Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

29 janvier 2008 2 29 /01 /janvier /2008 10:13
Dès 6 h 30, de grosses difficultés sont envisagées entre l'aéroport et le centre ville en passant par le périphérique. En cause, le rapport Attali.

Circulation. Demain, les taxis bloqueront Toulouse


actualites-tse.jpg


Entre 800 et 1 000 chauffeurs de taxi de la région convergeront mercredi vers Toulouse afin de manifester contre le rapport Attali visant à déréglementer la profession (en libérant le nombre de licences). Dès 6 h 30, ils bloqueront l'accès à l'aéroport de Blagnac et à la gare Matabiau. En conséquence, le périphérique et le Fil d'Ariane puis le centre-ville devraient rapidement connaître de gros problèmes de circulation. L'itinéraire précis du cortège n'est pas connu mais une bonne partie des taxis devraient se retrouver vers midi du côté de la préfecture, place Saint-Etienne, où sera reçue une délégation. Il sera donc recommandé d'utiliser le métro, le vélo… ou la marche à pied.

Reçus hier à la mairie pour les vœux de Jean-Luc Moudenc, Philippe Vidal, responsable toulousain de la Fédération nationale des taxis indépendants (FNTI), et Gilbert Blanc, président départemental du Syndicat des artisans taxis (FNTA) ont pu exprimer à l'élu les raisons de leur colère.

« Nous travaillons 14 heures par jour et ces derniers mois beaucoup d'artisans n'ont même pas pu se payer de salaire », raconte Philippe Vidal. De son côté, Gilbert Blanc regrette que le mouvement précédent, le 26 septembre 2007, « ait été entendu mais pas écouté ». « On ne veut pas embêter les Toulousains mais il fallait qu'on réagisse à un rapport qui veut la mort de notre profession, poursuit-il. Il faut savoir que la revente de notre licence, chèrement acquise (1), c'est notre seul moyen d'avoir une retraite décente. Avec la manifestation de mercredi, nous voulons faire bouger les élus, leur demander de se positionner concrètement ».

Aux premières loges de la grogne, Jean-Luc Moudenc a immédiatement apporté son soutien aux chauffeurs de taxi. « Qu'on réfléchisse à l'évolution d'un métier, c'est normal, indique le maire de Toulouse. Mais on ne peut pas le faire en catimini, dans la brutalité, sans dialogue. Avant d'imaginer l'avenir, il faut partir de la situation des taxis aujourd'hui, dire que les fins de mois ne sont pas faciles, les retraites chiches. Même chose plus localement avec la redistribution de l'espace public. Les taxis ont toujours leur place dans la ville, une utilité d'intérêt général ».

(1) Le coût moyen d'une licence est de 150000€ à Toulouse.

Le 26 septembre 2007, les taxis avaient déjà manifesté

 

 

Source la Dépêche du Midi

 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires