Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

17 janvier 2008 4 17 /01 /janvier /2008 00:22

L’UNITÉ DE DESSALEMENT D’EAU DE MER D’EL HAMMA

Une dotation de 200.000 m3/jour pour les Algérois

L’unité de dessalement d’eau de mer d’El Hamma sera opérationnelle dans les semaines à venir, soit à « pleines capacités » en février prochain, a déclaré le ministre de l’Energie qui a inspecté hier les conditions de sa mise en exploitation.
Le premier module est déjà « entré en phase de production », selon les responsables qui ont procédé aux essais, et sera relayé à un rythme identique. Selon les explications des responsables du projet, « l’eau dessalée sera injectée dans le réseau d'alimentation au début du mois prochain ». Le débit sera augmenté au fur et à mesure, de semaine en semaine pour atteindre les 200 000 m3 contractuels, a-t-on expliqué au ministre de l’Energie. L’unité d’Alger qui avait reçu la visite du ministre au cours des différentes phases de lancement devait être opérationnelle fin décembre pour approvisionner la capitale en eau potable H 24.
Mais les responsables semblent minimiser ce léger décalage dans ces projets de nature complexe. Avec son programme de dessalement entamé en 2003 avec l’unité de Kahrama à Arzew, l’Algérie s’est fixée un objectif de 2,6 millions de m3 par jour pour suppléer le déficit dû à la sécheresse. Le dessalement devra couvrir les 10 % des besoins en eau. En 2009, ce sera donc neuf projets sur les 13 retenus dans le programme qui seront opérationnels, y compris celui d’El Hamma en février. Au total, l'année en cours verra la réception de trois autres usines, après celle de Kahrama à Arzew (88.800 m3). Il s'agit de Beni Saf (200.000 m3/j) et de Skikda (100.000 m3/j), ce qui portera à 600.000 m3 le volume total d'eau dessalée produit quotidiennement.
La station de dessalement d’Arzew avait commencé à satisfaire les besoins des populations et des unités industriels de la région Ouest du pays en 2005. Quatre unités « sont au stade de l’appel d’offres », a déclaré le ministre de l’Energie, M. Khelil lors de sa visite hier. L’ouverture des plis des offres est « prévue en février ».
Pour 2010, ce sera un volume de 2,3 millions de m3 qui proviendront des unités de dessalement d’eau de mer et les Algérois, pour leur part, seront approvisionnés par la centrale d’El Hamma à raison de 200.000 m3 par jour, ce qui mettra fin aux problèmes de rationnement et de coupures d’eau. Cette station qui a coûté 245 millions de dollars a montré toute l’implication de Sonatrach dans ce programme et pourrait expliquer le choix de la date symbolique du 24 février pour l’inauguration de la nouvelle unité d’Alger. Sonatrach a, en effet, (via sa filiale détenue également par l’autre compagnie d’électricité Sonelgaz et l’Algérienne des Eaux) joué une sorte de garantie de succès de cet important investissement.
Quant au tarif consommateur, le ministre de l’Energie rassure que le prix de l’eau dessalée « ne sera pas différent » en ce sens qu’il bénéficie du soutien de l’Etat. Le projet d’El Hamma est mené conjointement par le groupe américain IONICS (à hauteur de 70%), l’AEC et l’ADE (30%). La société américaine, spécialiste du dessalement dans le monde, fournit les équipements et devra assurer l’exploitation et la maintenance de l’usine pendant 25 ans. Quant au mode de financement de ces projets (le Project Financing), il consiste à financer le projet par « des prêts bancaires remboursables grâce aux revenus générés par la revente de l'eau dessalée ». Ce sont ces revenus qui garantissent les crédits contractés auprès des banques. L’État devra dans ce cas bonifier les taux d'intérêt en vue d'éviter toute augmentation des prix aux consommateurs

Source Horizons

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires

O
<br /> <br /> Salu!!!!!!!<br /> <br /> <br />              je veux envoyer un email à l'usine de dessalement d'eau du hamma d'alger mais j'arrive pas , c'est vraiment curieux. Une<br /> si grosse unité peut-etre la plus grande d'afrique ne possede pas de boite postale electronique !!!!!§§§§<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> <br /> Bonjour Omar,<br /> <br /> <br /> J’aurais aimé vous rendre service...Je me suis tapé de nombreux essais sur Google...Sans succès<br /> <br /> <br /> Désolé<br /> <br /> <br /> Le Pèlerin <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />