Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

4 février 2008 1 04 /02 /février /2008 00:12

En marge de la réunion de l’alliance présidentielle

Belkhadem envisage de dissoudre les APC bloquées

Si les élus des communes qui posent problème n’arrivent pas à trouver un terrain d’entente, le ministre de l’Intérieur procédera, selon Belkhadem, à leur dissolution.


undefined

 


Les leaders des trois partis de l’alliance présidentielle, FLN, RND et MSP, se sont réunis hier au siège du RND. Lors de ce sommet, les chefs de file de ces formations ont annoncé leur accord sur l’éventualité de demander au ministre de l’Intérieur de dissoudre les communes (APC) bloquées ou en litige. Cela dans le cas où, bien évidemment, le blocage persistait. M. Belkhadem, chef du gouvernement, a révélé que les communes qui posent problème sont actuellement au nombre de 100. « Le nombre d’APC qui souffrent d’un réel blocage et qui se trouvent dans l’impasse avoisine la vingtaine. » Par contre, les 80 APC restantes sont confrontées à des problèmes surmontables, tels que la désignation des vice-présidents... », a-t-il indiqué. Les leaders des partis de l’alliance se sont mis d’accord, par ailleurs, pour envoyer des instructions à leurs élus afin d’accélérer la désignation des maires et surmonter l’état de blocage. Cela, sans doute, pour éviter de recourir d’emblée à l’option de la dissolution qui peut paraître extrême. Cependant, si les élus n’arrivent pas à trouver un terrain d’entente, l’on demandera, dit-on, à ce que la loi soit appliquée dans toute sa rigueur. Le ministre de l’Intérieur procédera, selon M. Belkhadem, à la dissolution des assemblées bloquées. Se voulant plus explicite, le secrétaire général du RND a indiqué que sa formation a recensé 120 APC bloquées, et dans ce sillage, il a appelé les élus à faire preuve de bon sens en privilégiant l’intérêt général sur l’intérêt personnel. Toutefois, dans le cas contraire, les trois partis de l’alliance saisiront le ministre l’Intérieur pour lui demander la dissolution des assemblées bloquées, ce qui signifiera que les électeurs seront à nouveau appelés aux urnes dans les localités concernées. « Il y aura des mesures de dissolution qui seront proposées par le ministre de l’Intérieur au Conseil des ministres. Après l’étude de ces suggestions et après un délai de 45 jours, il y aura des élections au niveau des communes où demeure le blocage », a souligné l’ex-chef du gouvernement. Sur un autre chapitre, le secrétaire général du FLN a annoncé que le projet des nouveaux codes communal et de wilaya est en phase de finalisation et qu’il sera examiné incessamment en conseil de gouvernement puis en Conseil des ministres. M. Belkhadem a exprimé, en outre, son souhait de le voir adopté par le Parlement lors de sa session de printemps. Evoquant la révision de la Constitution et la question du troisième mandat, M. Ouyahia a estimé qu’il était impossible pour l’alliance de se prononcer sur ce point, tout en sachant que le parti de Bouguerra Soltani n’a pas encore réuni ses instances pour trancher le sujet, d’où l’abstention de se positionner quant à ce dossier. Par ailleurs, se prononçant sur la question d’une commission d’enquête de l’ONU sur l’attentat du 11 décembre 2007, M. Belkhadem a soutenu que ce sujet est clos et la question a été définitivement tranchée. « Le problème a été réglé avec cette institution de façon à ce que la souveraineté de l’Algérie soit respectée », a soutenu le conférencier. Revenant sur les travaux de l’alliance, le RND a accédé à la présidence de cette structure qui était entre les mains du MSP. Les trois dirigeants ont souligné, dans leurs allocutions respectives, le rôle important pour la stabilité de l’Algérie de l’alliance présidentielle, créée en février 2004 pour soutenir le programme du président Bouteflika. La rencontre avait pour ordre du jour l’examen de questions nationales, politiques, économiques et sociales et d’autres internationales, ainsi que la consolidation de l’alliance au sein des assemblées locales élues. Lors de son discours, M. Soltani s’est dit en faveur de l’élargissement de l’alliance à d’autres formations désirant se joindre au groupe. « Je m’attends personnellement à la possibilité de l’élargissement prochain de l’alliance présidentielle », a-t-il dit en précisant que ceci vise à englober tous ceux qui veulent sincèrement l’élargissement de la base du pouvoir, le dépassement des différends secondaires et le traitement des questions de fond, pour édifier une culture démocratique, nationaliste et islamique. Sur ce plan, M. Ouyahia ne partage pas entièrement cette vision en indiquant que l’alliance a des documents de référence. « Certes, il n’y a pas de divergences entre les trois partis mais chacun est libre d’avoir une opinion et un alignement autour d’un programme. Toutefois, le moment n’est pas opportun pour parler d’un élargissement », a-t-il dit.

 

Source El Watan

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires