Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

9 janvier 2008 3 09 /01 /janvier /2008 00:12
Mariage avec Carla Bruni. Nicolas Sarkozy : vous l'apprendrez "quand ce sera déjà fait"

 undefined

Nicolas Sarkozy a clairement laissé entendre mardi qu'il envisageait d'épouser Carla Bruni, tout en gardant le mystère sur une date possible pour un tel événement.

"C'est du sérieux", a lancé le président de la République à qui l'on demandait, lors de sa première conférence de presse (deuxième question des journalistes...) s'il envisageait un mariage avec la chanteuse. "Il y a de fortes chances pour que vous l'appreniez quand ce sera déjà fait", a-t-il ajouté.
"C'est du sérieux, mais ce n'est pas le JDD qui fixera la date", a fait valoir le président de la République alors que le Journal du Dimanche avait évoqué le 9 février pour une officialisation de l'union du chef de l'Etat avec l'ex-mannequin.
Le président a affirmé qu'il n'a "pas voulu mentir", mais s'inscrire en "rupture" avec une "tradition déplorable de notre vie politique, l'hypocrisie, le mensonge".
"C'est une question que vous n'auriez jamais posée à un seul de mes prédecesseurs alors que vous saviez", a-t-il lancé aux journalistes après cette question sur sa vie privée.
"Avec Carla, nous avons décidé de ne pas mentir", a-t-il dit. "Avec Carla, nous avons décidé d'assumer", a-t-il insisté un peu plus tard.
"Ce qui était recouvert d'une chape de plomb pour un de mes prédécesseurs que je ne permets pas de juger --chacun sa vie, la vie est si difficile et si douloureuse--...", a commenté M. Sarkozy.
"Voilà que son voyage à lui - il est vrai que ce n'était pas à Louxor mais Assouan, au moins 200 km de distance - avec avion présidentiel et différentes familles, tout le monde savait. Personne ne parlait", a-t-il dit dans une claire allusion à la vie privée de l'ancien président François Mitterrand.
 
Sarkozy se justifie d'avoir félicité Poutine après les élections

Nicolas Sarkozy s'est de nouveau justifié d'avoir félicité son homologue Vladimir Poutine après les élections législatives en Russie, mardi lors de sa conférence de presse à l'Elysée.
"Quelle étrange conception de la politique internationale que celle qui consiste à reprocher à quelqu'un son élection, et le lendemain à demander à cette même personne (...) de vous aider à régler la crise de l'Iran, de vous aider à régler la crise du Darfour, de vous aider à apaiser les tensions dans le monde", s'est exclamé le chef de l'Etat en réponse à une question.
Selon lui, il est "parfaitement ridicule de reprocher à M. Poutine une élection dont la totalité des observateurs internationaux vous diront qu'il est l'homme politique le plus populaire de Russie et qu'indépendamment des problèmes qu'il y a eu, incontestables au moment de cette élection, il aurait de toute façon été élu".
"Ce qu'il faut reprocher à M. Poutine, c'est pas d'être élu (...), ce qu'il faut lui reprocher c'est ce qu'il a fait, sur les droits de l'Homme à l'intérieur de la Russie ou sur la Tchétchénie", a-t-il ajouté.
Politique de civilisation


Nicolas Sarkozy a défendu son projet controversé de "politique de civilisation", en ouverture de sa première conférence de presse depuis son élection en mai.
Le président français a également affirmé mardi que sa relation avec l'ex-mannequin italien Carla Bruni était "du sérieux", laissant entendre qu'un mariage était probable mais que la presse ne l'apprendrait sans doute que "quand ce sera déjà fait".
Le président Nicolas Sarkozy a déclaré mardi qu'il souhaitait "réfléchir à la suppression totale de la publicité sur les chaînes publiques" de télévision.
Dans une déclaration liminaire, il a repris ce thème qu'il avait évoqué lors de ses voeux du 31 décembre, s'attirant des réactions perplexes.
"Je sais que cette politique de civilisation a suscité chez un grand nombre d'entre vous nombre d'interrogations", a-t-il dit, affirmant qu'il ne s'agissait pas "d'une formule de circonstance, mais d'une conviction profonde, d'un engagement fort". "J'ai été élu en promettant un changement en profondeur, une véritable rupture", a lancé M. Sarkozy, évoquant une campagne présidentielle "dans laquelle les valeurs ont tenu une place centrale".
"Dans cette campagne, j'ai parlé de la vie, de la morale, de l'autorité, de l'identité, de la culture, de l'intégration, du civisme. Mais j'ai aussi parlé de l'amour, de l'ouverture aux autres, de l'humanisme, du respect (...) et j'ai parlé de la diversité", a-t-il poursuivi. "J'ai voulu remettre l'homme au coeur de la politique", a expliqué le président, assurant que la politique doit être "animée par le souci constant d'un idéal humain". "La politique de la civilisation, c'est la politique de la vie", a-t-il insisté, citant l'auteur de cette formule, le sociologue Edgar Morin, qui "a dit que c'était une politique de l'homme".
Parmi les premières mesures annoncées avant les questions des journalistes, M. Sarkozy a indiqué vouloir "garantir" l'égalité entre hommes et femmes, le respect de la diversité et l'intégration des minorités en inscrivant ces principes dans le préambule de la Constitution française.
"Je souhaite que le préambule de notre Constitution soit complété pour garantir l'égalité de l'homme et de la femme, pour assurer le respect de la diversité et ses moyens, pour rendre possible de véritables politiques d'intégration, pour répondre au défi de la bioéthique", a lancé le président de la République dans le propos liminaire de sa conférence de presse.
Le chef de l'Etat a indiqué avoir demandé à Simone Veil, qui l'a accepté, de présider la Commission qui sera chargée de rédiger un projet de texte. "Il s'agit que sur les problèmes philosophiques, moraux, éthiques posés par la modernité, notre Constitution soit en avance sur notre temps et non pas en retard", a-t-il expliqué.
Il a chargé deux Prix Nobel d'économie Joseph Stiglitz et Matias Sen de réfléchir à changer les instruments de mesure de la croissance.
Nicolas Sarkozy est prêt à "recourir à la clause de sauvegarde" sur les OGM, s'il y a des "doutes sérieux" sur ceux qui sont distribués en France, a-t-il déclaré mardi l.
Il a annoncé le lancement en 2008 de dix "projets de rénovation universitaire" pour lutter contre le "délabrement" des universités françaises.

TV publique: Sarkozy envisage une suppression totale de la publicité

Le président Nicolas Sarkozy a déclaré mardi qu'il souhaitait "réfléchir à la suppression totale de la publicité sur les chaînes publiques" de télévision.
"Je souhaite donc que le cahier des charges de la télévision publique soit revu, profondément, et que l'on réfléchisse à la suppression totale de la publicité sur les chaînes publiques qui pourraient être financées par une taxe sur les recettes publicitaires accrue des chaînes privées et par une taxe infinitésimale sur le chiffre d'affaires de nouveaux moyens de communication, comme l'accès à internet ou la téléphonie mobile", a dit le chef de l'Etat lors de sa première conférence de presse à l'Elysée depuis son élection.
Pour Nicolas Sarkozy, "le service public, son exigence, son critère, c'est la qualité. Sa vocation, c'est offrir au plus grand nombre un accès à la culture, c'est favoriser la création française". "Je ne veux pas dire que la télévision publique doit être élitiste ou ennuyeuse. Mais seulement qu'elle ne peut pas fonctionner selon des critères purement mercantiles", a-t-il expliqué.
"Voici une révolution qui en changeant le modèle économique de la télévision publique changera du tout au tout la donne de la politique culturelle dans la société de communication qui est la nôtre", a-t-il estimé.
A la Bourse de Paris, les actions TF1 et M6 Métropole TV décollaient mardi, après l'annonce par le président Nicolas Sarkozy qu'il souhaitait "réfléchir à la suppression totale de la publicité sur les chaînes publiques" de télévision.
A 10H55 (09H55 GMT), TF1 prenait 8,38% à 18,10 euros, et M6 Métropole TV 6,86% à 17,60 euros, tandis que le marché parisien gagnait 0,84%.
Bouygues, maison mère de TF1, prenait 3,24% à 54,09 euros.
"Cela créerait évidemment un levier énorme pour les chaînes privés. Cette proposition pourrait se concrétiser rapidement puisque (la ministre de la Culture et de la Communication, ndlr) Christine Albanel doit présenter en février sa loi sur l'audiovisuel", a commenté un vendeur d'actions parisien.
"Compte tenu des liens de TF1 et Bouygues avec le pouvoir en place, on se doutait déjà qu'ils ne seraient pas défavorisés", a-t-il ajouté.
Avant cette annonce, le titre TF1 avait touché mardi matin son plus bas niveau depuis mars 1999, et M6 son plus bas depuis mars 2003.

Source FR2

Le Pèlerin

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires