Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

31 janvier 2008 4 31 /01 /janvier /2008 00:18

 

Fonction publique

 

Les statuts particuliers finalisés en février ?

Les statuts particuliers de la fonction publique en préparation au sein de commissions ministérielles, en concertation avec les représentants des différentes fédérations relevant de la Centrale syndicale, sont en phase de finalisation.  Le secrétaire général de l’UGTA a récemment affirmé que la quasi-totalité des textes, au nombre de 44, devraient être prêts vers la mi-février.
Une échéance qui reste, toutefois, tributaire du rythme d’avancement des travaux jugé raisonnable autant par l’UGTA que par la DGFP qui indiquent que l’adoption de ces statuts se fera d’une manière progressive et échelonnée sur l’année en cours.
Les statuts en question dont 90% sont finalisés, selon M. Abdelmadjid Sidi  Saïd, contribueront à l’adaptation des règles du statut général de la fonction publique à la spécificité des missions inhérentes aux différents corps de fonctionnaires pour recentrer les différents corps de fonctionnaires sur les missions qui leur sont spécifiques, en référence aux critères de compétence et de capacité et de performance. Ainsi, la nouvelle vision instaurée par le statut général de la fonction publique prend en considération le niveau de qualification attesté par les «titres et diplômes sanctionnant les divers cycles de formation» dans cet objectif de hiérarchisation du classement catégoriel des grades selon le niveau de qualification.
L’effort  diligenté par une équipe d’experts, dont un ancien DGFP, devait consister en l’évaluation de tous les emplois, de leurs secteurs propres en termes de grades spécifiques et de postes supérieurs dans cet objectif de refonte statutaire. 
Après l’élaboration de la grille des salaires, la seconde phase, en cours de parachèvement, devra se solder, en fin de parcours, par l’harmonisation des régimes indemnitaires.
Dans cette optique, la qualification s’impose comme critère déterminant dans le classement catégoriel des grades rompant avec la notion de «poste de travail» héritée de l’ancien SGT basé sur une multitude de paramètres contraignants et encombrants.
Selon le directeur général de la fonction publique qui soulignera la complexité du processus, il est prématuré de tirer des conclusions trop hâtives tant que le nouveau système de rémunération n’est pas achevé.
 Une réponse qui s’adresse aux syndicats autonomes de la fonction publique lesquels dénoncent leur exclusion du processus. Des débrayages sont même prévus en février prochain  pour dire leur mécontentement.

 

Source El Moudjahid

 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires