Recherche

Album photos

Voir tous les albums

Présentation

Archives

Images aléatoires

  • 2 Fete Vebre 23 juillet (103)
  • mariage.jpg
  • tajine-aubergines.jpg
  • embleme des notaires
  • Inauguration.jpg
  • oeil de Dieu

Algérie - Nouveau barème de l’impôt sur le revenu global

Baisse pour les couches moyennes

Le nouveau barème de l’impôt sur le revenu global (IRG) est appliqué à partir du premier janvier 2008, comme le stipule la loi de finances de 2008.
Parmi les nouveautés, il y a entre autres le relèvement du seuil non imposable de 60 000 DA à 120 000 DA par an dans le cadre de l’amélioration du pouvoir d’achat d’une grande partie des travailleurs et des salariés ayant un faible revenu et de ceux à revenu intermédiaire, mais aussi des cadres dont le revenu annuel est important. Ainsi, en excluant la catégorie exonérée de cet impôt, on dégage trois groupes. Le premier concerne les revenus annuels dont le montant imposable est supérieur ou égal à 360 000 DA pour lequel le taux appliqué est de 20%.
Le deuxième est celui ayant un revenu annuel imposable supérieur ou égal à 1 440 000 DA. Pour cette catégorie, un taux de 30% est appliqué. Et enfin, le dernier groupe, celui des mieux nantis en termes de revenus et dont le seuil minimum est de 9 999 999 DA. Un taux de 35% est applicable à cette catégorie. Cependant, la plus large population de salariés concernés par le dispositif indiqué dans ladite loi de finances est celle percevant une mensualité comprise entre 15 000 DA et 22 000 DA. A cet effet, de 22 000 DA à 16 000 DA, l’IRG décroît de 1 400 DA à 200 DA, les tranches de réduction étant de 200 DA. Dans la même logique, une mensualité de 23 000 DA est imposée à 1 560 DA et un salaire de 24 000 DA connaîtra désormais une imposition de 1 680 DA, voire plus.
Le salaire de 30 000 DA sera imposé à 2 500 DA et celui de 35 000 DA le sera à 4 000 DA. En haut du classement des salaires, par exemple pour une mensualité de 100 000 DA, le salarié versera au Trésor un montant de 23 500 DA. Les pourcentages à verser par les salariés progresseront jusqu’à atteindre les 29 500 DA pour les mensualités de 120 000 DA. Cette catégorie concerne, entre autres, les hauts cadres de la nation, les chercheurs universitaires et autres.
Dans le contexte d’application, la nouvelle grille d’imposition désormais effective, il y a lieu de retenir qu’un revenu annuel de 360 000 DA est imposé à hauteur de 20 %, soit 48 000 DA. Un revenu global de 1 440 000 subit un taux de 30%, soit à 372 000 DA par an.
Cela étant, le nouveau dispositif de la loi de finances a été élaboré pour soulager en premier lieu les catégories les plus défavorisées en matière de rémunération salariale, pour justement alléger, un tant soit peu, leur quotidien et leur pouvoir d’achat marqué par une augmentation vertigineuse des produits essentiels de large consommation. Mais aussi pour permettre à la classe moyenne de retrouver son rang de manière à jouer le rôle qui lui est dévolu. Par la stabilité de son cadre de vie et pour stopper le mouvement des cadres moyens toujours à la recherche d’emplois mieux rémunérés, ce qui est tout à fait normal, mais aussi au détriment du secteur public et privé national et au profit des sociétés nouvellement installées dans le pays.

Source La Tribune

 

Le Pèlerin

Retour à l'accueil
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés