Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

10 janvier 2008 4 10 /01 /janvier /2008 01:50

Augmentation des salaires Le gouvernement rappelle l'UGTA à l'ordre

 

Le secrétaire général du gouvernement M. Ahmed Noui a assuré hier que l'augmentation des salaires des fonctionnaires interviendra dès l'adoption du nouveau statut de la fonction publique.

Intervenant au cours de la conférence de presse hebdomadaire qu'organise le ministère de la Communication, M. Noui qui a déploré «les spéculations» entretenues autour de la question ces derniers jours, a affirmé que les quatre décrets présidentiels signés en septembre 2007 sont clairs sur la décision d'augmenter les salaires des fonctionnaires. Selon lui, le Conseil du gouvernement qui s'est réuni hier a finalisé deux statuts particuliers sur les 44 statuts particuliers de la fonction publique. Il s'agit, a-t-il tenu à préciser, du «statut particulier des corps communs et du statut des chauffeurs, ouvriers professionnels et appariteurs».

La hausse des salaires, poursuit le SG du gouvernement, interviendra dès l'adoption des 42 autres statuts en Conseil du gouvernement. Dans le cas où tous les statuts ne seront pas finalisés durant ce mois, des rappels, a-t-il déclaré, vont être virés sur les comptes des fonctionnaires. Plus de 1,5 million de fonctionnaires sont concernés, faut-il le souligner, par cette augmentation de salaire qui a fait couler beaucoup d'encre. Le secrétaire général du gouvernement a critiqué hier sévèrement la centrale syndicale UGTA qui avait insisté, pour rappel, sur le fait que l'augmentation des salaires des fonctionnaires devait intervenir dès ce mois de janvier. «Cette histoire ne regarde pas l'UGTA», tonne le représentant du gouvernement qui regrette «des questions superflues» qui ont été soulevées sur le sujet.

Il faut savoir que la révision du statut des corps communs a donné lieu à plusieurs réaménagements, notamment la suppression de certains grades et la création d'autres, la hiérarchisation des grades, l'organisation de la fonction spécialisée, etc. Selon M. Noui, il existe dans la fonction publique quelque 478 grades et nombre d'entre eux ne répondent plus, dit-il, à la qualification demandée aujourd'hui.

Le conférencier qui avoue que l'administration a un surplus en fonctionnaires fera savoir que le «travail d'adaptation des statuts» était nécessaire.

Par ailleurs, interrogé sur le pouvoir d'achat des citoyens et la hausse des prix des produits de base, le ministre de la Communication M. Abderachid Boukarzaza a affirmé que le gouvernement suit de très près la situation. «Le gouvernement a institué un instrument regroupant plusieurs départements pour contrôler et suivre les prix mais aussi proposer des solutions adéquates», a déclaré le ministre de la Communication qui s'est félicité de la baisse des prix de certains produits notamment la pomme de terre. Concernant la semoule dont les prix sont soutenus par l'Etat malgré sa flambée sur le marché international, Abderachid Boukarzaza a averti hier les commerçants qui seraient tentés par la spéculation, que des brigades mixtes (ministère du Commerce et service de l'ordre) ont été mises en place pour sévir. Questionné sur la conférence que doit organiser l'ambassade américaine à Alger avec les journalistes algériens sur le projet «Africom», le ministre a été catégorique. «L'Algérie a expliqué à plusieurs reprises qu'elle refusait catégoriquement d'abriter des forces étrangères sur son sol», a répondu M. Boukarzaza en soulignant que cela a déjà été réitéré plusieurs fois par le ministre des Affaires étrangères.

 

Source le Quotidien d’Oran

 

Le  Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires