Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 janvier 2008 5 11 /01 /janvier /2008 00:22

Vive le pétrole à plus de 100 dollars?

undefined
Les prix du pétrole à plus de 100 dollars? Mais c'est une très bonne nouvelle, entend-on ici ou là.

 

Pensez, expliquent ceux qui défendent ce paradoxe: le pétrole cher, c'est le début de la fin d'un produit qui mine notre environnement. C'est une incitation puissante à changer ses habitudes de consommation; à économiser l'énergie; à investir dans le solaire, l'éolien, la biomasse, l'hydrogène; à transporter les marchandises par rail plutôt que par camion; à construire des pistes cyclables... C'est la seule façon de mettre un coup d'arrêt au réchauffement suicidaire de la planète, et de contenir la montée des océans: la flambée des prix réussira là où les hommes ont échoué. Pour sauver l'environnement, ces derniers n'ont-ils pas enchaîné en vain, depuis plus de 30 ans, conférence sur conférence, sans aucun résultat tangible? Le pétrole cher, c'est l'occasion de refaire le monde!

Ceux qui se réjouissent ainsi n'ont peut-être pas tort, dans une vision rêvée de notre vie à long terme. Mais gare à ne pas être trop béat! La réalité est, pour l'instant, loin de correspondre à leur raisonnement.

D'abord, les industriels ne réagissent pas toujours à la flambée des prix comme on pourrait le souhaiter. Plutôt que de mettre le cap vers des énergies nouvelles, les groupes pétroliers mettent les bouchées doubles pour forer, toujours plus loin, toujours plus profond, toujours plus sale. Total vient ainsi d'annoncer des investissements d'un milliard d'euros par an dans les sables bitumineux canadiens, dont l'exploitation est, selon les organisations écologistes, très polluante. "Le groupe ne fait quasiment rien en matière d'énergies propres au regard de ses moyens financiers phénoménaux. Cette stratégie est lamentable!", déplorent les Amis de la terre.

Ensuite, très concrètement, la cherté du pétrole a des conséquences dramatiques pour les ménages les plus vulnérables. En France, les pêcheurs ne sont pas les seuls concernés. Le sont tous ceux qui se chauffent au fuel ou au gaz, tous ceux qui, en zone rurale notamment, ne peuvent pas se passer de voiture. Pour les familles pauvres, la hausse des prix du pétrole est un cauchemar. L'Etat doit intervenir pour les aider à s'y adapter. Pas forcément en baissant les taxes sur le fuel ou l'essence. Le gouvernement peut aussi aider au financement de l'isolement des maisons, à l'achat de véhicules qui consomment peu, à l'équipement de chauffe-eau solaires...

Dans le domaine de l'environnement, comme ailleurs, il n'existe pas de "main invisible" qui résoudrait, par la simple magie de l'évolution d'un prix, tous les problèmes. Les cours du pétrole, assurent les experts, vont continuer à grimper. Avant de pouvoir crier "vive le pétrole cher", il faut s'assurer que les gouvernements s'engagent à accompagner, en y mettant les moyens, ce changement d'ère.

La revanche de la nature

Le problème n'est pas l'utilisation de la matière première qu'est le pétrole, mais sa sur utilisation. À des fins de profits insatiables pour certain, pour la satisfaction de quelques envies aussi gloutonnes et destructrices qu'égoïstes et inutiles pour la grande masse des privilégiés.

À qui profitent ces prix élevés ? se demande-t-on plus haut. Et qui va encore payer ? Mais payer quoi si le produit pétrolier disparaît ? Et avec quoi quand ils auront asséché nos porte-monnaie aussi sûrement que leurs foutus puits ? En vérité, leur machine insensée est en train de s'enrayer grave et ils le savent.

Bien sûr que la grande crise énergétique qui s'annonce provoquera des dégâts dans toutes les couches de la population. Bien sûr qu'elle conduira à des fuites en avant suicidaires vers d'autres sources d'énergie et de gains. Mais les compagnies pétrolières peuvent toujours se jeter à corps perdus ans dans leurs forages déments. Il y a fort à parier qu'ils vont se retrouver un beau jour le nez dans la tourbe comme les chercheurs d'or délirants de la conquête de l'Ouest. Les shadoks aussi pompaient.

Car la Nature est en passe de donner un coup de poing sur la table. De prendre sa revanche à notre détriment. En nous privant d'une manne que nous avons gaspillée, elle va nous contraindre à en rabattre sur notre ambition et notre arrogance. Elle finira par réussir ce que nous avons été incapables de faire : nous raisonner et ne pas péter plus haut que nous avions le cul.

Il est très bien l'article de Pascal Riché, mais je ne partage pas son espoir final. "Avant de pouvoir crier "vive le pétrole cher", il faut s'assurer que les gouvernements s'engagent à accompagner, en y mettant les moyens, ce changement d'ère."

Allons voyons, c'est l'inverse qui est en train de se produire. Effarés devant le sable qui se dérobe sous nos pieds, nous portons à nos têtes les plus hallucinées d'entre nous. Non, c'est bien la Nature qui va avoir le dernier mot. Avec hélas les inévitables dégâts collatéraux qui en découleront. Mais aussi j'espère, le secours de ces "résistants" providentiels que les grandes crises font souvent apparaître.

Pour ma part, j'attends et espère désormais ce moment incontournable avec impatience et calme.

Source Rue89.com

 

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires