Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

31 janvier 2008 4 31 /01 /janvier /2008 00:29

Téléphonie, Banques, Fournisseurs d’accès à Internet

Vos nouveaux droits

undefined 

Téléphonie – Des Hotlines moins coûteuses

 

Des appels vers les services téléphoniques moins coûteux, une rupture d'abonnement plus facile, plus de transparence de la part des banques : à partir du 1er juin 2008, vos droits de clients seront mieux défendus. Tout ce qu’il faut savoir.

Tous les fournisseurs d’accès Internet (FAI) ont mis en place des services d’assistance pour dépanner leurs clients. Mais ces derniers se sont révélés difficiles à joindre et avec un coût d’appel surtaxé (le plus souvent 0,34 € la minute). Face à l’exaspération des consommateurs, beaucoup de FAI ont d’ores et déjà opté pour la gratuité du temps d’attente : une option que la loi du 3 janvier 2008 rend obligatoire à compter du 1er juin prochain. Plus intéressant encore, la même loi interdit désormais aux opérateurs de télécommunication de surtaxer les appels téléphoniques vers leurs hotlines (service d’assistance, service de réclamations ou de relations clients), également à compter du 1er juin 2008 !

 

Une rupture anticipée plus facile

 

 

Fidéliser leurs clients, c’est l’objectif des opérateurs de télécommunications. Et le meilleur moyen d’y parvenir est de les inciter à souscrire des engagements sur 24 mois. La loi du 3 janvier 2008 n’interdit pas cette pratique, mais elle facilite la résiliation anticipée. Ainsi, si vous souscrivez, à compter du 1er juin 2008, un abonnement de plus de 12 mois, vous pourrez le résilier dès la fin du 12e mois en n’ayant à payer à l’opérateur que le quart du montant total des mensualités restant à courir jusqu’au terme (par exemple : 1 mois pour une résiliation anticipée de 4 mois). Actuellement, votre opérateur est en droit d’exiger la totalité des sommes restant dues… Par ailleurs, chacune de vos factures devra mentionner la durée restant à courir jusqu’au terme de votre engagement.

A compter du 1er juin 2008, le délai de préavis applicable pour la résiliation d’un contrat Internet ou de téléphonie ne pourra pas être supérieur à 10 jours (même pour les contrats en cours à cette date) à compter de la réception de votre demande de résiliation par votre opérateur. Cette mesure ne remet pas en cause les périodes d’engagement auxquelles vous êtes éventuellement tenu, elle porte uniquement sur le délai à courir entre la réception de votre lettre de résiliation et la résiliation effective. Par ailleurs, si vous avez versé un dépôt de garantie à votre FAI, il devra vous restituer cette somme au maximum dans les 10 jours suivant la restitution du matériel garanti.

 

Banques – Plus de transparence

 

Tous les ans, en janvier, les banques devront désormais envoyer à leurs clients un relevé récapitulant tous les frais de gestion de leur compte courant, ainsi que les frais pour incidents de paiements (chèque sans provision…) et les agios. L’envoi de ce relevé sera gratuit et automatique (premier envoi au plus tard le 31/01/09). Par ailleurs, face aux déboires de souscripteurs de prêts immobiliers à taux variable, les banques devront mieux informer sur les conditions d’évolution du taux (plafond prévu ou non dans le contrat, par exemple) et leur donner des simulations (mensualités, durée du prêt et coût total). Cette disposition de la loi Chatel sur la consommation pourrait être renforcée par la fixation obligatoire d’un taux plafond pour ce type de prêts, actuellement en discussion.

 

Source Seniorplanet

 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires