Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

7 janvier 2008 1 07 /01 /janvier /2008 00:24

FIN DES GRANDS PROJETS EN 2009
Le spectre du chômage

 

Les postes d’emploi créés sont liés à des projets qui ont une date butoir, et c’est là tout le danger.

Le taux de chômage en Algérie risque de reprendre la courbe ascendante une fois que les grands projets inscrits dans le cadre de la relance économique prendront fin. En effet, la baisse du taux de chômage en Algérie (12,3% en 2006 contre 17,7% en 2004) est en effet, directement, liée aux grands projets lesquels, selon les responsables algériens, prendront fin avant 2009.
Il s’agit, notamment du projet de l’autoroute Est-Ouest, de la réalisation d’un million de logements ainsi que d’autres projets structurants qui emploient des centaines de milliers de personnes. L’Algérie a tiré profit de la flambée des prix du baril de pétrole, ce qui lui a permis de procéder au lancement de plusieurs chantiers.
Pour ne citer que le secteur des travaux publics, ces mégaprojets, auront créé, selon Amar Ghoul, un million d’emplois. L’indice le plus significatif est illustré par le marché de l’emploi où l’on enregistre une demande très forte dans certaines catégories de main-d’oeuvre qualifiée, notamment les ingénieurs en travaux publics et en génie-civil. Ces deux spécialités sont convoitées aussi bien par les entreprises nationales que par les sociétés étrangères. Ainsi, le groupement japonais Cojaal, chargé de la réalisation de la partie Est, soit 359 kilomètres d’autoroute, vient de lancer une vaste campagne de recrutement. 170 ingénieurs liés aux métiers des travaux publics ainsi que des spécialistes dans la construction d’ouvrages d’art sont appelés à rejoindre le groupement.
Les Chinois, quant à eux, réaliseront deux autres tronçons, le tronçon Centre (169km) et celui de l’Ouest (399km). Leur groupement (Citic-Crcc) a également lancé une campagne de recrutement d’ingénieurs et de techniciens algériens pour le besoin d’un des plus grands chantiers d’infrastructures en Afrique.
Pour ce qui est de la mission de contrôle des travaux sur le tronçon Ouest, elle a été confiée au bureau d’études français Scétauroute, également à la recherche d’ingénieurs et de topographes qui vont assurer la maîtrise d’oeuvre qui devrait débuter dans quelques jours.
A titre de rappel, ces deux groupements ont remporté le plus grand projet du pays avec un délai de quarante mois pour relier Tlemcen à Annaba sur 1216 km de bitume et le coût des travaux revient à 11 milliards de dollars.
Ce chantier devrait créer 100.000 emplois directs en Algérie. Continuons dans le même volet, le transport, les techniciens et les ingénieurs sont également importants dans les chemins de fer.
18 milliards de dollars sont destinés à la modernisation du réseau ferré national. Les rocades et le métro d’Alger sont dans une situation similaire: en cours de réalisation. L’hydraulique aussi est dans la même situation puisque la réalisation de plusieurs barrages nécessite beaucoup de main-d’oeuvre qualifiée locale.
Une question s’impose, le taux de chômage en Algérie ne risque-t-il pas de connaître de nouvelles ascensions une fois les projets de la relance économique achevés? Autrement dit, ces emplois nouvellement créés ne sont que des débouchés temporaires afin d’apaiser les tensions sociales qui persistent! L’Etat a réalisé des mégaprojets, mais il n’a pas investi.

Source Horizons

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires