Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

9 janvier 2008 3 09 /01 /janvier /2008 06:52

Abdelmadjid Sidi Saïd l’a déclaré à Aïn Defla :

«Un dossier sur la préservation du pouvoir d’achat sera transmis incessamment au gouvernement»

Le secrétaire général de l’UGTA, M. Abdelmadjid Sidi Saïd, qui a assisté hier matin à la cérémonie d’ouverture du 4ème congrès de l’UGTA de la wilaya de Aïn Defla, organisé au niveau de la nouvelle maison de la culture du chef-lieu, a rappelé lors de son discours inaugural les plus importantes étapes ayant marqué le parcours de cette structure syndicale, et ce, dans le cadre de la prise en charge des préoccupations des travailleurs.
Abdelmadjid Sidi Saïd s’est longuement étalé sur les négociations qui ont été menées pour aboutir aux différentes augmentations des salaires, et a donné des informations relatives aux nouveaux salaires, avant d’indiquer : «Ceux qui peuvent apporter plus que ce que l’UGTA a obtenu, qu’ils se présentent.» En évoquant la nouvelle grille des salaires de la fonction publique, le SG de l’UGTA a rappelé à l’assistance que l’élaboration des statuts particuliers de la fonction publique suit son cours et que les services concernés font de leur mieux pour finaliser les 54 statuts dont 15 relèvent du ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales.
Dans ce même cadre, l’intervenant a annoncé que la seule voie pour résoudre les problèmes est celle des négociations et que les salaires doivent toujours être en évolution grâce aux pourparlers qui ne doivent jamais cesser. Selon Sidi Saïd, les négociations sont une tradition à l’UGTA qui continue d’œuvrer pour l’intérêt des travailleurs et du pays.
Par ailleurs, le SG de l’UGTA a tiré à boulets rouges sur ceux qui veulent déstabiliser les travailleurs en utilisant le dossier des salaires, et ce, avant de déclarer que l’application de la nouvelle grille des salaires se fera avec effet rétroactif à partir du 1er janvier 2008. Avant de clôturer son long discours dans lequel il a appelé ses militants à œuvrer pour l’intérêt des travailleurs et la préservation de l’UGTA, il a annoncé qu’un dossier va être bientôt transmis au chef du gouvernement au sujet du pouvoir d’achat.
Ce dossier, selon Sidi Saïd, contient des propositions pour que le pouvoir d’achat n’ait pas un impact négatif sur les nouveaux salaires.
S’agissant des retraités, le SG de l’UGTA a déclaré : «Plus de 5 000 lettres de remerciements de la part des retraités ont été transmises à l’UGTA suite au relèvement de leur pension, ça fait chaud au cœur en lisant ces lettres de remerciements qui demandent aussi d’autres augmentations.»
Il est à noter que lors de l’ouverture de ce congrès qui a vu la présence des autorités locales, des cadeaux ont été distribués à des retraités.
La famille du défunt Bouabi Mohamed, connu par son surnom «El Chaab», a été honorée en cette circonstance, d’autant que ce congrès a été organisé en hommage à cette personne très connue dans cette wilaya et qui nous a quittés il y a quelques années seulement.
Les travaux de ce congrès dont l’ordre du jour était la présentation du bilan moral et financier de cette structure et l’élection du nouveau SG de wilaya se poursuivaient au moment où nous mettions sous presse.

Source La Tribune

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires