Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

6 janvier 2008 7 06 /01 /janvier /2008 11:24
Décès de Raymond Forni : Les réactions

undefined
Quelques heures après l'annonce du décès de Raymond Forni, les réactions se sont multipliées pour saluer la mémoire de l'ancien président de l'Assemblée nationale (de 2000 à 2002). La plupart des hommages provient du Parti socialiste, auquel appartenait Raymond Forni, mais le président de la République et la Premier ministre ont également tenu à réagir.

François Hollande, premier secrétaire du parti Socialiste: "Raymond Forni faisait partie de ces socialistes qui ont compris dès le congrès d'Epinay le sens de la stratégie de François Mitterrand autour du rassemblement de la gauche". Sa disparition "crée une immense tristesse au PS".

Jean-Marc Ayrault, député-maire de Nantes, président du groupe socialiste à l'Assemblée: "cet "enfant de la République", comme il se décrivait si bien, a été un exemple de mérite, de rectitude et d'engagement. (...) Un magnifique caractère qui alliait l'indépendance d'esprit à la force des convictions. Il avait le charme et la chaleur mais aussi l'orgueil de ces hommes qui se sont construits dans l'épreuve. Raymond Forni restera pour moi et pour tous les députés socialistes une belle figure de la République."

Jean-Paul Huchon, président (PS) de la Région Ile-de-France: "le socialisme français est aujourd'hui en deuil d'un de ses plus remarquables représentants. Il était de ces grands militants socialistes qui font d'un combat politique la raison d'une vie. Grand juriste, passionné des questions constitutionnelles, et défenseur inlassable des libertés publiques, il a marqué de sa grandeur la présidence de l'Assemblée Nationale où les Français ont appris à mieux le connaître et à apprécier la mesure de ses propos, l'homme de convictions et de détermination qu'il était."

Marylise Lebranchu, députée (PS) du Finistère, ancienne Garde des sceaux: "La politique noble, courageuse, sans démagogie, c'est sans doute ce que nous pourrions garder de lui au sein de ce Parlement qui parfois ne résonne plus assez des voix du droit, de la liberté, de la justice et du courage."

Bernard Kouchner, ministre des Affaires Etrangères: "C'est avec respect que je salue cet homme d'État qui, après une longue carrière consacrée à l'intérêt public, a montré sa détermination et sa ténacité dans les fonctions de président de l'Assemblée nationale. Il a marqué ces fonctions de ses grandes qualités morales et de son courage politique. Serviteur de l'Etat dont il avait la plus haute conception, il incarnait les valeurs de la République. J'adresse mes condoléances à sa famille et à ses proches dans cette pénible circonstance. Au delà du dirigeant politique, je souhaite aussi saluer la mémoire d'une personnalité chaleureuse à laquelle m'unissaient des liens anciens d'amitié."

Communiqué émanant de l'Elysée: "Raymond Forni laissera le souvenir du destin exemplaire d'un "Enfant de la République". Sa trajectoire témoigne de la capacité d'intégration et d'élévation par le mérite qu'offre la République. Fils d'immigrés italiens, orphelin de père à 11 ans, ouvrier à la chaîne à 18 ans, bachelier à 22 ans pour devenir avocat à 27. Il rendit à la République ce qu'elle lui avait offert en la servant fidèlement. Elu député à seulement 32 ans, son élection à la Présidence de l'Assemblée nationale consacra ses qualités de dialogue et d'exigence."

Communiqué émanant de Matignon: "Le parcours de Raymond Forni, homme de conviction et juriste de talent, illustre les valeurs de la République. Le Premier ministre adresse ses condoléances sincères à son épouse, à ses enfants et à ses proches."

Marie-George Buffet, secrétaire nationale du parti communiste : "En ces temps troublés, où l'étranger est stigmatisé et chassé, où les plus démunis et les plus faibles sont opposés les uns aux autres, où les valeurs de solidarité et la justice sociale sont si durement attaquées, il n'est pas inutile de rappeler ce que Raymond Forni exprima au perchoir de l'Assemblée nationale le 29 mars 2000 : sa reconnaissance à l'égard de la République, celle d'hier, celle de demain, la République qui accueille, qui éduque, qui rassemble, sans distinction de race, d'origine, de couleur, de religion."

Communiqué de l'UMP: "L'UMP a appris avec tristesse le décès de Raymond FORNI, ancien Président de l'Assemblée Nationale de 2000 à 2002. Très apprécié par la classe politique, il avait su créer des relations constructives avec l'ensemble des parlementaires et laissera à tous ceux qui l'ont côtoyé le sentiment profond d'un homme plein d'humanité. Dans ces circonstances douloureuses, Patrick Devedjian, Secrétaire général adresse à Madame Raymond Forni et à toute sa famille ses condoléances et sa sympathie attristées."

Source JDD.fr

Le Pèlerin


Partager cet article
Repost0

commentaires