Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

3 janvier 2008 4 03 /01 /janvier /2008 00:39
Plusieurs projets d'installations de chaudières à bois en cours dans les communes.

Opération à cœur ouvert dans la petite commune d'Alzen (voir ci-dessous), installation imminente d'un réseau sur Rimont et Castelnau-Durban : les équipements de chauffage à bois maillent peu à peu les cantons du Séronais.

« La réflexion est intercommunale, explique André Rouch, président de la communauté de communes du Séronais (CCS). Le bois était trop laissé à l'abandon en forêt et il nous fallait valoriser cette ressource. » Un an après la mise en service de la plate-forme de séchage de plaquettes de bois à La Bastide-de-Sérou, les raccordements se multiplient. « Actuellement, nous livrons une dizaine de chaudières dans le Séronais, mais aussi une chaufferie à Pamiers et à Aspet, en Haute-Garonne. Seulement, si on veut faire du développement durable, il nous faut créer d'autres plateformes », poursuit André Rouch.

Deux nouveaux pôles de séchage de bois financés par les collectivités, à Ercé et à Dun, devraient être mis en service dans le courant de l'année 2008.

Le syndicat mixte Valbois-Ariège mène depuis 2002, en collaboration avec la communauté de communes, une étude sur la faisabilité du chauffage à bois dans les cantons. Un tour de France des installations a été effectué. Une synergie est menée avec le département du Lot, qui s'est spécialisé dans la filière déchets. Pour le président de Valbois, Jean-Pierre Saurel, le bois représente une très belle opportunité. « On est parti sur une filière nouvelle et compliquée. Mais l'utilisateur débourse au final moitié prix qu'un chauffage à l'électricité ou au gaz propane. »

Et quid de l'épuisement de la ressource ? « Actuellement, l'accroissement biologique annuel en Ariège est de 1.200.000 tonnes de bois. 250.000 tonnes sont récoltées chaque année, dont 1.500 servent à l'énergie plaquettes. Et nous pensons qu'à l'horizon 2015, nous utiliserons 15.000 tonnes pour les plaquettes », répond Jean-Pierre Saurel. À long terme, le réseau pourrait avoir des effets bénéfiques sur une pléiade d'emplois : prestataires de services, transporteurs ou encore bûcherons.

La plate-forme de La Bastide-de-Sérou a déjà permis le recrutement d'une personne sur la commune.

Alzen va accueillir sa chaudière à bois - Le réseau doit être mis en service en mars 2008.

700 mètres de réseau de chaleur enfouis dans le sol. Neuf maisons, trois appartements et douze logements sociaux à desservir. Les travaux d'aménagement du réseau de chaleur de la commune d'Alzen (166 habitants), qui ont débuté au mois de septembre dernier, touchent bientôt à leur fin.

Le montant global des travaux s'est élevé à 4.667.800 euros, subventionné à 70 % par les collectivités (Conseil régional, ADEME, Conseil général et Europe). La chaudière à bois doit être livrée avant le 20 janvier. Une chaudière fioul sera également installée pour pallier à une éventuelle défaillance.

« Cela fait huit ans que l'on travaille sur ce projet. Nous jouons sur la solidarité entre les particuliers et les bâtiments publics, comme l'école municipale. Nous tirerons les enseignements à la fin de la première année de facturation, mais cela s'annonce très intéressant », commente le maire André Rouch. «Notre village s'agrandit et l'installation de cette chaudière le consacre», ajoute-t-il. Dans chaque maison, un compteur relèvera le nombre de mètres cubes d'eau chaude qui rentrent.

Le coût global du kilowattheure devrait s'établir autour de 7 centimes d'euro, ajouté à l'abonnement (240 euros annuels).

Source : La Dépêche du Midi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires