Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

15 janvier 2008 2 15 /01 /janvier /2008 07:47

MAM réinvente les îlotiers... supprimés par Sarkozy

 

 

Ce lundi, la locataire de la place Beauvau doit présenter son projet à l'occasion d'une "conférence de cohésion" à l'Institut des hautes études de la sécurité (INHES). Le matin-même, elle dévoilait dans les colonnes du Parisien-Aujourd'hui en France les grandes lignes d'un "plan" qui "prévoit des équipes localisées sur un secteur, formées à l'activité en milieu difficile, assurant une présence permanente, active, visible et dissuasive."

Ça vous rappelle quelque chose? Sûrement ces ilôtiers tellement décriés par le ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy. Leur suppression, en 2003, avait scandalisé bon nombre de maires, notamment en Seine-Saint-Denis, département ciblé aujourd'hui par Michèle Alliot-Marie pour son plan "de proximité", qui doit être lancé à Saint-Denis, La Courneuve et Clichy-Montfermeil, trois zones sensibles du 93.

Villiers-le-Bel révèle le fossé entre jeunes et policiers

En juin 2007, un rapport accablant de l'INHES avait d'ailleurs souligné les conséquences dramatiques de leur disparition et préconisé de "renouer les liens avec la population des quartiers, [de] réorganiser le travail de la police et ses techniques d'intervention".

L'INHES, qui dépend pourtant du ministère de l'Intérieur, jugeait à l'époque que la police de proximité supprimée par Nicolas Sarkozy avait eu des "effets positifs incontestables". Ce que confirment sur le terrain des policiers déplorant une moindre connaissance du tissu local. Les heurts sans précédents qui ont opposé jeunes et policiers à Villiers-le-Bel, à l'automne dernier, avaient achevé de montrer le fossé qui s'était agrandi entre population et forces de l'ordre:

"Ne pas refaire les erreurs du passé"

Pourtant, cette volte-face du gouvernement sur la police de proximité ne se dit que du bout des lèvres, alors que les syndicats de police se félicitent plutôt de cette annonce. A l'UNSA-Police, proche de l'opposition et ouvertement favorable aux ilôtiers, Joaquin Masanet y voit ainsi "une très bonne chose":

"Peu importe le nom de cette police, la priorité est d'améliorer la connaissance du tissu humain, et que la police se rapproche de sa population et de sa jeunesse."

Chez Alliance, on a pris connaissance de la renaissance de la Police de proximité en lisant le Parisien. Le syndicat, marqué à droite, salue l'initiative de la police de quatiers façon Alliot-Marie, mais nuance:

"Cette police ne doit pas être le retour de la Police de proximité qui a été un échec faute de moyens et d’effectifs. La police de quartier doit radicalement changer le concept et l’organisation des missions de police dans les quartiers sensibles en prenant en compte l’investigation et le renseignement, abandonnés sous la Police de proximité. Il ne faut pas refaire les erreurs du passé!"

Ménageant la chèvre et le chou (et, au passage, l'Elysée), Michèle Alliot-Marie rétablit donc des ilôtiers qui n'en ont pas le nom, se défendant bien, au passage, de relancer "une police qui joue le rôle des associations".

"Pas des animateurs sportifs"

Défendant le retour sur le terrain en banlieue de ses hommes, la ministre en a cependant profité pour tâcler la Police de proximité telle qu'elle avait été mise en place par la gauche: ses policiers à elle ne joueront pas "le rôle d'animateurs sportifs".

En 2003, lors d'un déplacement à Toulouse, Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur, avait en effet apostrophé des ilotiers sur ce thème, leur lançant: "Organiser un match de rugby pour les jeunes du quartier, c'est bien. Mais ce n'est pas la mission première de la police." ):

Un vieux procès qui fatigue Joaquin Masanet, secrétaire général de l'UNSA-Police:

.

Michèle Alliot-Marie était-elle condamnée à jouer sur les mots? La ministre de l'Intérieur a décidé de relancer cette semaine une police "proche des gens", en tous points semblable à la Police de proximité supprimée il y a près de cinq ans par... Nicolas Sarkozy.

Source Rue89.com

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires