Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

17 janvier 2008 4 17 /01 /janvier /2008 07:58

Pour la première fois depuis un mois
Le pétrole sous la barre des 90 dollars

Pour la première fois depuis un mois, les cours du brut sont retombés hier sous la barre des 90 dollars le baril, atteignant 89,75 dollars (livraison en février). Sur l’Inter Continental Exchange (ICE) de Londres, le baril de brent de la mer du Nord a baissé de 80 cents dans la matinée, pour s’établir à 89,75 dollars, avant de remonter légèrement. A New York, le baril de light sweet crude pour livraison en février s’échangeait à 90,76 dollars, soit une baisse de 1,14 dollar. Globalement, cette baisse est due aux appréhensions d’une récession économique aux Etats-Unis et à l’éventualité d’une reconstitution des réserves pétrolières de ce premier consommateur mondial de brut. Ce repli des cours intervient suite à l’annonce lundi du recul des ventes de détail en décembre aux Etats-Unis. Ce qui a été interprété comme la preuve du ralentissement de la consommation, principal moteur de l’économie américaine. L’autre facteur de baisse réside dans le volume des pertes de la banque Citigroup, la plus touchée par la crise des prêts hypothécaires (subprime), et les déclarations de l’ancien président de la Réserve fédérale (Fed), Alan Greenspan, selon lequel «l’économie américaine [allait] probablement entrer en récession si elle ne l’est pas déjà». Les prix sont également tirés vers le bas par l’attente de la reconstitution des réserves pétrolières américaines lors la semaine achevée le 11 janvier.
Par ailleurs, selon les estimations des marchés, le rapport hebdomadaire du département américain de l’Energie (DoE) pourrait annoncer mercredi une hausse de 1,25 mbj des stocks de brut, ainsi qu’une progression des réserves d’essence (2,3 mb) et de distillats (+1,55 mb). Si cela se confirmait, il s’agira alors de la première progression des stocks de brut en neuf semaines.
L’Agence internationale de l’énergie (AIE) a, pour sa part, revu en légère hausse de 100 000 barils par jour à 87,8 millions de barils par jour (mbj), sa prévision de demande de pétrole pour l’année 2008, malgré la crise financière aux Etats-Unis.
La demande mondiale de 2008 devrait donc augmenter de 2,3% par rapport à 2007, et rester tirée par l’Asie et le Moyen-Orient, selon l’AIE.
Au moment où le pétrole est en baisse, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) juge inopportun d’augmenter la production en dépit de la demande pressante du président américain George W. Bush de revoir la production à la hausse. Le secrétaire général de l’OPEP a en effet jugé, hier, que le marché de l’or noir est bien approvisionné. Toutefois, l’OPEP se déclare «prête» à pomper plus si les fondamentaux le justifient. La décision sera connue le 1er février prochain à l’occasion de la réunion extraordinaire de l’OPEP prévue à Vienne.

Source le Jeune Indépendant

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires