Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

8 janvier 2008 2 08 /01 /janvier /2008 09:05
France Espagne - Les TGV à l'est et à l'ouest des Pyrénées, la traversée ferroviaire centrale, la ligne électrique à très haute tension seront au menu du sommet Sarkozy-Zapatero jeudi.

pyrenees.jpg

Sommet France-Espagne. On va tirer des lignes à travers les Pyrénées

Creuser des tunnels, poser des pylônes et des voies ferrées, ouvrir de nouvelles routes pour franchir les Pyrénées : les sommets franco-espagnols se suivent et se ressemblent depuis 1985. Quels que soient les gouvernements, ils imaginent de nouvelles solutions pour rapprocher la péninsule de l'Europe, le grand Sud-ouest français du grand Nord-est espagnol.

La vingtième édition de ce sommet, jeudi à l'Élysée, ne déroge ra pas à cet état d'esprit et à cette règle, même si, comme à chaque retrouvaille, l'Euroméditerranée, l'ETA, l'immigration, la situation internationale seront abordés par José Luis Zapatero et Nicolas Sarkozy (Comme leurs prédécesseurs, ils entretiennent de bonnes relations). Au menu, donc trois sujets majeurs :

La traversée ferroviaire centrale des Pyrénées. « Un point fondamental pour des raisons économiques et écologiques » selon José-Luis Zapatero. Le trafic a encore augmenté de 5 % en 2006 soit 122 400 voitures et 43 000 poids lourds par jour. Ces statistiques et des crédits européens tombent à pic pour étayer le projet soutenu par l'Espagne, poussé par l'Europe et ranimé en France lors du Grenelle de l'Environnement malgré une opposition forte dans les Pyrénées. Les études seront financées à hauteur de 5M€ par Bruxelles et aboutiront fin mai à trois propositions de tracés. Deux seraient situés dans les Hautes-Pyrénées (Vallée d'Aure et vallées des Gaves), un plus à l'ouest. Le débat public aurait lieu en 2012 pour une décision en 2 013.

La troisième ligne électrique à très haute tension. Le dossier traîne depuis 1984, baladé de vallée en vallée, semant la contestation dans les Pyrénées et l'embarras dans les sommets des deux États. La connexion entre la France et l'Espagne, assurée par deux lignes 400 000 volts et trois à 200 000 est saturée, ce qui agace Madrid, irrite l'Europe et coûte cher à la France. Jeudi, RTE, gestionnaire français du réseau présentera une solution jusque-là refusée : l'enterrement partiel de cette ligne entre Pyrénées-Orientales et Espagne.

Les liaisons TGV. L'Espagne presse la France de lancer études et débats sur les lignes à grande vitesse Perpignan-Montpellier-Toulouse et Bordeaux-Irun. Elles s'inscrivent dans les 2 500 km de lignes à grande vitesse nouvelles lancées par Jean Louis Borloo, ministre de l'Écologie, lors du Grenelle de l'Environnement.

Reste à savoir s'il inclura le tronçon Narbonne-Toulouse dans les décisions prises jeudi. Sans surprise, ces lignes TGV comme le tronçon Perpignan-Figueras actuellement en travaux (ouverture fin 2009), seront proposées à des investisseurs privés français et espagnols.

Enfin à l'intention des étudiants, les deux pays mettront en place des bourses « futuro » en complément des programmes Erasmus et des aides des régions frontalières, grandes oubliées de ce sommet. Elles sont pourtant à l'initiative de ces liaisons ferroviaires.

Un enjeu à l'échelle du continent

Ce n'est pas un hasard si les ministres des Affaires Etrangères des deux pays ont choisi comme rapporteur sur les infrastructures Jean-Louis Chauzy, président d'Eurosud transports et ardent défenseur des projets ferroviaires trans pyrénéens. Il n'est pas en panne d'arguments: «Il ne s'agit pas de voies ferrées entre vallées mais de liaisons à échelle continentales et le ferroviaire reste la solution la plus efficace contre les émissions de CO2 par les véhicules. Les opposants à ces projets doivent comprendre ces enjeux». Jean-Louis Chauzy incitera les deux pays à bâtir un schéma de lignes à grande vitesse commun et non des schémas nationaux afin d'avancer plus vite et d'associer les régions frontalières. Il souhaite aussi que la RN20 en Ariège puisse devenir une autoroute concédée afin de prolonger les travaux réalisés en Espagne.

Le président de région Midi-Pyrénées Martin Malvy le regrette, «d'autant que Jacques Chirac s'y était engagé: Nous attendons que l'Etat respecte son engagement sur la Traversée centrale et reconnaisse le groupement de coopération territoriale de l'Eurorégion».

 

Source La Dépêche du Midi

 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires