Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

12 février 2008 2 12 /02 /février /2008 00:08

Alger craint une autre décennie de sang

undefined


Au lendemain de l'attentat de Thénia, l'envoyé spécial du quotidien français Le Monde jette un regard sur la situation qui n'est pas dénué d'intérêt.

Le voici dans son intégralité :

Les Algérois ont accueilli avec un mélange d'effroi et de résignation l'annonce du nouvel attentat-suicide, commis mardi 29 janvier à l'aube aux portes de la capitale. Un kamikaze au volant d'une camionnette piégée s'est fait exploser devant un commissariat de police de Thenia, à une quarantaine de kilomètres à l'est d'Alger. Bilan provisoire : quatre morts (dont trois policiers) et 43 blessés (une dizaine dans un état grave).

Cet attentat n'a pas été revendiqué mais il porte la marque d'Al-Qaida au Maghreb (ex-Groupe salafiste pour la prédication et le combat, GSPC). Accablés par un sentiment d'impuissance, les Algériens se demandent s'ils ne vont pas basculer dans une nouvelle "décennie de sang", comparable aux années 1990. "A quand la prochaine attaque au cœur d'Alger ?", s'interrogent-ils avec anxiété, ne doutant pas que si les terroristes s'en sont pris à Thenia, c'est faute d'avoir pu, cette fois, agir dans la capitale.

Depuis le double attentat-suicide qui a frappé, le 11décembre 2007, deux agences de l'ONU ainsi que le Conseil constitutionnel dans le quartier résidentiel d'Hydra, faisant 41 morts et des ravages considérables, Alger s'est transformée en place forte, quadrillée jour et nuit par les forces de sécurité. Le dispositif provoque de gigantesques embouteillages, ce qui ajoute à la nervosité ambiante sans réussir à vraiment rassurer.

Barrages en série, herses, blocs de ciment, périmètres interdits, contrôles et fouilles de chaque camion et fourgonnette… Tout est mis en œuvre, de façon ostensible, pour décourager ou débusquer les kamikazes en puissance. Certains secteurs de la capitale ont pris des allures de camp retranché, notamment la présidence de la République, le palais du gouvernement (durement frappé en avril 2007), les ministères, les entreprises de presse, les hôtels internationaux… Voilà maintenant neuf mois que les attentats-suicides se succèdent à Alger comme autant de défis lancés au pouvoir.

LE MAXIMUM DE RETENTISSEMENT

"Le but est de gagner le terrain médiatique, à défaut du terrain militaire. Ils ont réussi à transposer leur guerre des maquis à la capitale et choisissent des cibles symboliques – Alger en est la plus illustre –, sachant que chaque coup porté fragilise le pouvoir", souligne H'Mida Layachi, spécialiste des mouvements islamistes armés. Le danger est d'autant plus grand, selon cet expert, qu'Alger est prise en tenaille entre deux régions à haute concentration terroriste – la Kabylie, à l'est, et la Mitidja, à l'ouest – et que les forces de sécurité sont souvent fatiguées et démoralisées.

Le profil des terroristes, lui, déconcerte les enquêteurs. Dimanche, une cellule a été démantelée alors qu'elle préparait un attentat-suicide à Alger. "Les personnes interpellées étaient insoupçonnables. Parmi elles, figuraient deux architectes qui n'avaient jamais été impliqués dans des activités terroristes", indique Salima Tlemçani, journaliste chargée des questions de sécurité au quotidien El Watan.

Outre les symboles de l'Etat algérien, les étrangers sont des cibles potentielles majeures d'Al
-Qaida au Maghreb, la nébuleuse terroriste cherchant le maximum de retentissement sur la scène internationale. Les ambassades des Etats-Unis et de Grande-Bretagne ont lancé des mises en garde à leurs ressortissants, il y a huit jours, leur demandant d'éviter de fréquenter les lieux publics dans la capitale et de prendre le maximum de précautions lors de leurs déplacements à l'intérieur du pays.

Les quartiers chics d'Alger, réputés jusque-là les plus sûrs, sont désormais suspects. Plusieurs sociétés étrangères ont déménagé leur siège d'El-Biar ou Hydra pour des endroits moins susceptibles d'attirer l'attention. Des cadres expatriés, travaillant pour des sociétés européennes ou américaines, ont abandonné leurs villas ou appartements pour des hôtels sécurisés. Au sein de la communauté française, une cinquantaine d'enfants ont quitté Alger pour regagner la France, depuis septembre 2007.

Cette dégradation de la situation sécuritaire intervient alors que l'Algérie donne, plus que jamais, l'impression de tourner en roue libre. Vie politique atone. Opposition absente. Institutions paralysées. Climat social exécrable… Dans ce contexte, l'hypothèse d'un troisième mandat d'Abdelaziz Bouteflika en 2009, présenté par les partisans du chef de l'Etat comme l'urgence du moment, paraît quelque peu incongrue.



Source Le Monde

 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires