Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

22 janvier 2008 2 22 /01 /janvier /2008 00:51
Benzema, le nouveau "nouveau Zidane" du foot français

undefined

 

 

En mal de joueurs prompts à déchaîner la passion des supporters depuis la retraite de Zinedine Zidane, le football français, bien aidé par Canal+, est en train de se fabriquer une nouvelle coqueluche, avec le jeune Karim Benzema.

L'attaquant de l'Olympique lyonnais est de toutes les couvertures et de toutes les invitations et son nom revient comme une rengaine. De là à povoquer une Benzemania, il n'y a pas loin.

L'international français s'est largement illustré en 2007 en assurant une qualification sur le fil de l'OL pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions grâce à un doublé sur le terrain des Glasgow Rangers (victoire 3-0). Il a enchaîné avec un coup du chapeau lors du large succès sur Créteil en Coupe de France la semaine passée.

Le Lyonnais, qui a eu 20 ans le 19 décembre dernier, a même reçu une offre de 32 millions d'euros faite par Manchester Utd pour s'attacher ses talents, mais a poliment décliné la proposition, souhaitant rester avec le champion de France pour le moment.

Les compliments d'Alain Delon sur Canal+

Le phénomène est en train de prendre de l'ampleur à grand vitesse. Les internautes se mettent à faire des compilations vidéo de ses exploits. Un site de soutien a été créé et reçu, selon le compteur en page d'accueil, plus de 27 000 visites. A l'intérieur, le vide est sidéral.

Le point d'orgue de cette exposition médiatique est intervenue lundi avec la participation de Benzema au Grand Journal de Michel Denisot, aux côtés d'Alain Delon venu faire la promotion du nouvel opus des aventures cinématographiques d'Astérix.

L'acteur y est allé de son compliment.

"C'est formidable d'avoir à 20 ans cette intelligence professionnelle. Sans que cela soit péjoratif, et tu vas très bien le comprendre, tu ne seras jamais Zinedine Zidane, parce que tu seras Karim Benzema. Il n'y a pas de nouveau Zidane, pas plus qu'il n'y a de nouveau Bemondo."

La comparaison avec Zidane se fonde en fait sur peu de choses. Benzema est d'origine algérienne comme l'ancien capitaine de l'équipe de France. Les deux hommes sont d'un tempérament plutôt réservé, parlant peu.

Et si on arrêtait de tout ramener à Zidane?

Pour le reste, les comparaisons avec l'ex-numéro 10 des Bleus, devenu un mètre étalon du talent, ne manquent jamais. C'était déjà "Zizou" qui servait de point de repère quand il s'était agi d'évaluer le jeune Samir Nasri qui flambait avec l'OM. On avait également placé des espoirs identiques quand Franck Ribéry s'était révélé. Il serait peut-être temps de trouver une autre référence.

Que le Lyonnais devienne une "étoile montante" n'a rien à voir avec le hasard. D'abord parce que son talent du buteur est incontestable (21 réalisations depuis le début de la saison), ensuite parce qu'il a de solides chances de faire partie des 23 élus pour porter le maillot bleu au championnat d'Europe au mois de juin en Suisse et en Autriche.

Domenech, qui ne peut être soupçonné de distribuer les compliments à profusion, s'est lui ausi fendu d'un petit commentaire laudateur, matiné de mise en garde, après le doublé de Glasgow.

"Je le lui ai dit et je lui répète, faire ce qu'il a fait à son âge, 19 ans, c'est une base, mais c'est la durée qui fait la force."

Depuis sa première sélection lors de France-Autriche en mars celle publiée précédemment 2007, Benzema a géré son succès avec une certaine modestie. Sa décision de rester à l'OL, son club formateur, est certainement louable. Il a compris que la précipitation pouvait être dommageable à une carrière.

L'Euro devrait être un bon moyen de vérifier si toutes les louanges qui sont aujourd'hui chantées sont méritées.

 

Source rue89.com

 

 

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0

commentaires