Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 janvier 2008 3 23 /01 /janvier /2008 00:00

Tata bouscule le marché  
Une voiture à 1700 euros

undefined 

 

Tata Motors vient chambouler l’ordre du marché mondial des véhicules. Le constructeur indien a mis au point un véhicule de tourisme qu’il commercialise à 1 700 euros. Soit moins de 200 000 DA, bousculant ainsi d’une manière peu commune le segment du lowcost.

Nabil M. - Alger (Le Soir) - Le Nano puisque c’est de ce modèle dont il s’agit, supplante toutes les initiatives en rapport. Véritable voiture du peuple, Nano est une citadine de cinq portes qui fait le bonheur des petites bourses dans son pays d’origine, dans des pays émergeants, voire même dans le très concurrentiel marché européen. Un véhicule neuf à 1 700 euros est assurément un chalenge que peu de constructeurs peuvent réaliser. Une interrogation s’impose d’elle-même. Qu’est-ce qui permet à Tata de vendre un véhicule à ce tarif ?


Le flair de la bonne affaireTata Motors n’est pas l’inventeur du concept qui a donné naissance à Nano. Le constructeur indien a tout simplement sauté sur un projet sur lequel les fabricants généralistes de France n’ont pas accordé trop d’importance. En effet, le concept de cette voiture lowcost, a été développé par MDI, une entreprise basée au sud de l’Hexagone. Après des démarches infructueuses en France, le produit a fini par capter l’attention d’un fabricant étranger. Ce fabricant n’était autre que Tata. Le contrat de transfert des technologies a été signé en 2007. Quelque temps plus tard, Nano est née.

 


Un véhicule allégéCe qui permet à Tata de produire un véhicule aussi bon marché, c’est la maîtrise des frais. Une maîtrise qui provient notamment des coûts somme toute raisonnables de la main-d’œuvre locale. A cela s’ajoute, une approche qui s’articule autour du principe d’assembler un véhicule qui est une simple expression de la citadine. Avec néanmoins un design tendance. A ce propos, Tata n’a pas été chercher loin. Il reproduit presque des formules qui ont déjà marché par le passé. A commencer par le moteur. En effet, le Nano n’est assurément pas fait pour les amateurs des fortes sensations. Cette voiture est animée par une mécanique à deux cylindres d’un diamètre de 623 cm3. Ce moteur ne produit que 33 CV. Juste de quoi déplacer la carrosserie. En plus, ce moteur tiendrait facilement dans la partie coffre, laissant les espaces de chargement pour le capot. Cette motorisation est couplée à une boîte de vitesses de quatre rapports. D’aucuns auront remarqué que le design du Nano tient un peu de la Spark de Chevrolet mais en un peu plus menu. Les dimensions sont modestes, 3.10 m de long, 1.50 m de large et 1.60 m de hauteur. Ces mensurations donnent lieu à un habitacle qui promet de transporter 4 adultes. Nano qui a été dévoilé lors de la dernière édition du salon de l’automobile de New Delhi, existe en deux versions. La première est une déclinaison d’entrée de gamme baptisée standard. Digne représentant du segment A-0 aucun équipement n’a été prévu par le constructeur. Cette finition est reconnaissable grâce à ses boucliers en plastique brut. La version supérieure est la Luxery. Cette dernière prévoit par contre des boucliers ton caisse ainsi que quelques équipements de confort comme la direction assistée et la climatisation. Il va sans dire que cette version reviendrait un peu plus cher que 1 700 euros. Ceci dit, elle viendrait jamais à dépasser la barre des 2 500 euros.

 


Econome et écolo


Selon les données fournies par le constructeur indien, le Nano est un véhicule peu gourmand avec une tendance écolo. La mécanique bi-cylindre ne consomme que 5 litres au 100 kilomètres. Cette faible consommation est associée à un taux d’émission qui permet à Tata de lorgner du côté du Vieux Continent. Les mêmes données estiment les émissions à moins de 60 g de CO2 par kilomètre. Tata Motors annonce la production de 200 000 unités par an. Cette production est essentiellement réservée au marché indien mais jusqu’en 2011 où la phase d’exportation qui commencera.
-

Qui est Tata Motors ?

 

Tata Motors est la filiale automobile du groupe Tata. Ce constructeur figure à la 18e place mondiale des grands fabricants d’automobile. Tata possède 96 filiales qui vont du thé à la fabrication de camions en passant par la sidérurgie, la chimie, les télécommunications, l'informatique et les services financiers. En 2006-2007, Tata Motors a généré des bénéfices de 7,2 milliards de dollars US. Ce fabricant représente 3% du PIB de l’inde. Tata compte racheter auprès de Ford deux marques phares, à savoir Jaguar et Land Rover.

Source : Le soir d’Algérie

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires