Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

19 février 2008 2 19 /02 /février /2008 00:39

Les Terroristes atomisés et isolés

undefined 

 «Le terrorisme a encore frappé.» Ce sont là quelques mots à travers lesquels chacun pourra y aller de sa propre interprétation.
Soit en amplifiant sciemment ou inconsciemment le risque sécuritaire, soit en déduisant tout simplement qu’il s’agit quelque part, même si la formule consacrée pourrait paraître éculée, «des derniers soubresauts de la bête qui se meurt».
Il s’avère toutefois que c’est sans nul doute la stricte réalité. C’est parce qu’ils sont acculés dans leurs derniers retranchements que les terroristes ou du moins des individus qui assument ce statut pour des raisons et des objectifs qui, en vérité, sont souvent loin de répondre à un quelconque idéal, s’acharnent à frapper ici et là en prenant dorénavant pour cible tout ce qui représenterait ou symboliserait l’Etat. Ce faisant, il y a lieu de constater que les terroristes, leurs commanditaires et affidés semblent avoir fait le choix de prendre un virage à 180° en ne prenant plus pour objectif les populations mais plutôt les éléments relevant des symboles précédemment évoqués. Ainsi, comme dans le but de rompre avec ce qui était allègrement qualifié de terrorisme aveugle par les analystes en raison des dommages réputés collatéraux, parce que décimant une partie des populations, les illuminés cherchent vraisemblablement à changer de stratégie, ciblant tout élément symbolisant l’Etat de droit… considérant s’absoudre de fait et d’autorité de leurs actes dès lors que leurs victimes appartiendraient à l’autre camp.
Le choix de la bipolarisation d’un «conflit» a cela de ridicule qu’il ne convainc plus personne ni ici ni ailleurs. Il ne fédérera pas comme il n’a jamais fédéré les Algériens autour d’une sombre idéologie et encore moins d’un projet dont la caractéristique est qu’il ramènerait la société à l’époque médiévale.
L’attentat de mardi dernier ne peut qu’être déploré, condamné et dénoncé compte tenu de ses conséquences. Et des attentats il y en aura encore, est-il besoin de se voiler la face.
Le ministre de l’Intérieur, appelant à la vigilance, n’a eu cesse de le rappeler à chaque fois. Cela étant, il ne s’agit pas d’un aveu de faiblesse ou d’une attitude fataliste mais tout simplement de l’amer constat d’un phénomène qui n’est pas à mettre sur le compte de l’impuissance de l’Etat algérien ou de l’incapacité de ses institutions à y faire face, sinon comment expliquer le net recul du terrorisme dans le pays, mais d’une réalité qui, pour l’avoir été bien avant dans certaines parties de la planète et qui l’est aujourd’hui dans d’autres, ne nous est pas spécifique. Alors quels que soient les moyens consentis par l’Etat pour lutter contre le terrorisme, ils s’avèreront insuffisants, comme ils l’ont été et le sont aux Etats-Unis, en Espagne, en France, en Angleterre, en Asie… l’effet de surprise des groupes rebelles prenant le pas sur toute forme intelligente et/ou organisée d’une lutte entrant dans le cadre d’un conflit conventionnel.
En tout état de cause l’hallali a sonné pour des terroristes qui en sont à se décimer entre eux pour une question de leadership, partage de butin, pour éliminer ceux qui, ces derniers temps, ont des velléités de reddition ou encore ceux qui ont élevé la voix pour dénoncer le recours aux attentats suicides (kamikazes) et parfois la nature même du combat…
un combat douteux.

 

Source La Tribune

 

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0

commentaires