Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

17 janvier 2008 4 17 /01 /janvier /2008 00:35

Le projet d’In Salah prend enfin forme

Tamanrasset ou l’enjeu de l’eau

undefined

Véritable plaque tournante de la contrebande et de l’immigration clandestine, Tamanrasset est devenue, ces dernières années, une ville cosmopolite où se côtoient une cinquantaine de nationalités et où cohabitent les 48 wilayas de l’Algérie.
Située à plus de 2 000 km au sud d’Alger, cette wilaya de l’extrême Sud algérien a longtemps vécu sous le poids de l’enclavement et de l’isolement, ce qui a grandement favorisé la création de flux migratoires. Les habitants de la capitale de l’Ahaggar évoluent dans un environnement socio-économique défavorable et précaire et attendent impatiemment la concrétisation de nombreux projets ambitieux devant désenclaver cette wilaya qui demeure pauvre malgré les importantes potentialités notamment touristiques qu’elle recèle. La population souffre de nombreux fléaux sociaux.
Des fléaux qui avaient déjà poussé les jeunes Touareg à sortir dans la rue pour crier leur colère et leur mal-vivre. En juillet 2005, des émeutes générées par la précarité, le malaise social, le chômage et les distributions de logements jugées inégales avaient, en effet, éclaté et leur souvenir demeure indélébile pour la jeunesse qui espère plus que tout que les promesses des nouveaux élus ne resteront pas lettre morte comme les précédentes. Tamanrasset a, en effet, bénéficié ces dernières années de plans de développement du Grand Sud de 2001 et de 2005 et de nombreux autres projets de développement local. L’un des projets de première importance très attendu par les habitants qui souffrent de l’épineux problème de pénurie d’eau est le lancement du projet de In Salah de transfert d’eau qui devra alimenter la wilaya de Tamanrasset. S’étendant sur 750 km (en double voie), le projet de In Salah coûtera environ 1,2 milliard de dollars et couvrira toute la ville de Tamanrasset. Il permettra ainsi de transférer 1 000 000 m3 par jour.
Pour les habitants de la capitale du Hoggar, une région qui manque cruellement de cette source de vie qu’est l’eau, ce projet d’envergure, premier du genre en Afrique, mettra définitivement un terme à la pénible préoccupation de l’eau qui se pose avec acuité, les obligeant à acheter cette denrée précieuse à 700 dinars la citerne de 3 000 litres. Outre le problème de l’eau, la population souffre de la montée dramatique du phénomène du chômage qui officiellement atteint le taux de 17,11% dans la commune de Tamanrasset, en plus de l’absence criante des infrastructures de loisirs et de distraction.
La cherté de la vie est également soulevée par la population qui se plaint de payer les fruits et légumes le double de leur prix en raison du coût de leur acheminement.
Considérée comme une ville à vocation touristique et commerciale, Tamanrasset est un pôle touristique incontestable et un produit phare dans le tourisme saharien, ayant une place incontournable dans la stratégie de promotion de ce secteur stratégique. Les régions du Sud, dont Tamanrasset, ont, en effet, connu une affluence record de plus de 12 000 touristes étrangers au dernier trimestre de l’année 2007, soit une hausse de 20% par rapport à la même période de l’année 2006. Le ministère de l’Environnement et du Tourisme accorde une attention particulière à la relance du tourisme saharien. Avec toutes ses particularités, ses paysages lunaires, ses sites archéologiques et historiques incommensurables, dont le tombeau de Tin Hinan, reine des Touareg, l’Assekrem, la capitale du Hoggar a la part du lion dans la nouvelle stratégie de promotion du tourisme. Destination de prédilection, Tamanrasset a abrité de nombreuses manifestations culturelles et scientifiques, ce qui a permis de joindre l’utile à l’agréable et de faire connaître les richesses et les vestiges archéologiques dont elle regorge, ressources indéniables pour l’économie du pays. La capitale du Hoggar a donc une double vocation touristique et commerciale et le développement de ces deux volets sortirait certainement la wilaya de son enclavement.

Source La Tribune

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0

commentaires