Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

26 janvier 2008 6 26 /01 /janvier /2008 00:33

Produits agricoles - Bientôt une zone franche maghrébine

La commission ministérielle spécialisée dans la sécurité alimentaire dans les Etats de l’Union du Maghreb arabe (UMA) envisage de mettre en place une zone franche pour les exportations de produits agricoles.

Cette option a été discutée lors de la 14e session de cette commission dont les travaux se sont déroulés le 21 décembre 2007 à Nouakchott. Les membres de l’UMA seraient déterminés à instaurer une zone de libre-échange pour cet espace composé de la Mauritanie, du Maroc, de l’Algérie, de la Tunisie et de la Libye, et donner un nouveau souffle à une union longtemps confinée dans la léthargie. Les pays membres de l’UMA essayent de dynamiser la coopération économique entre eux par des actions concrètes et cette action s’inscrit dans cette stratégie commune. Le but de cette initiative est de permettre à ces pays d’Afrique du Nord de trouver de nouveaux débouchés pour leur excédent de production agricole en profitant de l’avantage de la proximité géographique. L’Europe constituait le marché habituel de l’Algérie qui exporte toutefois une quantité presque dérisoire. Dans le même sillage, il a été décidé samedi dernier au cours d’une réunion de la commission chargée de mettre sur pied une union des foires des pays de l’UMA que la première édition de la foire maghrébine aura lieu en Algérie. Cette manifestation sera organisée pendant l’année en cours, mais la date exacte n’a pas encore été déterminée. La rencontre, au cours de laquelle ont été examinés les statuts de l’Union, ses règlements et structures organisationnelles, s’est également penchée sur les missions de l’union des foires des pays de l’UMA. Cette nouvelle structure aura pour mission, entre autres, d’organiser et de promouvoir l’industrie des foires, d’encourager et de soutenir la complémentarité entre les pays de l’UMA à travers la coordination des activités des différentes structures et institutions dans les domaines économiques de ces pays. Elle s’est aussi assigné comme objectif de favoriser un climat économique propice à la création de projets communs, à faire connaître les opportunités d’investissement et d’échanges dans et entre tous les pays de l’UMA à travers l’organisation de salons d’exposition spécialisés, l’échange d’informations et d’expertises, l’ouverture d’opportunités de formation et de promotion des ressources humaines des institutions spécialisées dans le domaine de l’industrie des foires. L’Algérie était représentée lors de cette réunion où étaient présents le secrétaire général du comité populaire général (ministre) libyen de l’Economie, du Commerce et de l’Investissement, Tahar Charkes, le secrétaire du comité de direction de l’Office général libyen des foires, Jamal Lemouchi, ainsi que les chefs des offices des foires de Tunisie, du Maroc et de Mauritanie et un délégué du secrétariat général de l’UMA. Reste à savoir si ces initiatives poseront les premiers jalons d’une intégration économique maghrébine qui tarde à se dessiner. Selon le Fonds monétaire international (FMI), sur un total de 137,1 milliards de dollars d’échanges commerciaux en 2006, seulement 2% de ce montant sont échangés entre les cinq pays du Maghreb, à savoir la Libye, la Tunisie, l’Algérie, le Maroc et la Mauritanie, contre 66% avec l’Union européenne, 13% avec le reste des pays industrialisés et 19% avec d’autres pays.

Source El Watan

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires