisé et identifié 24 canons, immergés à quelques mètres de la surface de la mer. Ce lieu, dans lequel se trouvent les 24 canons est situé à l’extrémité ouest de la corniche du Chenoua, à proximité de la ZET de oued Bellah. Les 24 canons immergés épars sont étalés sur une superficie de 210 m2. Hormis un seul en bronze, qui mesure un mètre de long, la dimension des 23 autres canons varie entre 2,70 m et 1,80 m. Ce fond marin, encore protégé, constitue un superbe site d’ archéologique sous-marine. Ces canons immergés appartiennent, selon les jeunes de ce club, animé à l’époque par une pléiade de jeunes universitaires, notamment Oumouna Mustapha, Hamdine Mohamed, Ghobrini Djamel, Hamdine Ouatik, Hakem Toufik, Bendjelloul et bien d’autres, aux générations de canons des XVIe et XVIle siècles. En 1531, Charles Quint, qui avait l’ordre d’investir Alger, s’était assuré d’un autre lieu de débarquement à l’ouest d’Alger, puisqu’il a porté son choix sur Cherchell. Cet autre lieu de débarquement serait pris alors par l’amiral Doria André qui avait appareillé de Gênes avec 20 vaisseaux et 1500 hommes, pour mener des attaques meurtrières dans cette région de Cherchell. 
Source el Watan
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires