Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

31 janvier 2008 4 31 /01 /janvier /2008 00:20
Muséum d’histoire naturelle

undefinedMusee-hist-nat-jpg-copie-1.jpg







Le Muséum d’histoire naturelle du Jardin des Plantes est l’objet d’une réhabilitation d’envergure. Redéfinissant ses missions traditionnelles de conservation et d’exposition, il entend aussi jouer un rôle actif et innovant au cœur de la cité.

Le Muséum a plus de deux siècles. Pour tous ceux qui l’ont connu, il y a peu encore, il s’en dégageait l’atmosphère d’un album d’Hergé… La page se tourne, les collections demeurent, mais un grand projet prend corps.
Ambition de ce futur Muséum en gestation : mettre en scène, grâce à ses riches collections (plus de 700 000 pièces) et à un concept muséographique original, les relations de l’être humain avec la nature et l’environnement.
Sur le site bucolique du Jardin des Plantes, ses vieilles vitrines quelque peu poussiéreuses vont céder la place à un ambitieux projet architectural dû au cabinet Jean-Paul Viguier, retenu sur concours. Le bâtiment ancien sera complètement restauré et doublé d’un appendice contemporain audacieux, avec notamment une immense verrière et des espaces d’exposition en mezzanine. Les thématiques d’expositions (terre, eau, vent, chaleur.) se prolongent à l’extérieur vers un jardin botanique extraordinaire, spirale végétale épousant les courbes de la façade de verre.
Cet outil au service de la diffusion scientifique offrira également un support technique performant (laboratoires de recherche, de conservation…) et des vecteurs de sensibilisation du grand public (biblio- médiathèque, espace ludosciences…).

Aux alentours, le cadre magnifique du Jardin des Plantes, un classique du paysagisme du XIXe siècle, est interprété comme une introduction sensitive au propos de ce Muséum du troisième millénaire dont l’originalité devrait faire référence.

L’idée de créer à Toulouse un Muséum d’Histoire Naturelle remonte à la fin du XVIIIe siècle. Cependant, il n’est créé qu’en 1808, grâce à la détermination du célèbre naturaliste toulousain, Picot de Lapeyrouse. Ouvert au seulement au public en 1865, il aura pour vocation "d’assurer la conservation et le classement des collections, accueillir le public et participer à la découverte et à la prospection". Très vite le Muséum toulousain devient un puissant pôle d’attraction scientifique, les savants y accourent. Entre les deux guerres mondiales, le Muséum s’agrandit et accueille les collections d’ethnographie du musée Saint-Raymond. En 1923, il s’enrichit du fameux fonds Bésaucèle, l’une des plus grandes collections d’oiseaux d’Europe. A partir de 1958, le Muséum connaît un premier remodelage qui permettra de constater sa vétusté. Il faudra attendre les années 2000 pour qu’un ambitieux projet de restructuration se fasse jour.

Le Muséum a ouvert aux groupes d’enfants des écoles et des centres de loisirs au grand public le 26 janvier 2008.

 

Source Site de la ville de Toulouse

 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires