Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

19 février 2008 2 19 /02 /février /2008 00:26
Publication : Lettre à Monsieur le Président...


undefined

« Monsieur le Président, le Titanic, avec toute sa force et sa grandeur, n’était que mensonge. Alors que les modestes canots de sauvetage étaient vérité. »

C’est par cette phrase-clé que l’auteur, Fayçal Houma, introduit son livre, publié il y a tout juste une semaine, par la maison d’édition El Maârifa. A travers la célèbre histoire du naufrage du Titanic en 1912, l’auteur rappelle que parmi les passagers embarqués, des aristocrates et des hommes d’affaires étaient convaincus de l’invincibilité de ce prestigieux paquebot, le Titanic. Certains passagers ont été engloutis par les eaux, d’autres ont pris place dans les canots de sauvetage. « C’était cela la vérité, ils ont été sauvés de la fureur de l’océan. » A travers un long rédactionnel, l’auteur, s’adressant au président de la République, explique que « les idées les plus nobles doivent être écrites et matérialisées dans un livre ; elles sont les canots de sauvetage de la société parce qu’elles émanent d’elle en tant que vérités historiques, sociologiques, intellectuelles, culturelles ou anthropologiques ». Faisant un parallèle entre le naufrage du Titanic et l’Algérie, l’écrivain préconise l’introduction de nouveaux mécanismes qui mèneront à une reconnaissance authentique de la société algérienne, dont, entre autres, la mise en place d’un socle organisationnel de l’Etat, l’imprégnation de nouvelles pratiques culturelles, et l’introduction de nouveaux procédés judiciaires et organisationnels. « Ces visions et rêves hantent mes jours et mes nuits — alourdissant quelquefois mon âme — et m’entraînent souvent vers les cimes d’un éden aux couleurs de l’emblème national, un amour fou et passionnant de la patrie », écrit-il. Un hommage posthume est rendu à certaines grandes figures de l’histoire algérienne qui se sont battues pour leur pays, à l’image de l’émir Abdelkader, Messali Hadj, Larbi Ben M’hidi, Ahmed Zabana, Lalla Fadhma N’Soumeur. Selon l’auteur, son ouvrage est plutôt une thèse exposée méthodologiquement et objectivement, qui se donne pour mission de sortir d’un long tunnel, « après que les premiers aient éveillé les gens en leur faisant prendre conscience de l’essor de la civilisation et que ceux qui sont venus après eux aient libéré la période post-coloniale et celle de l’indépendance, qui a instauré un Etat en partant de rien », lit-on en quatrième de couverture. Fayçal Houma explique dans ses argumentaires qu’il fallait passer par toutes ces étapes pour que l’on puisse tirer profit de toutes les expériences. « Il serait niais de notre part de reprendre les idées et les projets de la manière archaïque dont ils l’ont été par les premiers, comme qui aurait dit que le temps n’a pas avancé et que nous n’avons rien compris. » L’auteur Fayçal Houma est ingénieur d’Etat en électronique. Il est également le fondateur et le gérant de la société El Maârifa du livre depuis 1993, où plus de 6000 titres ont vu le jour. Il est à noter que Lettre à Monsieur le Président, la recette du changement, n’est disponible, pour l’heure, qu’en langue nationale. Le livre en question sera, dès cette semaine, sur les étals des bons libraires.

Lettre à Monsieur le Présient, la recette du changement de Houma Fayçal aux Editions El-Marifa. 150 pages.

Source El Watan

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
<br /> Il faudrait remercier Fayçal Houma de vouloir remettre, avec la volonté de l'intellectuel et la conviction de l'honnête homme, les pendules à l'heure. Nous pensons sincèrement qu'il a tappé à<br /> la bonne porte car qui d'autre que le président de la république - homme de culture, par excellence - serait en mesure d'entendre son cri de coeur ?  <br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> <br /> Bonjour<br /> Ahmed,Espérons que votre président fera mieux car avec les<br /> moyens financiers dont il dispose il aurait pu faire énormément...<br /> Je ne doute pas de la culture de votre président...Je doute de celle de son entourage<br /> je vous remercie de l'intérêt que vous portez à mes blogs<br /> Cordialement,<br /> Le Pèlerin<br /> <br /> <br /> <br />