Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

8 janvier 2008 2 08 /01 /janvier /2008 08:12

Réhabilitation ou destruction de la Parisienne à Alger

Le patrimoine architectural crée la discorde entre les promoteurs

Deux architectes ayant des avis diamétralement opposés sur la problématique de la sauvegarde du patrimoine national présentent leurs arguments.

Faut-il garder l’ancienne architecture ou opter pour une autre plus moderne ? Cette question est suscitée par la polémique autour de la réhabilitation de l’immeuble la Parisienne, situé en plein centre d’Alger. Deux écoles d’architecture s’affrontent, mettant en avant la problématique de la sauvegarde du patrimoine national. Une pétition « pour la sauvegarde du patrimoine algérois » est déjà lancée. « Dans quelques jours, l’immeuble la Parisienne ne sera peut-être plus. Une simple expertise technique orientée, un vague justificatif de propriété et un marteau-piqueur vont certainement effacer une part de notre mémoire, de notre vécu, de notre art urbain, bref de notre patrimoine algérois. » Demain, ce seront nos centres urbains, l’âme de nos villes, qui vont disparaître dans l’indifférence générale », lancent les initiateurs de cette pétition sur un site internet créé à l’effet de tirer la sonnette d’alarme. Deux architectes ayant des avis diamétralement opposés sur le sujet présentent leurs arguments. Il s’agit de Souami Mohamed Adel, architecte et enseignant à l’Ecole polytechnique d’architecture et d’urbanisme d’Alger (EPAU) et M’hamed Sahraoui, architecte, urbaniste et promoteur. Partisan de la sauvegarde de la Parisienne et de tous les immeubles d’Algérie considérés comme patrimoine national, le premier appelle à la réfection du bâtiment en question et la préservation de son architecture. « Par ce geste barbare de destruction d’une œuvre unique en son genre, nous nous inscrivons fatalement dans une logique anticivilisatrice », écrit-il, appelant à « sauver les édifices tels que l’immeuble la Parisienne. Présentant d’autres arguments, le second (M’hamed Sahraoui) plaide, en revanche, pour la destruction de plusieurs immeubles, comme la Parisienne et leur remplacement par d’autres édifices avec des architectures plus adaptées aux besoins du contexte actuel ». « Beaucoup d’immeubles construits au début du siècle dernier sont appelés à disparaître pour la simple raison que d’un point de vue strictement technique, il n’existe pas de procédés ordinaires pour les conforter sérieusement et à un coût raisonnable », estime M’hamed Sahraoui. Selon lui, « la Parisienne, sur le plan architectural, ne mérite pas d’être conservée, parce que d’une banalité architecturale affligeante, avec ses balcons d’un mètre de large qui ceinturent la bâtisse et dont la facture se rapproche plus d’un immeuble de rapport que d’un édifice haussmannien comme se plaisent à le dire certains ». Alors quelle option doit-on choisir ? Les autorités sont appelées à trancher.

Source El Watan

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires