Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

30 janvier 2008 3 30 /01 /janvier /2008 09:04
Gouffre de la Société Générale
Jérôme Kerviel: l'effroyable vérité

jerome-kerviel.jpg


Nous commençons à en savoir un peu plus sur cette incroyable affaire opposant Jérôme Kerviel à la Société Générale. Le trader qui a, soi-disant, fait perdre 5 milliards suite à des placements à risque n’est certainement pas si coupable qu’on voudrait nous le faire croire.

Celui-ci travaillait comme arbitragiste dans les produits dérivés ‘futures’.

Explication pour ceux ou celles qui ne connaissent pas les futures.

Pour acheter l’indice CAC40, il est obligatoire de passer par le contrat ‘future’ CAC40. Si le CAC40 se situe à 4800 points, le future se trouvera à 4810 environ. (le future est le ‘fantôme’ du CAC40).

Si le trader veut acheter 1 contrat future CAC40 à 4800 points pour le vendre à 4820 points, il gagnera 20 points. 4820 - 4800 = 20 points. Chaque point valant 10 euros, il gagnera 200 euros. Dans le cas inverse, il en perdrait 200.Il est nécessaire d’obtenir des garanties en cas de pertes.

Ce qui veut dire que le trader peut spéculer dans la  condition où il possède une garantie financière importante dans la mesure où le sens du marché n’irait pas au profit. Il est normalement impossible d’acheter des ‘futures’ pour des milliards d’euros sans posséder de ‘couverture’. On peut y perdre des millions mais pas au delà. A moins de posséder un dépôt de garantie gigantesque.

Le travail de Jérôme Kerviel consistait à acheter ou vendre d’un côté des contrats à terme portant sur la valeur des principaux indices boursiers européens, de l’autre, à acheter les actions qui composent les indices.

Hors, en janvier, il a ainsi pris des positions sur l’Eurostoxx, le Dax (ALL) et le Footsie (GBR) sans se couvrir. C’est-à-dire sans acheter les actions liées à ces indices. Ou plutôt en se couvrant, mais avec des opérations fictives. Du coup, aucune personne du service ne s’est rendu compte du risque entrepris par Jérôme Kerviel. Étonnant principe consistant à acheter et vendre des produits communs.

En début d’année 2008, il a spéculé sur une hausse des indices boursiers, mais malheureusement, les cours ont fortement chuté suite à la crise financière des Etats-Unis et le portefeuille que tenait Jérôme Kerviel a reçu une ‘claque’.

Voulant cacher cette ‘erreur’ à ses supérieurs hiérarchique, il a déjoué successivement tous les contrôles permettant à la banque de vérifier les caractéristiques et la réalité des opérations initiées par ses opérateurs. Il s’est ainsi servi de ses connaissances sur les différentes procédures de contrôle acquises au middle-office, le service qui contrôle les traders. Il aurait conservé ses codes informatiques du moment et s’y connectait en tant que membre. De ce fait, libre à lui de créer autant de comptes fictifs qu’il voulait. Il a ainsi créé de faux clients. Kerviel entrait aussi dans le système pour annuler certaines de ses opérations.

Ce n’est que le 14 janvier que le service des risques se rend compte d’une anomalie. Les opérations passées par Jérôme Kerviel devaient posséder une validation auprès d’une autre banque mais rien ne venait confirmer le passage d’ordres. Le soir du vendredi 18 janvier, une cellule d’investigation a donc été mise en place et c’est le lendemain que la banque censée être la contrepartie a nié avoir passé ces opérations. Jérôme Kerviel reconnaît les faits, affirmant avoir créé des opérations fictives.

Quand l’équipe d’investigation rend son rapport dimanche matin, disant que Jérôme Kerviel a engagé 50 milliards d’euros de contrats, on peut dorénavant dire que c’est impossible. Un montant supérieur aux fonds propres de la banque!. Ce qui fait planer un risque de banqueroute. A ce moment-là, dimanche, la perte n’était que de 400 millions d’euros ‘seulement’. La Société Générale ayant eu peur que le cours continue de baisser a décidé de tout vendre. N’aurait-il pas simplement fallu tout simplement être patient. Les banques ne nous disent-elle pas d’être patient lorsque nos actions baissent?

La Société Générale a donc crée la perte de 4,9 milliards d’euros alors que Jérôme Kerviel avait juste voulu masquer sa ‘modique’ perte.

Source 20minutes.fr

 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires